« L’islamophobie est une trouvaille
qui dispense l’Islam de toute remise en cause 
»

Entretien avec Philippe Joutier, auteur du livre Les corruptions religieuses (éditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

 L’originalitĂ© de l’ouvrage est d’ĂȘtre multireligieux : c’est en prenant quelques thĂšmes – les femmes, la guerre, le paradis, le pardon, les relations sociales – que l’auteur pointe, Ă  partir des textes, les reprĂ©sentations qu’en ont les religions. Le bouddhisme notamment crĂ©e la surprise.

Les corruptions religieuses. Guerres saintes, antifĂ©minisme et terrorisme (Éd; Dualpha)

Les corruptions religieuses. Guerres saintes, antifĂ©minisme et terrorisme (Éd; Dualpha)

Tout n’a-t-il pas Ă©tĂ© pas Ă©tĂ© dit sur les dĂ©rives possibles des religions ?

Peut-ĂȘtre pas suffisamment. À l’heure actuelle, la lĂ©gitimitĂ© pour discuter ces questions appartient pour l’essentiel aux cercles universitaires ou littĂ©raires spĂ©cialisĂ©s. S’y ajoutent des tĂ©moignages, Ă©mouvants, mais subjectifs et bourrĂ©s d’affect. J’ai voulu tenter une rĂ©flexion de terrain, non livresque, mais froide, en Ă©vitant l’imprĂ©cation ou au contraire l’angĂ©lisme.

Mais en quoi ĂȘtes-vous plus pertinent ?

Plus pertinent, sans doute pas, mais plutĂŽt complĂ©mentaire. Mon activitĂ© professionnelle m’a amenĂ© Ă  m’interroger sur la laĂŻcitĂ© et l’impact des religions, notamment dans les centres de vacances dont certains sont investis par les sectes ou encore dans les quartiers face Ă  un islamisme manipulateur. Je me suis fait l’écho de travailleurs sociaux ou d’éducateurs, souvent dĂ©semparĂ©s, parfois dans le dĂ©ni, mais qui besogneusement tentent de rĂ©sister.

Justement, vous dĂ©noncez la laĂŻcité 

Nous y voilà ! Ma position apparaĂźt en effet trĂšs polĂ©mique. Mais je vous rassure : dissocier la vie sociale de la vie spirituelle, ne pas prĂ©tendre rĂ©gler le profane Ă  partir du sacrĂ©, relĂšve pour moi de l’évidence. C’est mĂȘme le principal problĂšme de la charia qui s’y refuse absolument. La difficultĂ© est qu’en France, et contrairement aux autres pays, nous ne nous contentons pas de cela. Il y a un Ă©norme quiproquo : nous considĂ©rons la laĂŻcitĂ© libĂ©ratrice, alors que les musulmans, ou d’ailleurs les chrĂ©tiens intĂ©gristes, la ressentent comme attentatoire ! Nous posons la laĂŻcitĂ© comme valeur, alors qu’elle ne devrait rester que moyen. Garantir aux femmes leur libertĂ©, oui. PrĂ©tendre les libĂ©rer, elles n’en demandent pas tant ! Il faut savoir qu’un musulman est considĂ©rĂ© comme apostat dĂšs lors qu’il accepte de vivre dans un pays qui n’est pas soumis Ă  la Charia. Et si en plus ce pays revendique haut et fort la laĂŻcitĂ©, je vous laisse imaginer ! La communautĂ© musulmane fait l’objet de pressions permanentes et dont on mesure mal l’impact, pour rejeter cette exigence. Et quand j’entends les politiques appeler les musulmans, Ăšs qualitĂ©s, Ă  dĂ©fendre la laĂŻcitĂ© ce qui est d’ailleurs proprement paradoxal, on aboutit forcĂ©ment Ă  bien des dĂ©convenues !

Vous n’ĂȘtes pas tendre non plus avec le multiculturalisme ?

C’est une parfaite sottise. On atteint pour le coup des sommets d’incohĂ©rence. Comment peut-on affirmer une Ă©gale considĂ©ration de toutes les cultures, tout en rĂ©cusant celles qui revendiquent une idĂ©ologie contraire Ă  l’égalitĂ© ou aux droits de l’Homme ou encore en voulant interdire aux femmes le burkini ? On tolĂšre ou on exige ? Il faudrait savoir ! C’est parfaitement contradictoire et absolument incomprĂ©hensible !

Vous prenez le contre-pied de tous ceux qui affirment l’Islam tolĂ©rant


TolĂ©rant ? Parlez-en aux Coptes ! L’Islam est indubitablement une religion guerriĂšre. Mahomet est rentrĂ© Ă  MĂ©dine sabre au clair et a passĂ© les dix derniĂšres annĂ©es de sa vie Ă  faire la guerre. Aucune autre religion n’a une doctrine de guerre aussi Ă©laborĂ©e que l’Islam. La valeur essentielle en Islam n’est pas la compassion, mais l’honneur, sa vertu principale est le courage. L’Islam est d’abord une religion d’hommes. Cette inĂ©galitĂ© codifiĂ©e par la Charia qui fonde toute l’organisation sociale et politique la rend difficilement compatible avec la dĂ©mocratie.

