Pour bon nombre d’observateurs de sensibilitĂ© patriotique, identitaire ou non-conformiste, le voisin suisse fait presque figure d’Arcadie. Leur attirance pour la ConfĂ©dĂ©ration helvĂ©tique ne repose ni sur son fĂ©dĂ©ralisme sagement pensĂ© ainsi que sa pratique frĂ©quente de la subsidiaritĂ© (deux axes majeurs pour la promotion d’une Alter Europe Ă  rebours de l’Union pseudo-europĂ©enne de Bruxelles), ni sur la coexistence de quatre ensembles linguistiques (germanique, francophone, italien et romanche) qui prouve que la Suisse par ce polyculturalisme enracinĂ© rĂ©sume elle aussi l’authentique esprit europĂ©en.

Non, l’helvĂ©tophilie en cours en France ne se rapporte qu’à la votation. Ce terme dĂ©signe le rĂ©fĂ©rendum d’initiative populaire organisĂ© indiffĂ©remment Ă  l’échelle de la commune, du canton et de la ConfĂ©dĂ©ration. C’est d’ailleurs cette derniĂšre configuration qui suscite le plus d’admiration. Il faut reconnaĂźtre que les votes surprises du 29 novembre 2009 sur l’interdiction des minarets et du 14 fĂ©vrier 2012 contre l’immigration de masse n’ont pu que ravir les vrais EuropĂ©ens.

Cependant, ces victoires sans efficacitĂ© pratique parce que le gouvernement fĂ©dĂ©ral bloque la mise en Ɠuvre ne doivent pas masquer de nombreux Ă©checs. Le 12 fĂ©vrier dernier, 60,4 % des Suisses approuvĂšrent la simplification de la procĂ©dure de naturalisation des petits-enfants d’immigrĂ©s souvent d’origine balkanique, orientale et africaine ! Les mĂ©dias du SystĂšme fĂȘtĂšrent ce rĂ©sultat ! Quelques annĂ©es auparavant, les Suisses avaient majoritairement rejetĂ© le projet d’abrogation des lois liberticides. Ces deux exemples dĂ©montrent que, loin de s’opposer au nouvel ordre cosmopolite, la votation reprĂ©sente parfois un excellent moyen d’asservissement !

Ses introducteurs ignoraient en effet tout de l’impact de ce terrible pouvoir que constitue la sphĂšre mĂ©diatique. Ils ne pouvaient pas non plus imaginer que le corps Ă©lectoral serait au grĂ© des vagues successives de naturalisation plus hĂ©tĂ©rogĂšne sur le plan ethnique. La dĂ©mocratie directe convient Ă  l’homme europĂ©en Ă  la condition expresse qu’il puisse Ă©tablir son propre jugement. Dans le tumulte de la vie postmoderniste et l’emprise croissante des rĂ©seaux sociaux, ce n’est plus le cas !

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Liberté le 7 avril 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.