Nous sommes des Français qui vivons en France. Donc, contrairement à d’autres, nous n’avons pas de Mur spécifiquement adapté aux cris, pleurs et jérémiades.

D’ailleurs, nous avons plutôt des raisons de nous féliciter. Le 7 mai, un tiers des votants se sont prononcés en faveur de Madame Le Pen, ce qui fait 25 % de l’électorat global. C’est deux fois plus que les scores les plus favorables de son père, de vénérée mémoire.

Il est évident que l’on souhaiterait mieux, mais est-ce possible dans un pays où la crise économique est compensée par l’accroissement constant de la Dette qui permet – via une multitude de subventions et allocations – de soutenir la consommation intérieure des parasites inutilement importés, des malheureux chômeurs et des sous-productifs ?

L’histoire du XXe siècle démontre qu’une grave crise économique ne se résout que par une guerre ou une révolution. Peut-on imaginer un comportement viril et noble de notre Nation dans son état d’avachissement actuel ? Assurément, non : les Français n’ont pas encore assez souffert.

Fort heureusement, Jeunot Ier, digne successeur de Bouffon Ier, va poursuivre la non-politique de son mol et rusé prédécesseur, jusqu’à ce qu’éclate – dans un délai imprévisible et pour une raison qui sera peut-être dérisoire, comme l’a été le motif de déclenchement des deux guerres mondiales, l’été 14 et l’été 39 – le système économique factice actuel.

En attendant, il incombe aux Français, ni sots spectateurs d’actualités télévisées, ni vulgaires jouisseurs, de poursuivre inlassablement la propagande réclamant la fin des importations inutiles (soit de tout ce que nous pouvons produire), la suppression de toute immigration extra-européenne et l’organisation du retour dans leur continent d’origine des immigrés sans travail, délinquants et criminels, l’abandon du système européen de soumission aux multinationales et à leurs activités de lobbying, en résumé : une politique active, réellement conforme aux intérêts de la Nation française.

En lui-même, le résultat de Madame Le Pen devrait lui valoir un satisfecit, plutôt que des critiques. Et même si l’on est réfractaire à la tête, à l’éthologie et aux idées de son très ambigu mentor, il faut reconnaître que le score du 7 mai – dû au tandem Le Pen-Philippot – dépasse tout ce que l’on a connu depuis 40 années… quand bien même les optimistes délirants souhaitaient mieux.

Le mieux, c’est à tous les citoyens français intelligents & patriotes de le décrocher par une activité de propagandistes, mais aussi d’opposants aux nervis marxistes et gauchistes et aux terroristes mahométans. L’on n’obtiendra rien sans sursaut de la Nation autochtone et cela doit se préparer par la parole et par les actes.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spécialisé en Méde­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naïf et vrai machiavel ; La ténébreuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie médicale et politique ; Dictionnaire de la Révolution française,…) et d'essais (Réflexions sur le Pouvoir. De Nietzsche à la Mondialisation ; Le XXIe siècle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,…). Il a été élu membre de l’Académie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires