9 août 2019

La Démocratie travestie par les mots

Par Richard Dessens

« Les vecteurs de la “pensée” ne sont plus
que quelques slogans et mots-clefs.
Ajoutez à cela le phénomène SMS et plus encore internet
et vous avez tous les ingrédients
d’une grande régression de la pensée,
de l’interdiction des vrais débats,
de la psalmodiation de valeurs vidées de tout sens »

 

Entretien avec Richard Dessens, auteur de  La Démocratie travestie par les mots (éditions Dualpha)

Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Un livre qui remet en cause les valeurs de la démocratie à travers des propos parfois ravageurs, ne risque-t-il pas d’être dangereux pour la démocratie et d’emmener certains sur des pentes douteuses ?

C’est parce que je suis un républicain farouche que, justement, je remets en cause sur un ton léger ou pamphlétaire plus que par de longs développements, ce qu’est devenue l’idée démocratique depuis les soixante dernières années. Depuis 1945 surtout, puis 1991, les démocraties européennes ne se voient QUE comme la seule alternative aux deux idéologies meurtrières du XXe siècle. En face, elles avancent seulement deux valeurs : les Droits de l’Homme et la loi du marché. C’est cela la Démocratie moderne, enfermée dans un triptyque à mes yeux très dangereux, peu fédérateur et déjà dépassé. Et surtout pauvre et fragile…

Comment pouvez-vous affirmer que les Droits de l’Homme sont « dépassés » alors qu’ils ont été affirmés depuis seulement 1948 ?

Les Droits de l’Homme ne sont que l’un des 3 éléments du triptyque… Mais, à eux seuls, ils symbolisent le triomphe de l’individualisme, à l’origine de la plupart des maux de nos sociétés modernes. Le second élément amène à interdire toute remise en cause de cette démocratie-là, en culpabilisant tout opposant qui se rangerait automatiquement dans le rang des « fascistes » et « nazis ». Quant au 3e élément, il représente l’autre triomphe : celui des pouvoirs économiques et financiers impersonnels sur la politique, apparentée depuis 1945 aux terribles excès portés par les idéologies communiste et nazie.

Mais en quoi cette démocratie est-elle « travestie » ? Le mot est fort…

Parce que dans le mot « travestie », il y a l’idée de la tromperie, du dol et de ses manipulations. L’utilisation des mots, surtout face à un irrémédiable appauvrissement culturel, permet de stigmatiser, simplifier à l’extrême, d’inverser des valeurs, de faire croire. Les nouveaux médias (notamment la télévision) ont renforcé encore cette hypersimplification frisant la primarité de la pensée, voire en la supprimant. Les vecteurs de la « pensée » ne sont plus que quelques slogans et mots-clefs. Ajoutez à cela le phénomène SMS et plus encore internet et vous avez tous les ingrédients d’une grande régression de la pensée, de l’interdiction des vrais débats, de la psalmodiation de valeurs vidées de tout sens. Les mots peuvent tuer. Ils ont tué la politique en la méprisant et porté l’individu au-dessus des dieux en le flattant sur ce qu’il a de pire. J’ai voulu expliquer tout cela dans mon livre pour permettre aux lecteurs de prendre conscience de l’imposture politique actuelle et lui donner les éléments de réflexions appropriés.

La Démocratie travestie par les mots de Richard Dessens, éditions Dualpha, 168 pages, 21 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

La Démocratie travestie par les mots de Richard Dessens (éditions Dualpha).

La Démocratie travestie par les mots de Richard Dessens (éditions Dualpha).

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99