La plus grande constance des mĂ©dias est de faire et de dĂ©faire qui bon leur semble. S’ils assurent la rapide cĂ©lĂ©britĂ© de certains, ils provoquent tout aussi vite leur chute lorsque l’audimat l’exige.

Rappelez-vous Bernard Tapie, porté aux nues durant les années 1980 du siÚcle dernier et descendu en flamme la décennie suivante.

Ensuite, en fĂ©vrier 2001, ce fut au tour de Daniel Cohn-Bendit. Hier dĂ©signĂ© comme un sympathique garçon « provocateur et hilare », puis jetĂ© en pĂąture pour de vieux Ă©crits oĂč il expliquait que certains enfants dont il avait eu la responsabilitĂ© avaient l’habitude de lui ouvrir la braguette pour le caresser. Lui, pourquoi pas ! leur rendait la pareille sans y voir malice. Et lorsqu’il l’écrivit, personne n’y vit malice non plus.

En tout cas, si les mĂ©dias ont Ă©tĂ© friands de son livre Ă©crit trente ans auparavant, ils n’ont guĂšre rĂ©agi aux propos de Dany le Rouge pour se justifier. Aujourd’hui, l’auteur reconnaĂźt que ses « rĂ©vĂ©lations » sont d’une « intolĂ©rable lĂ©gĂšretĂ© » (l’expression semblait elle-mĂȘme, Ă©galement, d’une intolĂ©rable lĂ©gĂšretĂ©), mais que l’on devait les remettre dans leur contexte de l’époque ; non dans celui de ce dĂ©but de XXIe siĂšcle « aprĂšs ce qu’on savait sur la pĂ©dophilie ».

C’est qu’en 1968, figurez-vous, on ne savait pas tout sur la façon de « faire du bien » Ă  un enfant et surtout de s’en faire Ă  soi-mĂȘme. Ce qui confirme l’adage : « Plus c’est Ă©norme, plus les journalistes sont sourds ! »

Cette « affaire Cohn-Bendit », en tout cas, incita brusquement nombre d’intellectuels Ă  dĂ©battre de la « rĂ©volution soixante-huitarde », de ses acquis, mais aussi de ses excĂšs et de ses erreurs. Il n’était que temps.

On allait peut-ĂȘtre enfin mettre en cause la responsabilitĂ© de ceux qui avaient participĂ© aux « Ă©vĂ©nements » et de ceux qui n’avaient cessĂ© de les encenser depuis lors.

En ce qui concerne le corps enseignant, par exemple, l’Histoire s’était dĂ©jĂ  chargĂ©e de les punir. Ces Ă©tudiants qui lançaient des pavĂ©s sur les CRS en contestant l’autoritĂ© qu’ils subissaient dans les collĂšges et les lycĂ©es… et qui Ă©taient devenus profs Ă  leurs tours, Ă©taient-ils prĂȘts Ă  faire repentance lorsqu’ils se faisaient insulter, boxer, voire balafrer par leurs Ă©lĂšves les plus turbulents ? Ces derniers Ă©taient pourtant leurs hĂ©ritiers directs. Et quand les « jeunes » brĂ»laient leurs automobiles ou saccageaient leurs magasins, cela ne leur rappellait-il pas leurs propres exploits au Quartier latin et ailleurs ?

crs manifestation

En revanche, ceux qui s’insurgeaient contre l’autoritĂ© parentale n’avaient pas le mĂȘme problĂšme. À leur tour, ils passaient sans doute pour de vieux cons aux yeux de leur progĂ©niture (c’est la loi des gĂ©nĂ©rations !), mais celle-ci ne le leur faisait pas trop remarquer, vu qu’elle Ă©tait bien contente de rester chez papa-maman le plus longtemps possible.

La descendance des messieurs-dames de la rĂ©volution des pavĂ©s Ă©tait bien jolie : des voyous ou des assistĂ©s ! Heureusement, on allait bientĂŽt limiter les excĂšs de cette descendance : la libĂ©ralisation des drogues douces qu’ils continuaient de prĂ©coniser sera sans doute votĂ©e en France. Ne doutons pas qu’elle endigue la violence des adolescents. Avec les cigarettes qui font rigoler, les professeurs pourront Ă  nouveau se rendre en classe sans gilet pare-balles et garer leurs automobiles sans crainte. Les CRS de mai 68 n’avaient pas compris, les pauvres, tout l’intĂ©rĂȘt imparable et dĂ©finitif de cette arme secrĂšte made in Katmandou.

L’instruction publique n’y gagnera certes pas grand-chose, mais au point oĂč elle en est, de toute façon…

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires