Le peuple autrichien, aprĂšs avoir permis au FPÖ de participer au pouvoir en 2000 avec Jörg Haider, aurait donc « ouvert les yeux » et Ă  failli choisir un prĂ©sident nationaliste Ă  la tĂȘte de l’État.

Face aux maux qui gangrĂšnent leur quotidien, le peuple autrichien s’est massivement dĂ©tournĂ© des partis traditionnels pour rallier massivement deux candidats hors-systĂšme que tout sĂ©pare, car offrant des options diamĂ©tralement opposĂ©es.

Que soit Ă©lu l’écologiste plutĂŽt que le nationaliste, c’est un cinglant camouflet pour les euro-mondialistes de la Commission europĂ©enne et un sĂ©rieux avertissement aux charlatans du « vivrensemble » 

Pieter Kerstens est un collaborateur de la revue SynthĂšse nationale.