L’immigration sera-t-elle la question centrale des Ă©lections gĂ©nĂ©rales italiennes qui se tiendront le 4 mars prochain, aprĂšs la dissolution du Parlement fin dĂ©cembre ? C’est en tout cas le pari du responsable de la Ligue du Nord Matteo Salvini, dont la formation politique a conclu une alliance avec le parti de centre-droit de Silvio Berlusconi, Forza Italia. Pour sa campagne, Matteo Salvini table sur la montĂ©e d’un sentiment anti-immigration dans le pays pour gagner la majoritĂ© au Parlement.

Fort de son slogan «les Italiens d’abord», Matteo Salvini a promis dans les colonnes de La Repubblica d’expulser 100 000 migrants clandestins par an au cours de ses cinq annĂ©es de mandat, si son parti accĂšde au pouvoir. Il a fait remarquer que, sur les quatre derniĂšres annĂ©es, plus de 600 000 migrants Ă©taient arrivĂ©s en Italie, et s’est donc engagĂ© Ă  en renvoyer un demi-million.

«En Italie, il y a trop d’immigrĂ©s clandestins qui se baladent et sĂšment le dĂ©sordre, je ne peux plus le supporter», a-t-il lancĂ© sur le mĂȘme thĂšme lors d’une Ă©mission politique sur la chaĂźne La7, le 23 janvier. «Il y a ceux qui se servent d’avions pour amener des migrants en Italie. Je les utiliserai pour les ramener chez eux», a-t-il encore affirmĂ©, dans une autre phrase choc.

Si la question de la politique migratoire italienne est centrale dans le programme de la Ligue du Nord, cette derniĂšre compte s’appuyer sur d’autres arguments pour convaincre les Ă©lecteurs. Parmi ceux-ci, Matteo Salvini a soutenu que «la rĂ©vision des traitĂ©s europĂ©ens» Ă©tait bel et bien prĂ©vue dans le programme, afin que les principes de la constitution italienne puissent «prĂ©valoir sur ceux de Bruxelles et Berlin».

« J’ai le devoir de changer ces rĂšgles, parce que mon pays vient en premier », a conclu Matteo Salvini, dans une expression qui n’est pas sans rappeler la rhĂ©torique de Donald Trump, pour lequel il a toujours affichĂ© un soutien clair.

Lire aussi : Les pays du sud de l’UE tentent d’afficher leur unitĂ© face Ă  la crise migratoire

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99