La vĂ©ritĂ© sort de la bouche des enfants, dit-on
 et mĂȘme si l’enfant est dĂ©sormais, Ă  48 ans, mĂšre de famille. Ainsi les rĂ©centes dĂ©clarations de Charlotte Gainsbourg, « fille de » feu Serge Gainsbourg dans The Guardian qui ne manquent pas d’ĂȘtre reprises, tout de mĂȘme ! par plusieurs sites internet et titres de la presse française, notamment Le Figaro qui titre – qui l’eĂ»t crû ? – « Mon pĂšre serait censurĂ© aujourd’hui »  comme le premier Zemmour venu, finalement !

Charlotte Gainsbourg.

Charlotte Gainsbourg.

« Mon pĂšre serait censurĂ© Ă  chacun de ses choix, dĂ©clare-t-elle. Tout est si ennuyant, si prĂ©visible. Chacun est terrifiĂ© de ce qui pourrait arriver s’il va trop loin », estime-t-elle, ajoutant « qu’en quelques tweets une carriĂšre peut ĂȘtre rĂ©duite Ă  nĂ©ant Ă  l’heure actuelle. »

Coluche et Pierre Desproges qui, mĂȘme pour nombre de zĂ©lĂ©s donneurs de leçons de bien-pensance, ne pourraient plus faire rire avec certains de leurs sketchs, seraient donc dĂ©sormais rejoint par l’icĂŽne des « provocateurs devant l’éternel » s’il en est !

Il est certain qu’on peut apprĂ©cier ou non le talent dĂ©ployĂ© par l’artiste pour rĂ©interprĂ©ter Ă  sa maniĂšre La Marseillaise – c’est-Ă -dire, pour les moins de 20 ans qui l’ignoreraient, sur un rythme reggae, ce qui n’avait guĂšre Ă©tĂ© du goĂ»t de tous Ă  l’époque – ou pour jouer de façon douteuse sur les mots (zeste de citron et inceste) – dans sa chanson « Lemon Incest », interprĂ©tĂ©e justement avec Charlotte, alors juvĂ©nile adolescente
 mais c’était peut-ĂȘtre aussi le prix payer pour une libertĂ© d’expression qui se rĂ©duit Ă  notre Ă©poque de façon dramatique.

Si les artistes commencent aujourd’hui Ă  ne plus supporter la pensĂ©e unique, – car Charlotte Gainsbourg n’est pas la premiĂšre et sans doute pas la derniĂšre – et mĂȘme s’ils ont mis du temps Ă  rĂ©agir, c’est aussi inespĂ©rĂ© que revigorant, non ? Qui s’en plaindrait ?

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99