Le 5 novembre dernier, des Ă©lections administratives se dĂ©roulaient en Italie. Outre l’élection du gouverneur et de l’assemblĂ©e rĂ©gionale autonome en Sicile, les Ă©lecteurs Ă©taient conviĂ©s Ă  plusieurs scrutins municipaux.

Luca Marsella, candidat de CasaPound.

Luca Marsella, candidat de CasaPound.

En Sicile, le candidat des droites unies (Forza Italia de Berlusconi, FrĂšres d’Italie issu de l’éclatement de l’Alliance nationale post-fasciste, Ligue du Nord), Nello Musumeci, lui-mĂȘme nĂ©ofasciste dans sa jeunesse, remporte le mandat avec 39,8 % devant le candidat du Mouvement 5 Étoiles de Beppe Grillo (34,7 %). À 18,7 %, le centre gauche au pouvoir Ă  Rome subit un vrai revers Ă©lectoral. Mais le coup de tonnerre politique est venu de la banlieue de Rome, d’Ostie plus prĂ©cisĂ©ment.

Arrondissement portuaire de la capitale italienne, Ostie Ă©tait depuis le printemps 2015 sous la tutelle directe de l’État afin d’éradiquer toute emprise mafieuse sur la municipalitĂ©. Le second tour, trĂšs ouvert, qui va Ă©lire au suffrage universel direct le maire opposera la grilliniste Giuliana Di Pillo Ă  Monica Picca de l’« union des droites ». LĂ  encore, le centre gauche gouvernemental ne rĂ©alise que 14,09 % des suffrages. Alors que la participation ne s’élĂšve qu’à 36,15 %, 5 944 Ă©lecteurs, soit 9,08 %, ont apportĂ© leur voix Ă  Luca Marsella de CasaPound. Stupeur et consternation des journalistes ! Le candidat « fasciste du IIIe millĂ©naire » franchit les 20 % dans certains quartiers.

Mouvement politique, associatif et culturel, CasaPound a choisi de se prĂ©senter aux Ă©lections Ă  partir des lĂ©gislatives de 2013 oĂč il obtint moins de 50 000 voix. En juin dernier, lors des prĂ©cĂ©dentes Ă©lections municipales, ses candidats ont rĂ©uni 0,33 % Ă  Padoue, 0,68 % Ă  Lecce, 0,96 % Ă  L’Aquila, 1,02 % Ă  VĂ©rone, 1,15 % Ă  Cumeo et Ă  La Spezia, 1,34 % Ă  Pistoia, 1,72 % Ă  Lazio et 1,79 % Ă  Padoue. On observe nĂ©anmoins que le dĂ©bat sur l’adoption du droit du sol et l’arrivĂ©e massive d’immigrĂ©s clandestins radicalisent une partie de l’opinion italienne. À Todi, CasaPound atteint 5 %, Ă  Bolzane 6,70 % et mĂȘme 7 % Ă  Luca !

Partant de trĂšs bas, la tortue, symbole du mouvement de Gianluca Iannone, engrange peu Ă  peu quelques succĂšs Ă©lectoraux. Pour la premiĂšre fois, deux Ă©lus locaux, le maire de Trenzano et le vice-maire de Montelibretti, viennent d’adhĂ©rer Ă  CasaPound. Les lĂ©gislatives du printemps 2018 lui assureront-elles une modeste reprĂ©sentation parlementaire ? En attendant, Avanti CasaPound !

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée le 17 novembre 2017 sur Radio-Libertés.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.