par Claudine Dupont-Tingaud. 

La scandaleuse soumission de nos supposĂ©es autoritĂ©s aux violences « urbaines », dans le quartier prioritaire (ZUP) de Kermoysan, Ă  Quimper (FinistĂšre), mardi 10 septembre, semblables Ă  celles qui se dĂ©roulent dĂ©jĂ  en centre-ville de la « Belle endormie », Ă  l’image des insurrections qui ont lieu dans d’autres villes bretonnes telles Brest, Nantes et plus rĂ©cemment Vannes, est une fois de plus – une fois de trop – intolĂ©rable !

KORBO immigration

Pourtant « Ne tolĂ©rons plus l’intolĂ©rable » proposait l’actuel maire Ludovic Jolivet – rĂ©cemment converti macroniste en rejoignant « Agir » (bien que son ouvrage-profession de foi Ă©lectorale de 2004 n’abordait point le problĂšme de la sĂ©curitĂ© en cette capitale de la Cornouaille) – aprĂšs les caillassages et saccages de la Toussaint 2018 (Halloween autorisé !), en complĂ©mentaritĂ© avec l’ancien conseiller spĂ©cial du prĂ©sident François Hollande, Bernard Poignant. Celui-ci regrettant autant la fin du Service Militaire que la disparition de l’image paternelle : on peut espĂ©rer qu’il rejoindra la manifestation parisienne anti-PMA et donc contre la procrĂ©ation sans pĂšre ! le 6 octobre Ă  Paris)


Des mots qui cachent les maux que le laxisme de la justice entretient.

Ces deux Ă©lus ont exercĂ© tour Ă  tour la fonction rĂ©galienne, et primordiale en capitale de la Cornouaille, d’assurer ordre et protection de nos concitoyens.

Cependant, ce sinistre mardi, aprĂšs un simple contrĂŽle de police provoquĂ© Ă  19h15 par une course rodĂ©o sur une moto volĂ©e, suivie de l’incendie de trois vĂ©hicules, forces de sĂ©curitĂ© et pompiers quittaient les lieux, une heure et demie plus tard afin d’« apaiser les tensions » pour revenir vers 21 heures avec des gendarmes en supplĂ©ment, face Ă  une cinquantaine de jeunes immigrĂ©s des Balkans (+ 27,1 % de demandes d’asile depuis le dĂ©but de l’annĂ©e en Bretagne) incendiant onze voitures supplĂ©mentaires de modestes travailleurs riverains, menaçant de mettre le feu aux arbres des parkings aprĂšs avoir incendiĂ© les poubelles ! Ces derniers imposant un choix « ethno-territorial » puisqu’ils sont « chez eux chez nous » !

Remigration

Le ministre de l’IntĂ©rieur et le PrĂ©fet du FinistĂšre promettent plus de policiers rĂ©pondant au souhait de « plus de muscle » de l’édile local afin que France et Bretagne restent elles-mĂȘmes
 Ouf, enfin !

Dans ces quartiers oĂč l’on tente artificiellement le « vivre ensemble » au nom d’une cohĂ©sion sociale ne pouvant plus cacher les vives tensions apportĂ©es par le multiculturalisme d’une immigration subie et non choisie auprĂšs de communautĂ©s ne connaissant ni les mĂȘmes façons, ni les mĂȘmes raisons de vivre (voir la 100e victime de « violences conjugales », jeune convertie Ă  l’islam, massacrĂ©e par le pĂšre de leurs enfants, lui, islamiste de souche !) .

Il est Ă©vident que la solution est le retour des sans-papiers ou autres demandeurs d’asile, cette REMIGRATION vers leur pays d’origine
 C’est aller dans le bon sens, celui que demande le peuple !

CamĂ©ras de surveillance, rĂ©ouverture de l’annexe de Police locale dans le quartier concernĂ© et police municipale complĂ©tant les actuels quatre agents de « tranquillitĂ© publique » sont Ă  l’ordre du jour pour limiter le juteux trafic de drogue Ă  l’origine de la dĂ©linquance au quotidien ! Rien cependant ne remplacera la tolĂ©rance zĂ©ro, mais ceci n’est pas de la rĂ©flexion de l’oscillante politique macronienne !

Le fondateur du Centre de RĂ©flexion sur la SĂ©curitĂ© IntĂ©rieure (CRSI) utilise dans son ouvrage Le sursaut ou le chaos le mĂȘme ton alarmiste que celui de l’ancien ministre de l’IntĂ©rieur, GĂ©rard Collomb : « CĂŽte Ă  cĂŽte encore aujourd’hui, mais bientĂŽt “face Ă  face” » 

Un Ă©tat de guerre si les prochaines Ă©lections ne permettent pas « d’oser » un patriotisme salvateur !

Claudine Dupont-Tingaud est une ancienne ConseillÚre Régionale de Bretagne), présidente de REAGIR (RéAgir Résister et Agir pour la défense de nos identités).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99