L’« illibĂ©ralisme » ou la notion de dĂ©mocratie illibĂ©rale est une construction dĂ©veloppĂ©e dans les annĂ©es 1990 par le syndicaliste, sociologue et homme « de gauche » financĂ© par le grand capital, Pierre Rosanvallon. Il plongerait ses racines dans le vieux courant de la droite bonapartiste, sans aucune amĂ©nitĂ© comme on peut le comprendre.

Pierre Rosanvallon.

Pierre Rosanvallon.

Il s’agirait d’un mouvement assez large, de fronde anti-systĂšme assez confus, plutĂŽt autoritaire, Ă  tendance nationaliste, partisan d’un État fortement centralisĂ© et critique de « l’État-de-droit », formule incertaine censĂ©e garantir toutes les libertĂ©s individuelles
 ou en rĂ©alitĂ© individualistes, ce qui est trĂšs diffĂ©rent dans nos nouvelles sociĂ©tĂ©s post-modernes.

La thĂ©orisation nĂ©gative de l’illibĂ©ralisme renaĂźt dans les annĂ©es 2010 lors de l’arrivĂ©e de pouvoirs eurosceptiques en Hongrie et en Pologne. En 2014, Viktor Orban s’approprie l’expression pour dĂ©finir le pouvoir qu’il incarne. L’illibĂ©ralisme devient peu Ă  peu la marque des nouveaux rĂ©gimes ou mouvements montants en Europe, opposĂ©s Ă  l’Union europĂ©enne actuelle, anti-immigrationnistes, et dĂ©fenseurs de leurs identitĂ©s nationales.

Consciente des dangers de sĂ©duction potentielle d’une telle dĂ©finition des nouvelles « dĂ©mocraties illibĂ©rales », la Grande Presse Officielle va tenter d’imposer le terme de « Populistes », beaucoup plus nĂ©gatif pour dĂ©crĂ©dibiliser ces gouvernements ou partis en ascension. D’autres adversaires, universitaires ou intellectuels rĂ©fĂ©rents, dĂ©noncent le rejet de l’« État de droit » des illibĂ©raux et les rapprochent des thĂšses de Poutine sur la « verticale du pouvoir » ou de Carl Schmitt sur la primautĂ© du politique par rapport Ă  l’État de droit et aux droits fondamentaux. D’autres encore tentent de discrĂ©diter la formule en l’appliquant Ă  la politique de Trump aux USA
 sans grande pertinence sur le fond.

Pour susciter des Ă©changes encore discrets entre intellectuels, l’illibĂ©ralisme n’en est pas moins une rĂ©alitĂ© politique qui forge ses valeurs dans une Europe en recomposition. L’« illibĂ©ralisme » affiche sans conteste son rejet du libĂ©ralisme tel qu’il est compris dans les dĂ©mocraties post-modernes, un libĂ©ralisme devenu libertarisme avec le triomphe de l’individualisme et l’effacement de l’État et des attributs de sa souverainetĂ©. Il affirme la reconnaissance de valeurs identitaires Ă©vacuĂ©es par un libĂ©ralisme mondialisĂ© valorisant toutes les mixitĂ©s.

Il s’agit donc principalement d’un illibĂ©ralisme politique plus qu’économique, ce qu’on pourrait par ailleurs critiquer ou contester sur ses incertitudes de cohĂ©rence et son manque de profondeur de rĂ©flexion sur ce point.

Pourtant Ă  son prĂ©tendu rejet de l’« État de droit », fondement inviolable des dĂ©mocraties libĂ©rales et gage de ses valeurs, l’illibĂ©ralisme lui prĂ©fĂšre l’idĂ©e d’« État de Justice ». Le droit n’est qu’un principe lorsque la justice est un fait qui concerne les citoyens dans leur vie quotidienne. Qu’est-ce que le droit si la justice n’est plus rendue ?

Appliquer par exemple le « principe de prĂ©caution » Ă  la justice, c’est-Ă -dire protĂ©ger les personnes et les biens avant qu’il n’y soit portĂ© atteinte est probablement contraire Ă  l’« État de droit » qui prĂ©fĂšre intervenir aprĂšs que les dĂ©lits et les crimes ont Ă©tĂ© commis, au nom du respect des droits individuels
 des voyous, mais contre les droits Ă  la sĂ©curitĂ© des honnĂȘtes gens (mais les « honnĂȘtes gens », autrement appelĂ©s « victimes », n’existent pas dans un État de droit). Ainsi un État de Justice ne serait simplement qu’un État (d’un autre) droit, mais effectivement protecteur.

Mais l’État de Justice, c’est aussi garantir la justice sociale, la justice au travail, la justice du sens commun, celle du « bon et du juste » des Anciens qui assure une rĂ©elle Ă©quitĂ© pour un vivre-ensemble rĂ©habilitĂ©.

L’illibĂ©ralisme, un nouvel Ă©tendard pour demain pour tous ceux qui rĂȘvent d’une dĂ©mocratie affermie, juste pour les victimes, protectrice des citoyens, fiĂšre de son identitĂ© culturelle et de ses legs civilisationnels ? Cette dĂ©mocratie populaire de la justice remplacerait avec bonheur le « populisme » mĂ©prisant de ses adversaires acharnĂ©s.

Richard Dessens vient de publier Histoire et formation de la pensée politique aux éditions Dualpha, 410 pages, 33 euros. Pur commander ce livre, cliquez ici.

Histoire et formation de la pensée politique, Richard Dessens  (éditions Dualpha).

Histoire et formation de la pensée politique, Richard Dessens (éditions Dualpha).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires