Norbert Hofer, candidat de la formation populiste FPÖ, a raté de très peu la présidence de l’Autriche. EuroLibertés, conformément à sa vocation, souhaite faire connaitre les réactions de journalistes, d’essayistes et d’hommes politiques sur les répercussions de ce résultat extrêmement significatif au sein d’un pays de l’Union européenne.

Autriche : la mélodie du bonheur

Ainsi soit-il. Norbert Hofer a perdu d’un cheveu les élections, mais son ascension fulgurante fait voler en en éclat, la vieille coalition du Parti populaire autrichien (ÖVP), conservateur, et du  parti social-démocrate autrichien (SPÖ).

Entre l’illusion et la guerre, les Autrichiens ont choisi l’illusion et ils auront la guerre. Illusion de compter sur les niaiseries écologistes pour trouver des compromis avec le Grand Turc sur la  pression  des réfugiés. Il y a du Staline chez Erdogan qui tire les marrons du feu et regarde goguenard les avances  alambiquées d’une Europe dont il fait monter les enchères. Illusion de croire ces populations en majorité musulmanes, capables d’un islam soudain tolérant : Il n’y a pas un seul pays au monde où cette religion coexiste pacifiquement. Illusion d’attendre une quelconque reconnaissance  de populations qui cachent leurs femmes, et dont la principale activité est de prier et de se tirer dessus.

L’affrontement arrivera donc, d’autant plus violent que pendant ce temps compassionnel des illusions multiculturelles, l’islam aura gagné du terrain en surfant sur  nos états d’âme.

Avec Hofer, c’est  Le  Parti de la libertĂ© d’Autriche (FPĂ–), mouvement  nationaliste et souverainiste qui arrive sur la scène politique. La comparaison, rĂ©gulièrement entretenue, entre la montĂ©e du nazisme et celle du FPĂ– tourne court, car contrairement Ă  l’Allemagne de 1936, l’Autriche est un des pays les plus riches d’Europe : PIB par habitant, 33 000 euros, juste après le Luxembourg et les pays scandinaves et un  chĂ´mage sous les 5 %. Cette situation idyllique n’engendre aucune culpabilitĂ© chez les Autrichiens contrairement aux Allemands toujours dans l’expiation du nazisme. ConsĂ©quence : les Autrichiens, qui ont Ă©tĂ© agressĂ©s par  les musulmans pendant  200 ans (Le siège de Vienne par les Turcs en 1683 est ancrĂ© dans l’inconscient collectif) regardent  avec perplexitĂ© l’empathie d’Angela Merkel qui leur ouvre les vannes. En faisant barrage Ă  Hofer, c’est la diaspora autrichienne qui redonne de l’air aux migrants. Alors restons optimiste : nul ne doute que les Ă©cologistes sachent convaincre les nouveaux arrivants d’abandonner le niquab pour les culottes de cuir, le yodel et l’edelweiss.

Les Extrafrançais, éditions Dualpha

Les Extrafrançais, éditions Dualpha