Ah que notre mois de juillet 2018 est joli, en Macronie oĂč tout n’est que joie, lumiĂšre et paix, du moins pour les immigrĂ©s clandestins.

Pour « notre sĂ©curité » et alors que la mortalitĂ© routiĂšre a baissĂ© en 2017, si on la compare Ă  celle de 2016, on diminue la vitesse sur route, ce qui fera du bien au TrĂ©sor Public. Et la raison mise en avant : Notre SĂ©curitĂ© ne peut en aucun cas ĂȘtre considĂ©rĂ©e comme une fake new, Ă  la diffĂ©rence de la motivation fiscale Ă  laquelle pense immĂ©diatement tout Français.

Car c’en est fini du droit Ă  connaĂźtre certaines informations. Nos dĂ©putĂ©s, en dĂ©pit de leur surmenage, ont votĂ© le 3 juillet la Loi permettant Ă  l’ExĂ©cutif (notre distinguĂ© PrĂ©sident et ses ministres Ă  l’incomparable omniscience) de dĂ©terminer Ă  coup sĂ»r quelle information est la bonne et quelle est la mauvaise.

Prenons un exemple. Le mĂȘme jour, Grand PrĂ©sident part en Afrique Noire offrir des millions d’euros (tirĂ©s du TrĂ©sor Public français) pour y installer des stades, et des Africains incendient et vandalisent la ville de Nantes pour venger un dĂ©linquant noir abattu par un policier


En attendant, l’argent file en Afrique Noire et des quartiers de Nantes ont Ă©tĂ© ravagĂ©s. Quelle que soit la façon de GĂ©nial PrĂ©sident de prĂ©senter l’affaire – et nul ne met en doute ses prodigieuses capacitĂ©s de rhĂ©teur – la rĂ©alitĂ© des faits est indĂ©niable : des quartiers de Nantes ont connu leur Ă©meute raciale
 Ă  moins d’inaugurer une nouvelle variĂ©tĂ© de nĂ©gationnisme, reconnue d’utilitĂ© publique celle-lĂ , Ă  la diffĂ©rence d’autres variĂ©tĂ©s, plus suspectes.

En outre – car dans l’État macronien, on vit dans le survoltage permanent –, si les bobos trotskistes-gauchistes-fils Ă  papa et Ă  maman friquĂ©s et les dirigeants syndicalistes qui ont Ă©gayĂ© la vie des Français durant le printemps (ravages dans les universitĂ©s et grĂšves dans les transports « publics ») partent en vacances, les magistrats ne chĂŽment guĂšre.

Ils ont arrĂȘtĂ© des super-terroristes « d’ultra-droite » (certains Français ignoraient cet adjectif composĂ©, fort heureusement l’État de Grand PrĂ©sident les en a instruits). Ces super-terroristes semblent faire trembler de peur une communautĂ© mahomĂ©tane apparemment trĂšs Ă©motive.

Bon ! Fake new semble avoir encore frappĂ©. Ces patriotes ne possĂšdent ni explosif, ni AK-47 (la « Kala » bien connue, qui n’est d’ailleurs que la version robuste et de mĂ©diocre qualitĂ© balistique du fusil d’assaut allemand de 1943), ni gaz de combat, ni mortier etc. et ils ne semblent pas des adeptes de la voiture bĂ©lier : toutes caractĂ©ristiques qui les diffĂ©rencient des merveilleux djihadistes.

Il a donc fallu relĂącher ces Français qui possĂ©daient des armes de chasse et des armes anciennes. De fait, un pistolet Ă  rouet, c’est quand mĂȘme moins efficace que ces « Kala » dont les Nantais ont entendu les tirs en ce beau mois de juillet.

Pour le vote Ă©tablissant une nouvelle censure journalistique, sur 577 dĂ©putĂ©s Ă©lus, 78 Ă©taient prĂ©sents, ce grandiose 3 juillet. 54 ont votĂ© pour le projet gouvernemental qui permet de « dire l’information », 21 ont votĂ© contre et 3 se sont frileusement abstenus. Il ne s’agit, soyons honnĂȘtes, que d’une premiĂšre lecture : il faudra encore quelques votes pour que la comĂ©die parlementaire soit respectĂ©e et la Loi dĂ©finitivement adoptĂ©e.

De mĂȘme qu’il existe une Loi du 13 juillet 1990 qui rĂ©glemente l’écriture historique de certains aspects de la Seconde Guerre mondiale, rendant notamment obligatoire l’acceptation des attendus du Tribunal Militaire InteralliĂ© de Nuremberg, nous aurons bientĂŽt une Loi qui permettra de diffĂ©rencier Ă  coup sĂ»r le Vrai du Faux, du moins en matiĂšre d’information du Jour.

GĂ©nial Novateur veut atteindre des hauteurs stratosphĂ©riques
 ce que l’on nommait les NuĂ©es, du temps d’Aristophane. D’autres Français – de vilains souchiens mal embouchĂ©s – s’interrogent sur la notion de descente aux Enfers.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires