En Inde, on ne badine pas avec la citoyenneté  et encore moins avec le « pas vivre ensemble » : en tĂ©moigne la derniĂšre liste de citoyens publiĂ©e par sa Cour SuprĂȘme dans le cadre du recensement de la population de l’Assam, État de 33 millions d’habitants au nord-est de l’Inde, Ă  la frontiĂšre du Bangladesh.

Assam.

Assam.

PrĂšs de 2 millions d’habitants, musulmans pour la plupart, sont devenus apatrides, n’ayant pu fournir la moindre preuve qu’eux ou leurs parents s’étaient installĂ©s en Assam avant le 24 mars 1971, date de l’indĂ©pendance du Bangladesh.

Les personnes concernées peuvent faire appel de cette décision durant quatre mois auprÚs des tribunaux pour étrangers et ceux-ci disposeront de six mois pour rendre un verdict définitif.

« L’opĂ©ration de recensement de la population de l’Assam et les conditions d’acquisition de la nationalitĂ© sont uniques en Inde, rapporte Sophie Landrin dans les colonnes du Monde. Le recensement a dĂ©butĂ© il y a quatre ans, sous le premier mandat de Narendra Modi. Mais le Premier ministre indien n’est pas Ă  l’origine du processus. C’est la Cour suprĂȘme, la plus haute juridiction, qui a exigĂ© en 2015 la mise en Ɠuvre du recensement, une dĂ©cision ancienne (1985) qui n’avait jamais Ă©tĂ© appliquĂ©e. »

« Ce qui se passe dans l’Assam est une politique de redĂ©finition de la nationalitĂ© indienne, basĂ©e sur la religion hindoue, qui exclut les musulmans et d’autres minoritĂ©s. L’Inde est en train d’imposer une citoyennetĂ© ethnique. Pour les nationalistes, seuls les Hindous sont des citoyens lĂ©gitimes », analyse pour sa part Charlotte Thomas, directrice du programme Asie du Sud du centre de recherche Noria.

Cet exemple de « faire de l’Inde une nation hindoue » semble donner des idĂ©es Ă  un État voisin, le Nagaland, qui envisage un processus similaire, non pas contre les musulmans, mais contre quelques 400 minoritĂ©s tribales


VoilĂ , en tout cas, qui contredit tous ceux qui affirment qu’il serait impossible de renverser les phĂ©nomĂšnes migratoires. Simple question de volontĂ© politique, finalement.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires