Le fougueux vice-prĂ©sident du Conseil italien et Ministre de l’IntĂ©rieur de 45 ans, Matteo Salvini, a dĂ©cidĂ©ment le vent en poupe. Depuis les Ă©lections sa popularitĂ© a plus que doublĂ©, n’en dĂ©plaise aux commentateurs chagrins qui veulent faire croire que « LES Italiens » sont dĂ©sespĂ©rĂ©s et tous des adversaires de Salvini. L’aveuglement Ă©litiste dĂ©calĂ© poursuit son matraquage idĂ©ologique. « Nessuno tocchi Salvini » (personne ne touche Ă  Salvini) est pourtant le slogan de millions d’Italiens. Mais que valent le peuple et son dirigeant non diplĂŽmĂ© pour nos Ă©lites énarchiques ?

Matteo Salvini.

Matteo Salvini.

C’est vrai que Matteo Salvini a eu de quoi agacer cet Ă©té 

La derniĂšre affaire du garde-cĂŽte italien Diciotti et ses 140 migrants finalement dĂ©barquĂ©s Ă  Catane fait suite Ă  celles de l’Aquarius et du Lifeline en juin. La pression politique de Luigi di Maio, son alter ego, qui veut mĂ©nager la gauche du M5S, a inflĂ©chi ponctuellement la dĂ©cision de Salvini. Cela n’a pas empĂȘchĂ© la « justice » italienne d’engager des poursuites contre lui – poursuites symboliques d’ailleurs – pour « sĂ©questration arbitraire » et « abus de pouvoir »  On croit rĂȘver.

Mais Ă  l’occasion de l’affaire du Diciotti, Matteo Salvini a voulu mettre l’UE devant ses responsabilitĂ©s d’accueil gĂ©nĂ©reux, en menaçant de rĂ©duire la contribution de l’Italie au budget europĂ©en de 2019. Devant le refus – attendu bien sĂ»r – de l’UE, Salvini a passĂ© un accord avec l’Albanie, l’Irlande et l’Église italienne pour accueillir les migrants. Mais il a prĂ©venu que c’était la derniĂšre fois.

 

Autre dossier : la réforme de la légitime défense et de la loi sur les armes

« La dĂ©fense est toujours lĂ©gitime », affirme Matteo Salvini. Selon le projet de loi « est considĂ©rĂ©e lĂ©gitime dĂ©fense l’action de repousser la violation de domicile avec effraction ou recours Ă  la violence ». Le texte abolit le principe trĂšs discutable et souvent condamnable de « proportionnalitĂ© de la rĂ©ponse en fonction de la menace ».

Rappelons que ce principe « dĂ©mocratique » consiste Ă  demander Ă  son agresseur quel type d’arme il possĂšde afin de s’emparer d’une arme de mĂȘme catĂ©gorie
 pour se dĂ©fendre Ă©ventuellement. Donner la prioritĂ© aux victimes face aux agresseurs fait bondir nos Ă©lites qui hurlent au dĂ©ni de dĂ©mocratie, mais cela ne peut que satisfaire le bon sens et donner Ă  rĂ©flĂ©chir – si c’est possible – aux racailles de tout poil qui infestent nos citĂ©s.

 

Dernier dossier : la rencontre qualifiĂ©e de « politique » de Matteo Salvini avec le Hongrois Viktor Orban Ă  Milan dans le cadre de la prĂ©paration des Ă©lections europĂ©ennes de mai 2019 sur les fondements communs de l’immigration et de la sĂ©curitĂ© des frontiĂšres europĂ©ennes notamment. Viktor Orban a assurĂ© Matteo Salvini de son identitĂ© de vues sur l’immigration et l’UE tout en affirmant qu’il ne veut pas d’un « leadership français de l’Europe, payĂ© par de l’argent allemand ». VoilĂ  Macron, financĂ© par Merkel, clairement dĂ©signĂ© comme l’ennemi des peuples europĂ©ens.

Une alliance des « populistes » – comprendre « ceux qui Ă©coutent le peuple » d’aprĂšs le rĂ©cent discours « attrape-tout » de Laurent Wauquiez –, est en construction sous l’impulsion de Salvini en Europe. Le Premier ministre tchĂšque Andrej BabiĆĄ est Ă©galement attendu par Matteo Salvini dans les jours qui viennent.

Toutefois cette union « populiste » europĂ©enne qui ambitionne d’obtenir sinon une majoritĂ©, mais au moins une forte minoritĂ© de blocage au Parlement europĂ©en, est l’objet d’attaque sur fond de l’intervention de Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump. Celui-ci multiplie ces derniĂšres semaines des consultations avec l’ensemble des leaders « populistes » en Europe et annonce crĂ©er un « Mouvement » Ă  Bruxelles destinĂ© Ă  fĂ©dĂ©rer les poussĂ©es nationales eurosceptiques. Il se positionne ainsi comme l’anti-George Soros et son « Open Society », dont l’objectif ultralibĂ©ral lui fait dĂ©verser des milliards sur les partisans de l’Union EuropĂ©enne.

On peut douter de la pertinence d’un AmĂ©ricain, au sentiment national monolithique, face aux nationalismes europĂ©ens aux intĂ©rĂȘts parfois divergents. Toutefois l’urgence vitale posĂ©e par les problĂšmes de l’immigration massive – notamment illĂ©gale qui continue Ă  galoper –, de la sĂ©curitĂ© des frontiĂšres, de la politique vis-Ă -vis de la Russie, entre autres, peut suffire Ă  trouver un fonds commun transversal d’accord entre les peuples europĂ©ens menacĂ©s. Bien sĂ»r, Emmanuel Macron, avec sa mĂ©thode CouĂ©, explique benoĂźtement « qu’il n’y a pas de crise migratoire », mais il semble bien seul avec une Angela Merkel Ă©tiolĂ©e Ă  vouloir en convaincre leurs peuples
 avec des rĂ©sultats trĂšs mitigĂ©s


EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires