Selon les derniers chiffres publiĂ©s du dĂ©pistage de la drĂ©panocytose – cette maladie gĂ©nĂ©tique qui ne toucherait presque qu’exclusivement des populations extra-europĂ©ennes – le taux de naissances d’origine non europĂ©ennes en Bretagne aura Ă©tĂ©, en 2016, de 9,10% et de 14,89% en Pays de la Loire.

Si la France interdit toute statistique ethnique, d’autres donnĂ©es, mĂ©dicales en particulier, permettent de mesurer, par la bande, les bouleversements dĂ©mographiques actuellement en cours.

La drĂ©panocytose, par exemple, est une maladie gĂ©nĂ©tique qui ne concerne quasi-exclusivement que les populations extra-europĂ©ennes : elle ne touche essentiellement que les personnes originaires des Antilles, d’Afrique noire mais aussi d’Afrique du Nord.

depistage drepanocytose

Les chiffres du dĂ©pistage de cette maladie (publiĂ©s par l’AFDPHE) permettent ainsi de lever une partie du voile sur les modifications en profondeur de la population française. En effet, en raison des particularitĂ©s ethniques de cette maladie, le dĂ©pistage en France mĂ©tropolitaine ne concerne que les enfants Ă  risque en raison de l’origine de leurs parents (alors qu’il est en revanche systĂ©matique chez tous les enfants naissant en Guadeloupe, Martinique, Guyane, Ă  la RĂ©union, Ă  Mayotte).

Les donnĂ©es disponibles permettent dĂšs lors d’apprĂ©hender la rĂ©alitĂ© du bouleversement dĂ©mographique en cours en France. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certaines associations demandent un dĂ©pistage universel, aussi inutile que coĂ»teux, afin d’éviter « la stigmatisation » (voir cet article), c’est Ă  dire en rĂ©alitĂ© d’éviter un sujet considĂ©rĂ© comme « dĂ©rangeant ».

Pour la Bretagne administrative donc, alors que le chiffre Ă©tait de 3,47% des naissances en 2005, il a Ă©tĂ© de 9,10% l’an passĂ©. Un bond impressionnant. Cela signifie qu’au cours de l’annĂ©e 2016, sur les 33 200 bĂ©bĂ©s nĂ©s en Bretagne,  3000 environ sont d’origine extra europĂ©enne. Pour les Pays de la Loire, le taux est passĂ© de 8,24% de naissances en 2005 Ă  14,96% en 2016, ce qui reprĂ©sente 6305 naissances sur les 42 150  survenues dans cette rĂ©gion l’an passĂ©.

TrĂšs nettement, avec les Pays de la Loire et l’Aquitaine, la Bretagne est la rĂ©gion qui compte le moins de naissances d’origine extra europĂ©ennes (et parallĂšlement une des rĂ©gions qui historiquement vote le plus Ă  gauche, hasard ou pas 
). Pour la France entiĂšre le chiffre est de 39,39% des naissances en 2016, contre 31,50% en 2010. En 2016, 785 000 bĂ©bĂ©s sont nĂ©s en France, dont 306 150 extra europĂ©ens. A noter que des rĂ©gions comme l’Ile de France enregistrent 73,56% de naissances non europĂ©ennes, ou encore 56,35% pour la PACA.  Alors que certains persistent encore Ă  soutenir que  la notion de « Grand remplacement » serait un mythe,  les chiffres parlent d’eux mĂȘmes 


Crédit photo : Pixabay (cc).

Article paru sur le site Breizh Info.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.