Une sorte de pastiche d’une chanson cĂ©lĂšbre d’Enrico Macias dĂ©crivant les gens du nord. Qui ne se souvient pas de cette chanson, cette ode aux gens du Nord si peu respectĂ©s par cette Voix du Nord qui se vautre dans l’infamie subtile.

AprĂšs avoir prĂ©sentĂ© un Ă©vĂ©nement grave, la distance du rĂ©cit laisse pantois : une militante a reçu un coup au visage mercredi alors qu’elle collait des affiches prĂšs de la gare de Boulogne. Son agresseur a pris la fuite.

L’agressĂ©e n’est pas n’importe qui ! Elle est ConseillĂšre Municipale dans la ville de Boulogne. Elle collait avec des militants des affiches pour la campagne prĂ©sidentielle de Marine Le Pen. C’est toute la diffĂ©rence avec une Ă©ventuelle agression sur des colleurs d’affiches de MĂ©lenchon, Hamon, Fillon et autres trublions comme Macron.

Frapper une femme est indigne, dĂ©notant une bassesse d’esprit Ă©vidente, mais qu’importe pour La Voix du Nord. Frapper une militante du Front National est probablement normal pour Cyril Mazurel, journaliste Ă  cette Voix du Nord si Ă©trangement basse sur cet Ă©pisode, si pitoyable sur ces faits !

L'« articulet » paru dans « La Voix du Nord », indiquant l'agression contre le FN.

L’« articulet » paru dans « La Voix du Nord », indiquant l’agression contre le FN.

Sous le sous-titre Lecture Zen, (cela ne s’invente pas) l’auteur dĂ©crit la scĂšne : « Vers 21 h 30, rue Ferdinand-Buisson, prĂšs de la gare de Boulogne, une militante a Ă©tĂ© prise Ă  partie puis agressĂ©e par un homme qui passait en voiture. D’aprĂšs le leader frontiste boulonnais, Antoine Golliot, l’individu est descendu de son vĂ©hicule et a Ă©tĂ© “insultant et menaçant”, puis il a donné un coup au visage de la militante, Liliane Pognant, conseillĂšre municipale de Boulogne. »

Antoine Golliot assure que « la motivation » de l’agresseur prend sa source dans le collage d’affiches, dĂ©criant ainsi un geste politique.

Une motivation qui n’est pas venue Ă  l’esprit de Cyril Mazurel qui se contente de rapporter d’une « façon zen », un acte politique consistant Ă  l’agression d’une femme qui collait des affiches FN. Un collage d’affiches effaçant de facto l’indignation d’une agression contre une femme. Ce sexisme avĂ©rĂ© de ce journaliste de la gauche bien pensante est patent. Reste Ă  savoir, si son information zen aurait Ă©tĂ© de la mĂȘme teneur, si cela avait Ă©tĂ© une militante socialiste !

Une plainte contre X a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e au commissariat de Boulogne, qui confirme que l’agression se dĂ©roule dans un contexte « liĂ© aux Ă©lections ». Une enquĂȘte est en cours pour tenter de retrouver l’agresseur. Autrement dit, quelle importance, n’est-ce pas !

Dans la situation politique actuelle, le contexte de mĂ©dias ouvertement anti-Front national, d’une justice Ă  deux vitesses, tous les gens du Nord peuvent penser qui si cela avait concernĂ© une jeune fille « issue des minoritĂ©s », venant des « banlieues dĂ©favorisĂ©es », La Voix du Nord aurait interrogĂ© les tĂ©moins prĂ©sents, nous aurait dĂ©crit l’agresseur, surtout s’il Ă©tait de type europĂ©en, grand, blond, Ă  l’accent chti,
 bref, un de ces Nordistes qui ont dans les yeux, le bleu qui manque Ă  leurs dĂ©cors et collent des affiches Bleu Marine !

PS (sic) et pour info : en novembre 2015, dans le cadre de la campagne des Ă©lections rĂ©gionales, le quotidien dont les relations sont dĂ©crites comme « trĂšs tendues » avec le Front national prend ouvertement parti contre celui-ci en publiant le 11 novembre une Une tout en noir. RĂ©agissant Ă  une seconde Une, Marine Le Pen dĂ©nonce ce qu’elle nomme « un tract pour le Parti socialiste » qu’elle avance ĂȘtre la « contrepartie aux neuf millions d’euros de subventions touchĂ©s [par le quotidien] du Conseil rĂ©gional socialiste » lors de la derniĂšre mandature.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.