Je pense avoir été un bon citoyen, à ceci près, qu’après une brève expérience politique, je n’ai plus voté, incapable de distinguer parmi les candidats… le moins mauvais !

Depuis longtemps, je m’applique à distinguer quels signes pourraient me faire espérer. En vain. Sans doute aurais-je pu demain voter pour Monsieur Poisson, s’il avait franchi le mur de l’indifférence, mais ce n’est pas le cas. En France, un chrétien ne fait plus recette…

Ceci dit, et malgré le battage médiatique très orienté, je pense que Monsieur Fillon est un honnête républicain, puisque plus de cent députés font comme lui sans encourir pour autant les foudres de la Justice ! En fait, ce sont les lois de la république qui sont incitatives de ces procédés, lesquels permettent aux élus de truander notre peuple en toute innocence. Si je m’exprimais en chrétien, ce qui est démodé, je dirais que la Ve République est foncièrement malhonnête. Mais comme cette malhonnêteté est admise et votée par tous les partis de gouvernement, elle est devenue légitime !

Ceci dit encore, malgré son honnêteté républicaine, je ne voterai jamais pour Monsieur Fillon, car s’il a quelques apparentes vertus, il a été de la dernière lâcheté, puisque étant Premier ministre de Sarkozy, il a entériné sa décision de participer au massacre de la Libye, afin d’empêcher Kadhafi de dire des choses désagréables, sur le Président français.

Autrefois, on considérait comme une infamie d’attaquer un pays qui ne vous avait rien fait sans déclaration de guerre. Aujourd’hui, il suffit de déclarer qu’un bombardement de cet ordre est humanitaire, pour échapper à la notion de « crime de guerre » ! Par ailleurs, venu féliciter à Pau les policiers pour n’avoir pas riposté à une attaque islamiste, Nicolas Sarkozy a montré son projet d’accélérer l’occupation de la France ! Et c’est pour cela que, craignant que Fillon ne se soit converti à l’intégrité nationale, il fait aujourd’hui le jeu de Macron, « espoir suprême et suprême pensée » du Mondialisme financier…

En 1927, le Pape Pie XI qui devait condamner le Nazisme, avait condamné également la Synarchie comme « capable des plus grands crimes » concoctés par l’union crapuleuse et secrète au plus haut niveau, des capitalistes et des socialistes communistes. Cela en vue de jouer avec la valetaille de plusieurs partis, pour ratisser plus large.

La fameuse « alternance » républicaine, ce n’est que cela, et Macron n’est que cela ! Sorti de l’écurie Rothschild, et embrassant amoureusement Hollande pour donner le change, son mouvement En Marche !, n’a que le dessein de nous balader vers les abattoirs de la finance ! Que François Bayrou ait cédé au vertige du vide n’est pas heureusement très important puisque la démocratie chrétienne était agonisante. Mais tout de même j’eusse espéré pour elle des obsèques plus dignes. Comme l’a fait très sobrement, Monsieur Juppé.

Les grands vaincus du Hollandisme sont les socialistes, dont nul ne sait comment se répartiront leurs voix entre Macron et Hamon, c’est-à-dire entre le réaliste fricard, et l’utopiste sans moyens.

L’idée de ce dernier sur le « revenu universel » est intéressante, car elle n’est pas tellement socialiste. C’est en effet le Major Douglas qui l’inventa en 1917, mais en l’assortissant d’une réforme financière qui empêchait toute spéculation ! Actuellement, ce sont les Chrétiens canadiens groupés sous l’appellation « Crédidiste » qui s’en font les disciples, mais qui sont « la voix qui crie dans le désert ! » car, sans la totale réforme financière préconisée par Douglas, l’utopie reste l’utopie, c’est-à-dire un rêve qui ne peut se réaliser. Et Monsieur Hamon (qui grâce à sa femme est loin d’être « un damné de la terre ») n’est pas autre chose qu’un fils de l’utopie !

Tout le socialisme friqué, et dieu sait s’il s’est accru avec Hollande, votera Macron. Et si les homosexuels dont on dit qu’ils sont 7 % du corps électoral se répartissent assez également sur tous les partis, la partie la plus significative votera Macron : il n’est que de voir ses derniers ralliés pour comprendre.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.