Vous ĂȘtes islamophobe ?

En tout cas pas islamophile ! Et aprĂšs tout, pourquoi ne pas avoir le droit d’ĂȘtre islamophobe ?

L’islamophobie est une trouvaille qui dispense l’Islam de toute remise en cause. DĂ©couvrir en Libye avec des cris d’orfraie que l’islam pratique encore l’esclavagisme relĂšve d’une ingĂ©nuitĂ© peu banale : les musulmans ont Ă©tĂ© les plus grands esclavagistes de l’histoire. Quant Ă  la tolĂ©rance, on encense Al-Azhar pour ses prises de position contre le terrorisme, en oubliant que le grand mufti ne condamne pas les terroristes qu’il considĂšre, certes dans l’erreur, mais pour autant authentiquement musulmans ! Et tout rĂ©cemment, il est Ă  l’origine de la pĂ©nalisation de l’athĂ©isme en Égypte. Encore aujourd’hui des ouvrages en vente libre tels que La Voie du Musulman ou Les jardins des Saints prĂŽnent le djihad et la mort des hĂ©rĂ©tiques. Mais oser le dire, c’est ĂȘtre islamophobe ! Il suffit pourtant de lire les textes. Tout est dedans : Ainsi, dans le manuel de la Charia, Reliance of the Traveller, qui a obtenu un certificat d’approbation de l’universitĂ© Al-Azhar du Caire (pourtant encensĂ©e pour ses prises de position contre le terrorisme) les motifs lĂ©gitimes de la peine de mort sont Ă©numĂ©rĂ©s : meurtre d’un Musulman, apostasie, offense Ă  l’Islam (c’est large), offense Ă  Mahomet, (c’est large), adultĂšre, (mais pour la femme uniquement), homosexualitĂ©, non-musulman ayant des relations sexuelles avec une musulmane, etc. Tant qu’à vouloir nous rassurer par une empathie militante, alors qu’attendons-nous pour faire aussi d’Hitler ou Staline des victimaires ou encore de dĂ©noncer la persĂ©cution du Ku Klux Klan ? Il suffit de revoir cette nouvelle dĂ©finition de la tolĂ©rance et d’en convaincre les victimes. À quand la condamnation de l’Hitlerophobie ou de la Stalinophobie ?

Mais alors que proposez-vous ?

Effectivement, Ă©viter l’amalgame. Nous ne devons pas avoir une vision irĂ©niste de l’Islam, c’est indubitablement une religion violente et c’est bien de cette rĂ©alitĂ© qu’il faut partir, mais les imprĂ©cations sont stĂ©riles. Nous avons dans ce pays 8 millions de coreligionnaires issus de cette culture, pratiquants ou non. Ils y sont et ils y resteront. Je suis convaincu qu’ils se sĂ©cularisent. J’en veux pour preuve qu’ils sont les premiers Ă  dĂ©noncer, mais en toute discrĂ©tion, les dĂ©rives islamistes. Le succĂšs des attentats Ă©vitĂ©s doit bien plus Ă  ces signalements qu’à l’organisation ahurissante des services antiterroristes que je dĂ©cris dans mon livre. AprĂšs tout, les Juifs, louant dans l’Ancien Testament un dieu fĂ©roce et sanguinaire lĂ©gitimant l’extermination Ă  tout bout de champ, ont bien Ă©tĂ© obligĂ©s de se calmer eux aussi. RĂ©flĂ©chissons plutĂŽt aux moyens de les aider Ă  cette sĂ©cularisation, d’autant qu’en acceptant de vivre dans un pays laĂŻque, ils sont dĂ©jĂ  tous considĂ©rĂ©s comme apostat ! Alors profitons-en.

Cessons de les tromper avec le multiculturalisme. Cessons de tartiner la laĂŻcitĂ©, contentons-nous de la pratiquer, ce qui, au passage, rĂ©duira les signes religieux Ă  de simples symboles culturels, et nous permettra de justifier les croix ou les crĂšches sans nous faire prendre Ă  notre propre piĂšge. Enfin en contrepartie, acceptons des mosquĂ©es, mais assorties de chartes claires, rĂ©digĂ©es en français et rĂ©cusant le djihad et l’extrĂ©misme.

Les corruptions religieuses (Guerres saintes, antifĂ©minisme et terrorisme) (230 pages, 25 euros), Philippe Joutier, Éditions Dualpha, PrĂ©face de Florianne Jeannin, collection « Patrimoine Des Religions », dirigĂ©e par Philippe Randa. Pour commander ce livre, cliquez ici.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99