En Thuringe, la CDU se suicide en direct en prĂ©tendant vouloir soutenir de l’extĂ©rieur l’élection d’un Ministre prĂ©sident post-communiste, plutĂŽt que d’accepter la mise en place d’un Ministre prĂ©sident CDU tolĂ©rĂ© par les patriotes de l’AfD.

La Thuringe est un des seize États qui composent l’Allemagne. Elle est peuplĂ©e d’un peu plus de deux millions d’habitants, alors que le pays en compte officiellement 83 millions. Ce nombre restreint d’administrĂ©s engendre une promiscuitĂ© entre les dirigeants des diffĂ©rents partis politiques, qui se connaissent.

Parlement de Thuringe.

Parlement de Thuringe.

Lors des Ă©lections pour le Parlement de Thuringe du 27 octobre 2019, deux partis politiques anti-systĂšme ont obtenu ensemble une majoritĂ© des voix et des siĂšges : les post-communistes de Die Linke ont dĂ©crochĂ© 31 % et 29 siĂšges sur 90 et les patriotes de l’AfD 23,4 % et 22 siĂšges.

Or, dans cette entitĂ© connue pour ses saucisses, les post-communistes ont peu Ă©voluĂ© depuis l’époque de la chute de la RĂ©publique DĂ©mocratique Allemande, communiste. De nombreux dirigeants actuels locaux de Die Linke ont exercĂ©, Ă  cette Ă©poque, des fonctions au sein de structures communistes, parfois criminelles. L’AfD de Thuringe est, elle, dirigĂ©e par le fer de lance de l’aile nationaliste du parti Björn Höcke.

Lors de l’élection du Ministre prĂ©sident de Thuringe par le Parlement de Thuringe, ce 5 fĂ©vrier 2020, le post-communiste Bodo Ramelow, qui n’a pas Ă©tĂ© impliquĂ© dans le rĂ©gime de la RĂ©publique DĂ©mocratique Allemande car il est originaire de l’ouest du pays, a voulu ĂȘtre rĂ©Ă©lu au poste de Ministre prĂ©sident en s’appuyant sur les partis ayant constituĂ© la majoritĂ© prĂ©cĂ©dente : sa propre formation politique, les sociaux-dĂ©mocrates du SPD et les Verts. Or, depuis le scrutin de 2019, cette coalition ne dĂ©tient plus de majoritĂ©. Ramelow a donc espĂ©rĂ© que des Ă©lus du parti dĂ©mocrate-chrĂ©tien CDU ou du parti libĂ©ral FDP voteraient pour lui.

Lors du premier et deuxiĂšme tour de scrutin, une majoritĂ© des voix est nĂ©cessaire. Ramelow a fait face Ă  un candidat indĂ©pendant, proche de l’aile la plus conservatrice de la CDU, soutenu par les patriotes de l’AfD. Aucun des deux n’a obtenu le nombre nĂ©cessaire de voix. Au troisiĂšme tour, la personne arrivĂ©e en tĂȘte l’emporte.

Le parti libĂ©ral FDP, qui a tout juste passĂ© le seuil Ă©lectoral des 5 % lors des Ă©lections, a alors introduit dans l’arĂšne Thomas Kemmerich, prĂ©sident du FDP de Thuringe et chef de file des Ă©lus FDP au sein du Parlement de Thuringe. Les Ă©lus de la CDU et du FDP ont naturellement votĂ© pour lui. Et surprise, l’AfD, au lieu de choisir le candidat qu’elle a mis en lice, aussi. Thomas Kemmerich a donc Ă©tĂ© Ă©lu Ministre prĂ©sident de Thuringe. Il a acceptĂ© son poste en mettant en avant le fait que le scrutin est secret et qu’il ne peut, en consĂ©quence, pas connaĂźtre l’origine des voix et a rĂ©itĂ©rĂ© sa volontĂ© de ne pas coopĂ©rer avec Die Linke ou l’AfD.

