par Uli Windisch.

 Patriotisme- citation Uli Windisch
Les naturalisations facilitĂ©es de la troisiĂšme gĂ©nĂ©ration : la naturalisation ne doit pas dĂ©pendre du nombre d’annĂ©es ou de gĂ©nĂ©rations.

Une naturalisation exigeante, Ă  moyen et long terme, est le meilleur moyen d’éviter les effets destructeurs d’une politique  bisounours et incontrĂŽlĂ©e de l’immigration.

Un patriotisme naturel et sain est le meilleur antidote contre le nationalisme destructeur et meurtrier.

Il n’est pas Ă©tonnant que les socialistes relativisent, mĂ©prisent, voire ridiculisent la nationalitĂ©, l’identitĂ© nationale et par consĂ©quent la naturalisation. Pour eux, l’internationalisme est une dimension premiĂšre ; ce qui revient structurellement Ă  relativiser la nationalitĂ© , l’identitĂ© nationale et bien sĂ»r la souverainetĂ© nationale. Ce qui ne veut pas dire que ces derniĂšres  dimensions n’ont aucune importance dans le socialisme, mais ils ne sont pas dĂ©terminants. Cette diffĂ©rence congĂ©nitale, structurelle, explique d’ailleurs bien des prises de positions politiques sur toute une sĂ©rie d’autres  problĂšmes qui n’ont Ă  priori pas de lien direct et visible  avec le critĂšre de la nationalitĂ©.

Or la nationalitĂ©, l’identitĂ© nationale, l’identification profonde et affective Ă  la patrie, et donc la naturalisation, constituent, au contraire, le noyau dur, une dimension fondamentale , essentielle et dĂ©terminante  d’ une vision politique qui place la souverainetĂ© et l’indĂ©pendance nationales au premier plan de la dĂ©termination de toute politique.

Ici aussi, un attachement fort, profond et affectif Ă  l’identitĂ© nationale, soit un vrai patriotisme national , n’empĂȘche nullement des Ă©changes, des interactions, des liens, des collaborations, des nĂ©gociations , voire de l’admiration pour d’autres pays et d’autres identitĂ©s nationales. En rĂ©alitĂ©, plus un pays a une identitĂ© claire, visible et forte,  plus ses citoyens sont sĂ»rs et fiers de leur identitĂ© et de leur pays et plus ils sont Ă  mĂȘme de travailler de maniĂšre fructueuse avec d’autres pays, toujours dans le respect, voire dans l’admiration de ces autres identitĂ©s et diversitĂ©s nationales et patriotiques. Seule une telle vision, qui tient compte de l’histoire profonde, singuliĂšre et marquante de chaque pays a des chances de rĂ©ussir Ă  promouvoir un  projet  politique plus gĂ©nĂ©ral d’ unitĂ© dans le respect des diversitĂ©s historiquement ancrĂ©es.

L’UnitĂ© dans la DiversitĂ© n’est plus alors un simple slogan brandi mĂȘme par ceux qui ne rĂȘvent que de supprimer les diversitĂ©s pour imposer autoritairement une unitĂ© abstraite aussi vide qu’autoritaire.

Pour lire la suite de cet article, paru sur Les Observateurs.ch, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.