Par Olivier Bault.

Le parti Droit et Justice (PiS) se mettrait presque Ă  rĂȘver d’une majoritĂ© constitutionnelle. Est-ce possible en Pologne, avec le scrutin Ă  la proportionnelle ? La mĂ©thode d’Hondt, utilisĂ©e pour le calcul des siĂšges attribuĂ©s Ă  la DiĂšte, donne certes un avantage au vainqueur au moment de la redistribution des voix des partis et coalitions n’ayant pas atteint le seuil pour entrer au parlement, qui est de 5 % pour les partis et de 8 % pour les coalitions Ă©lectorales. C’est comme cela que la Droite unie, c’est-Ă -dire le PiS et deux petits partis alliĂ©s, ont pu Ă  l’automne 2015, avec 37,5 % des votes, obtenir la majoritĂ© absolue. En effet, la coalition Gauche unie, l’extrĂȘme gauche et la droite libĂ©rale-conservatrice lui ont donnĂ© un important rĂ©servoir de voix Ă  redistribuer faute d’avoir atteint le seuil fatidique.

Pour les prochaines lĂ©gislatives, qui auront trĂšs probablement lieu en octobre (la date exacte n’est pas encore fixĂ©e), la Coalition europĂ©enne gaucho-libĂ©rale des europĂ©ennes a Ă©clatĂ© en trois coalitions Ă©lectorales, et si deux de ces trois blocs n’atteignent pas le seuil requis, alors une majoritĂ© constitutionnelle pourrait ĂȘtre Ă  portĂ©e de main, et c’est aujourd’hui cela la vraie question. Car aprĂšs la trĂšs nette victoire du PiS aux Ă©lections europĂ©ennes du 26 mai, peu de commentateurs doutent encore que sa majoritĂ© absolue actuelle sera reconduite.

Un sondage publiĂ© par le quotidien Rzeczpospolita le 17 juillet donnait toutefois le PiS Ă  un siĂšge de la majoritĂ© absolue en cas de reconduction de la Coalition europĂ©enne, avec 42,7 % des voix pour le PiS, 38,5 % pour la Coalition europĂ©enne et 8 % (juste au niveau du seuil) pour une Ă©ventuelle coalition du parti LGBT Wiosna (Printemps) et du parti d’extrĂȘme gauche Lewica Razem. En revanche, avec une opposition divisĂ©e, ce mĂȘme sondage donnait 43 % des voix au PiS et les pourcentages suivants aux partis qui Ă©taient membres de cette Coalition europĂ©enne : 26,1 % Ă  la Plateforme civique (PO, le parti libĂ©ral dont est issu Donald Tusk), 5,9 % au SLD post-communiste, 4,4 % au parti agraire PSL et 4,2 % Ă  Wiosna.

Sondage PolognePour le PSL, Ă  l’électorat rural plutĂŽt conservateur et majoritairement catholique, la dĂ©cision de crĂ©er une Coalition polonaise de centre-droit,supposĂ©ment d’inspiration chrĂ©tienne-dĂ©mocrate, avait Ă©tĂ© prise juste aprĂšs la dĂ©faite du 26 mai, pour tenter de rĂ©cupĂ©rer les Ă©lecteurs traditionnels de ce parti qui n’avaient pas apprĂ©ciĂ© le virage progressiste-libertaire, anticlĂ©rical et ouvertement pro-LGBT infligĂ© Ă  la Coalition europĂ©enne par la gauche, avec l’assentiment des libĂ©raux de la Plateforme civique, et avaient prĂ©fĂ©rĂ© voter pour le PiS. Restait encore Ă  savoir si la PO anciennement chrĂ©tienne-dĂ©mocrate et issue de l’aile gauche de l’ancien syndicat Solidarnoƛć resterait avec les sociaux-dĂ©mocrates post-communistes du SLD. Au niveau de la base et chez les Ă©lus locaux de la PO, c’est une alliance qui n’était pas du goĂ»t de tous. Ce sont donc finalement les libĂ©raux qui ont pris la dĂ©cision le 17 juillet : ils ne reconduiront pas leur alliance avec les post-communistes.

Il y aura donc trois blocs d’opposition concurrents face au PiS à l’automne :

– Le plus important, celui formĂ© par la Plateforme civique et le parti-libĂ©ral-libertaire Nowoczesna ainsi qu’un mouvement fĂ©ministe pro-avortement, revient Ă  l’étiquette de Coalition civique (KO) qui avait relativement bien fonctionné pour les Ă©lections rĂ©gionales et municipales de l’automne dernier, et confirme son inclinaison progressiste en proposant notamment d’introduire les unions civiles pour les homosexuels. La PO n’a d’ailleurs plus vraiment le choix, mĂȘme si cette Ă©volution est pain bĂ©ni pour le PiS de JarosƂaw KaczyƄski qui attire ainsi Ă  lui l’électorat modĂ©rĂ© de centre-droit alors que les nationalistes, libĂ©raux-conservateurs et catholiques pro-vie sur sa droite restent trop faibles pour l’inquiĂ©ter. En effet, Ă  dĂ©faut d’avoir un leader charismatique en la personne du trĂšs terne et maladroit Grzegorz Schetyna, qui a prouvĂ© qu’il Ă©tait capable de dire une chose et son contraire d’un jour Ă  l’autre (par exemple sur la question des unions civiles), les principaux visages de la PO dans les mĂ©dias aujourd’hui sont les maires de GdaƄsk et Varsovie avec leurs « chartes LGBT » et leur propension Ă  se comporter en opposition « totale » face au pouvoir central.

– À droite de la KO, la Coalition polonaise du PSL dont la crĂ©dibilitĂ© a beaucoup souffert de l’appartenance Ă  la Coalition europĂ©enne. Tant que son leader WƂadysƂaw Kosiniak-Kamysz restera Ă  la tĂȘte du PSL, il sera difficile pour ce parti de faire croire qu’il est Ă  nouveau conservateur et attachĂ© aux valeurs chrĂ©tiennes.Le PSL est en discussion avec le parti national-conservateur Kukiz’15, mais avant d’envisager de s’allier au PSL, PaweƂ Kukiz, le leader de Kukiz’15, avait comparĂ© ce parti Ă  un « groupe mafieux ».

– À gauche de la KO, une coalition d’extrĂȘme gauche rassemblant les post-communistes du SLD et les militants LGBT de Wiosna ainsi que le parti d’extrĂȘme gauche Lewica Razem dont le leader affirmait il y a peu de temps encore que le SLD ne pouvait pas se prĂ©tendre de gauche et faisait partie du mĂȘme Establishment nĂ©o-libĂ©ral que la PO et le PiS.

Article paru sur le site du VPost.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99