Il est clair que cette Ă©lection aura des rĂ©percussions pour l’ensemble du monde occidental et non pas seulement pour l’Autriche. Une dĂ©faite crĂšve-cƓur d’Hofer n’en reste pas moins une victoire morale des nationaux qui, devons-nous le rĂ©pĂ©ter, se battent avec des ressources nettement moindres que leurs opposants et font face Ă  un front uni contre eux.

Cette dĂ©faite n’est donc pas la dĂ©faite des nationaux, mais la dĂ©faite des Ă©lites actuelles qui ont de plus en plus de difficultĂ©s Ă  vendre leurs politiques nĂ©fastes aux peuples qu’elles sont sensĂ©es reprĂ©senter.

Cette course serrĂ©e ne pourra que raviver le camp national français qui doit aujourd’hui rĂ©aliser qu’il faut se mobiliser aux prochaines prĂ©sidentielles et Ă©viter de se diviser face Ă  un pouvoir prĂȘt Ă  toutes les alliances pour conserver ses prĂ©rogatives. Les rĂ©sultats aussi serrĂ©s de ces Ă©lections dĂ©montrent que chaque vote compte.

Rémi Tremblay est porte-parole de la Fédération des Québécois de souche, rédacteur en chef du Harfang.