7 septembre 2019

Hommage de soumission

Par Euro Libertes

par Claudine Dupont-Tingaud (Réagir, Résister Et Agir)

Une sombre repentance… Celle du président Macron, lors des célébrations du 75e anniversaire du débarquement en Provence de nos troupes coloniales, en s’excusant, une fois encore, que la France ait « colonisé » une partie de l’Afrique – comme nous-mêmes l’avions été par les Romains malgré la résistance d’Astérix et consorts, ainsi que firent d’autres nations – envoyant ses ressortissants d’outre-méditerranée participer aux trois dernières guerres européennes… et surtout celle de 39-45 !

Libération qui inspira une autre Marseillaise : « C’est nous les Africains qui revenons de loin, venant des colonies pour défendre la Patrie… avec une invincible ardeur… pour porter haut et fier le beau drapeau de notre France entière » !

Il s’agissait alors pour cette 1re Armée Française de 225 000 hommes commandée par le général De Lattre de Tassigny – et pour moitié composée de ceux que l’on appellera les Pieds-noirs – de participer à l’effort patriote, et c’est bien la reconnaissance de cet engagement dont nos concitoyens attendaient quelque retour de solidarité… au lieu d’être lâchement abandonnés par la Métropole et bien plus encore nos Harkis… dans les années gaullistes de 1960 !

Au-delà de la juste reconnaissance de tous nos nationaux hors métropole, comme ils l’étaient, à l’époque, dans les deux Afriques françaises – AEF et AOF – et dont l’existence n’avait jamais été niée avant que l’actuel chef de l’État s’exprime pour nous imposer une double culture afin de satisfaire sa gauche « immigrationiste » et de justifier une colonisation à rebours sur notre sol puisqu’« une part d’Afrique est en nous » a dit le chef de l’État… ils sont chez eux chez nous !

Oublieux volontairement de la mission des explorateurs, défricheurs, enseignants et évangélisateurs qui apportèrent notre civilisation occidentale face à des mœurs barbares que certains reconquérants pratiquèrent du reste auprès de femmes européennes lors de la Libération comme le font actuellement certains « réfugiés »…

Hommage de soumission… mais sûrement pas de résistance, malgré l’emballage verbeux du discours.

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99