Par-delĂ  cette annonce de façade, il est Ă©vident pour les observateurs politiques aguerris que sa volontĂ© a Ă©tĂ© de former un gouvernement minoritaire FDP-CDU devant aller chercher, Ă  chaque fois, les voix de l’AfD, dĂšs le vote de mise en place de ce possible cabinet ministĂ©riel. Pour les politiciens de la CDU et du FDP de Thuringe, une telle solution ne prĂ©sente que des avantages, car ils peuvent se rĂ©partir entre eux l’ensemble des postes de l’exĂ©cutif.

Mais pour la CDU fĂ©dĂ©rale, un Ă©norme problĂšme est nĂ© et la chanceliĂšre fĂ©dĂ©rale Angela Merkel est entrĂ©e dans la danse car les alliĂ©s de la CDU, les sociaux-dĂ©mocrates du SPD ou les Verts, peuvent dĂ©cider de rompre des gouvernements dans d’autres États d’Allemagne auxquels ils participent avec la CDU. Le gouvernement fĂ©dĂ©ral d’Angela Merkel est lui-mĂȘme en danger, car, si le SPD le quitte, des Ă©lections anticipĂ©es doivent alors avoir lieu et la carriĂšre de Merkel se termine.

La chanceliĂšre a alors menacĂ© les libĂ©raux du FDP de rompre des gouvernements auxquels ils prennent part et des tĂȘtes sont tombĂ©es au sein de la CDU. Suite Ă  ces évĂ©nements, la prĂ©sidente fĂ©dĂ©rale de la CDU et probable future successeur de Merkel Ă  la chancellerie, Annegret Kramp-Karrenbauer, contrainte d’intervenir Ă  la demande de Merkel, a annoncĂ©, par manque de soutien de certains Ă©lĂ©ments au sein du parti, son dĂ©part. Thomas Kemmerich, mis sous pression, a fait un pas de cĂŽtĂ©.

La CDU a alors nĂ©gociĂ© durant plusieurs jours avec les trois partis de gauche et a fini, ce vendredi 21 fĂ©vrier au soir, par tomber d’accord : des Ă©lus de la CDU voteront au premier tour de scrutin, le 4 mars 2020, pour le post-communiste Bodo Ramelow, un gouvernement de gauche minoritaire sera mis en place avec l’aide extĂ©rieure d’élus CDU. La CDU s’abstiendra de voter des motions contre ce gouvernement avec le FDP et l’AfD. Un « pacte de stabilité » pour court-circuiter les votes de l’AfD au sein du Parlement est conclu. De nouvelles Ă©lections pour le Parlement de Thuringe auront lieu le 25 avril 2021.

La CDU vient de se suicider en direct en acceptant de soutenir l’élection d’un Ministre prĂ©sident post-communiste, alors qu’elle pouvait faire Ă©lire un Ministre prĂ©sident de son parti avec les voix des libĂ©raux du FDP et des nationalistes de l’AfD.

Au sein de la CDU fĂ©dĂ©rale et des autres États allemands, des voix discordantes se sont, cependant, fait entendre ce 22 fĂ©vrier 2020 et le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la CDU Paul Ziemiak a rejetĂ© l’idĂ©e d’une Ă©lection d’un Ministre prĂ©sident post-communiste en Thuringe avec les voix de la CDU. Ziemiak estime que la seule solution consiste en de nouvelles Ă©lections. Selon lui, les dĂ©putĂ©s du Parlement de Thuringe sont libres, mais tous les membres de la CDU sont liĂ©s par les dĂ©cisions de la CDU fĂ©dĂ©rale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone (http://lionelbaland.hautetfort.com). Il parle le nĂ©erlandais (flamand), l’allemand et l’anglais. Il a travaillĂ© dans les parties francophone, nĂ©erlandophone et germanophone de la Belgique, ainsi qu’aux Pays-Bas, et a vĂ©cu en Allemagne. Il est l’auteur de quatre livres : LĂ©on Degrelle et la presse rexiste, DĂ©terna, Paris, 2009 ; Jörg Haider, le phĂ©nix. Histoire de la famille politique libĂ©rale et nationale en Autriche, Éditions des Cimes, Paris, 2012 ; Xavier de Grunne. De Rex Ă  la RĂ©sistance, Godefroy de Bouillon, Paris, 2017 et Pierre Nothomb, collection Qui suis-je ?, PardĂšs, Paris, 2019.

Articles similaires