Nous avons maintenant l’habitude de voir le ministre de la transition écologique et solidaire prendre des positions sur des sujets épineux.

Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire.

Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire.

L’affaire de la gestion du loup a déçu les défenseurs des animaux. En effet, le ministre a signé l’autorisation, par arrêté, d’abattre 40 loups jusqu’à fin 2018. Il vient de se reprendre.

« Il ne me satisfait pas parce qu’il ne règle rien », a-t-il déclaré, soulignant ainsi qu’il avait failli à ses idées. Un nouveau plan pluriannuel de gestion du loup pour 2018-2022 sortira en janvier prochain et devrait permettre de concilier les demandes des éleveurs avec les attentes des défenseurs de l’animal. Gageons qu’il sorte des sentiers battus !

Le ministre est également attendu sur d’autres positions comme celle du statut de l’animal en France. Il veut créer un groupe de réflexion sur le « bien-être animal », placé sous la responsabilité d’un philosophe et d’un parlementaire.

Le statut de l’animal et son pseudo bien-être sont en effet un sujet de société. Nous en parlions dans d’autres articles avec le sujet du halal, sujet sensible également abordé par Alain de Peretti.

Nicolas Hulot rappelle qu’il n’y a pas d’une part l’animal et de l’autre l’humain. Chacun doit avoir une place dans la société. D’ailleurs il n’est pas non plus favorable à la captivité des animaux ni pour les parcs d’attractions ni pour le spectacle. Le Conseil d’État a d’ailleurs maintenu l’interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité. Ce qui va dans le bon sens car malheureusement un delphineau de 6 jours a été retrouvé mort au parc Astérix, le 17 juillet dernier. (3)

La position du philosophe consiste à protéger ce qui est vivant contrairement à celle du scientifique pour qui chaque être vivant est source d’expérimentation. Mais, il y a en effet des philosophes qui rejoignent la position des scientifiques et vice versa. Espérons que Nicolas Hulot saura faire le bon choix pour son groupe de réflexion ! D’autant que le sujet est aussi subordonné à l’économie et à l’agriculture.

Hulot doit prendre des positions sévères car les défenseurs des animaux ne se satisfont pas de la définition du Code civil qui ne reconnaît aux animaux que « de la sensibilité », mais pire encore, la société ne grandira pas si elle maltraite les animaux !

De multiples auteurs traitent du « mal-être » animal, parmi eux, des personnalités qui se qualifient de « philosophes des sciences » comme Thomas Lepeltier qui a écrit « l’imposture intellectuelle des carnivores » que je vous conseille !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

A propos de l'auteur

Marie-Simone Poublon

Marie-Simone Poublon a publié trois ou­vra­ges techniques sur les pratiques de développement durable, sur l’agenda 21 des territoires et des écoles ; aux éditions Dualpha, elle vient de publier "Les oiseaux de la colère", préfacé par Philippe Milliau, Président de TVLibertés. Elle collabore également au site "Nord Actu", un journal de presse régional de la région Nord Pas de Calais Picardie.

Articles similaires