« L’homme est la seule espĂšce dont le mĂąle tue les femelles ». Tiens donc
 Cet intĂ©ressant slogan, brandi lors d’une rĂ©cente manifestation fĂ©ministe, a rĂ©veillĂ© le bougon qui sommeille en moi, pour dĂ©noncer une fois encore ces prĂ©cieuses ridicules du fĂ©minisme dont le dĂ©nominateur commun est la mauvaise foi alliĂ©e au manque d’esprit. Un criminologue consciencieux n’en finirait pas en effet de noircir du papier pour Ă©tablir le recensement exhaustif des crimes commis par des femmes tout au long de notre histoire, mais lĂ  n’est pas notre propos et oublions un instant ces mantes religieuses qui ne feraient pas de mal à
 une mouche.

feminisme

J’ai eu la chance de connaĂźtre une vĂ©ritable chipie, malicieuse et taquine comme pas deux : GeneviĂšve Dormann. Elle n’hĂ©sitait pas Ă  affirmer avoir Ă©tĂ© fĂ©ministe avant le fĂ©minisme, en prenant Ă  contre-pied les convenances et les modes, y compris celle des revendications Ă©galitaires. Elle ne supportait pas les discours aussi solennels et pontifiants que paradoxaux de ces prĂȘtresses d’une prĂ©tendue dĂ©fense de la Femme qui, de fait, lui faisait perdre le bĂ©nĂ©fice de ses atouts naturels.

Curieuse bonne femme dont Nimier disait apprĂ©cier notamment les maniĂšres de garçonne. Elle, qui ne manquait pas d’humour, goĂ»tait Ă  certains propos de consƓurs dont l’ironie ne pouvait d’ailleurs que titiller tout homme honnĂȘte, Ă  dĂ©faut de le rĂ©jouir.

Colette, l’inimitable pĂ©troleuse, affirmait dĂ©jĂ  que « la femme est capable de tous les exercices de l’homme, sauf de faire pipi debout contre un mur. »

Grand mĂšre des vamps cinĂ©matographiques, Mae West dont la poitrine plantureuse devait parrainer le gilet de sauvetage de l’US Army, laissait tomber d’un ton goguenard : « Chaque homme que je rencontre veut me protĂ©ger. Je ne sais pas de quoi ».

La protéger ou la soutenir ?

Nathalie Wood, l’inoubliable Maria de West Side Story, arborait un sourire mutin pour souligner que « le seul moment oĂč une femme rĂ©ussit Ă  changer un homme, c’est quand il est bĂ©bé ».

D’autres dames auront la langue aussi bien pendue, pour moquer un sexe fort quelque peu anĂ©miĂ©.

Nan Tucket est d’une pertinence convaincante lorsqu’elle Ă©voque un banal Ă©change conjugal : « Mon mari dit qu’il veut passer ses vacances dans un endroit oĂč il n’est jamais allĂ©. J’ai rĂ©pondu : “Et pourquoi pas la cuisine” ».

Avouez, Messieurs que c’est autrement plus subtil et plus vachard que les rĂ©cents « Les femmes dans la rue, pas dans la cuisine » ou « Qui va faire la cuisine ? Nous on fait la rĂ©volution ».

Auteur de polars, Patricia Carlson vise juste et frappe fort lorsqu’elle commente un alĂ©a de la vie somme toute courant : « J’ai mis du temps Ă  me rendre compte qu’on nous avait cambriolĂ©s. Je croyais que c’était mon mari qui cherchait des chaussettes propres ».

C’est certainement plus stigmatisant que « LĂąchons nos casseroles. Prenons la parole. »

Mesdames les fĂ©ministes militantes, un petit conseil de vieux praticien des manifs. Évitez dans vos cortĂšges la trop grande proximitĂ© de pancartes pour le moins contradictoires. Ainsi pouvait-on relever rĂ©cemment sur la mĂȘme photo deux Ă©difiants messages : « Le fĂ©minisme n’a jamais tuĂ© personne, le machisme tue tous les jours » et « DĂ©gagez machos, les femmes auront votre peau ».

La sĂ©nilitĂ© venant, j’ai du mal Ă  comprendre le sens des professions de foi de certaines de ces pasionarias de la cause fĂ©minine alors que surgissent dans l’espace mĂ©diatique la thĂ©orie du genre et ses avatars, les transgenre, transexualitĂ©, transgression, transhumanisme, trans
 atlantique (pardon, je rentre en transes) : « Je suis une femme. Pourquoi pas vous ? », « Un homme sur deux est une femme », « La femme est au-dessus du niveau de la mĂšre », « Balance ton porc ».

Autant de slogans Ă  remettre Ă  jour dans les plus brefs dĂ©lais sous peine de poursuites au titre de dĂ©clarations homophobes. Car, aujourd’hui, sait-on vraiment Ă  qui l’on s’adresse. Un impair est si vite arrivĂ© et, avec lui, la poursuite judiciaire qui le sanctionne (Ă  ce propos ne dites plus d’une personne qu’elle a un drĂŽle de genre, ce serait « pĂ©nalement clivant » ).

Vraiment, il est temps pour moi d’emprunter la lanterne du vieux DiogĂšne pour parcourir les routes d’Internet en beuglant : « Je cherche une femme. »

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99