À 2 heures du matin, ce dimanche 31 mars, il sera 3 heures, suite au passage de la France et des autres États du continent europĂ©en Ă  l’heure d’étĂ©. L’entitĂ© eurocratique dĂ©cida par une directive de 2001 d’harmoniser les dates du changement horaire, soit les derniers dimanches de mars et d’octobre, afin de faciliter les transports, les communications et les Ă©changes. Or, en septembre 2018, l’ineffable Commission supposĂ©e europĂ©enne a publié une nouvelle directive fixant pour 2021 la fin possible du changement horaire saisonnier. Le texte laisse aux États membres la dĂ©cision finale d’adopter soit l’heure d’étĂ©, soit l’heure d’hiver. Il en a dĂ©coulĂ© une consultation facultative des EuropĂ©ens tant au niveau continental qu’à l’échelon national sur Internet.

Cependant, modifier ce changement bi-annuel et le confier aux États membres suscite d’inĂ©vitables divergences. En effet, le Portugal, Chypre et la Pologne rĂ©clament l’heure d’étĂ© du 1er janvier au 31 dĂ©cembre. La Finlande, le Danemark et les Pays-Bas souhaitent, eux, une annĂ©e entiĂšre passĂ©e Ă  l’heure d’hiver. La France et l’Allemagne tergiversent comme d’habitude et dissertent sur ce choix cornĂ©lien. Si l’Hexagone se met Ă  l’heure d’étĂ©, les Brestois verront le Soleil se lever Ă  10 heures du matin, le 20 dĂ©cembre. Si la France prĂ©fĂšre l’heure d’hiver, le Soleil se couchera Ă  Strasbourg vers 20 h 20, le 20 juin
 Du fait d’une distance supĂ©rieure Ă  mille kilomĂštres entre ces deux villes, l’écart solaire est presque d’une heure.

L’heure unique annuelle s’applique dĂ©jĂ  en Turquie depuis 2016, au BĂ©larus, en GĂ©orgie et en ArmĂ©nie depuis 2012, et en Russie depuis 2014. Ankara a conservĂ© l’horaire estival tandis que Moscou a gardĂ© l’heure hivernale. Rappelons que du fait de son immensitĂ©, la Russie reste l’État qui cumule le plus grand nombre de fuseaux horaires successifs (11) et ce, malgrĂ© une tentative en 2010 d’en supprimer deux. Toutefois, c’est la France avec son vaste domaine maritime sur tous les ocĂ©ans qui compte 14 fuseaux horaires (la seule PolynĂ©sie française est traversĂ©e par trois fuseaux horaires).

Les États-Unis d’AmĂ©rique s’étendent sur six fuseaux horaires dont les limites ne coĂŻncident pas avec les frontiĂšres administratives des États fĂ©dĂ©rĂ©s. Par exemple, dans la bande occidentale de la Floride Ă  proximitĂ© de l’Alabama, la ville de Niceville a une heure d’écart par rapport Ă  Miami. Mieux encore, les États du Dakota du Nord et du Sud sont traversĂ©s par une ligne de changement horaire. Vu le cadre fĂ©dĂ©ral Ă©tatsunien, chaque État fĂ©dĂ©rĂ© est libre d’avancer d’une heure au printemps et de la reculer en automne, quitte Ă  dĂ©plaire aux transports. La perspective d’une « mosaĂŻque » horaire en Europe inquiĂšte dĂ©jĂ  les compagnies aĂ©riennes, ferroviaires et routiĂšres, ce qui est risible alors que tout se numĂ©rise et qu’on place autant d’espoirs fallacieux dans l’intelligence artificielle.

Les sondages qui mentionnent ce sujet crucial montrent que les Français pencheraient pour l’heure d’étĂ© annuelle (on voit bien lĂ  leur esprit jouisseur). Et si ce dĂ©bat s’achevait en rĂ©fĂ©rendum ? Mais plutĂŽt qu’un choix binaire (l’heure d’étĂ© contre l’heure d’hiver), pourquoi ne pas proposer aux Ă©lecteurs hypermotivĂ©s un bulletin pour le statu quo, un deuxiĂšme pour la seule heure d’étĂ©, un troisiĂšme pour la seule heure d’hiver et un dernier en faveur de l’heure solaire ?

Sans aller jusqu’à l’heure byzantine en vigueur dans quelques monastĂšres orthodoxes du Mont Athos, l’Europe a suivi le rythme solaire pendant des siĂšcles. Y revenir serait un bel exemple concret d’abandon de la ModernitĂ©. C’est en effet le rebelle amĂ©ricain Benjamin Franklin qui proposa en 1784 dans Le Journal de Paris de dĂ©caler l’horaire afin de profiter de soixante minutes supplĂ©mentaires d’ensoleillement. PersonnalitĂ© rationaliste exaltĂ©e typique des LumiĂšres, Benjamin Franklin commençait ainsi un long et patient travail de sape des traditions europĂ©ennes. Puisqu’il est maintenant temps d’éteindre les abjectes LumiĂšres, passons enfin Ă  l’heure du Soleil invaincu !

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99