En 2015 l’Union europĂ©enne menace de dĂ©clencher la procĂ©dure de l’article 7 du TraitĂ© de l’UE contre la Hongrie pour « violation grave et persistante » des valeurs de l’UE, y compris celle de l’État de droit, avec suspension des droits de vote au Conseil de l’UE, l’instance oĂč les 28 Ă©laborent les lĂ©gislations europĂ©ennes. En dĂ©cembre 2017 la mĂȘme procĂ©dure Ă©tait cette fois effectivement activĂ©e contre la Pologne.

Le vote du Parlement européen sanctionnant la  Hongrie.

Le vote du Parlement européen sanctionnant la Hongrie.

Le 12 septembre 2018, la Hongrie, Ă  son tour – c’était prĂ©visible – subit la mĂȘme ouverture de l’article 7 qui dispose que : « Sur proposition motivĂ©e d’un tiers des États membres, du Parlement europĂ©en ou de la Commission, le Conseil, statuant Ă  la majoritĂ© des quatre cinquiĂšmes de ses membres aprĂšs approbation du Parlement europĂ©en, peut constater qu’il existe un risque clair de violation grave par un État membre des valeurs visĂ©es Ă  l’article 2. Avant de procĂ©der Ă  cette constatation, le Conseil entend l’État membre en question et peut lui adresser des recommandations, en statuant selon la mĂȘme procĂ©dure. Le Conseil vĂ©rifie rĂ©guliĂšrement si les motifs qui ont conduit Ă  une telle constatation restent valables. »

Article 2 du TraitĂ© sur l’Union europĂ©enne : « L’Union est fondĂ©e sur les valeurs de respect de la dignitĂ© humaine, de libertĂ©, de dĂ©mocratie, d’égalitĂ©, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant Ă  des minoritĂ©s. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une sociĂ©tĂ© caractĂ©risĂ©e par le pluralisme, la non-discrimination, la tolĂ©rance, la justice, la solidaritĂ© et l’égalitĂ© entre les femmes et les hommes ». La messe est dite !

La Hongrie est donc le 2e exemple d’application de l’article 7 en Europe. À qui le tour ? L’Italie, la RĂ©publique tchĂšque ? Tous ceux qui sont les gardiens de leur identitĂ© et de leur souveraineté ? Tous les pays qui ont Ă©lu dĂ©mocratiquement des dirigeants politiquement incorrects aux yeux de l’UE ?

La résolution est passée avec 448 votes pour et 197 contre, soit la majorité qualifiée requise des 2/3, en ne tenant pas compte des abstentions.

« La dĂ©cision d’aujourd’hui n’est rien de moins qu’une petite vengeance des politiciens pro-immigration contre la Hongrie », a rĂ©agi le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres Peter Szijjarto.

Sur le fond trois remarques se dégagent :

  • AprĂšs hĂ©sitations, le PPE (« droite » europĂ©enne), dont est membre le parti de Viktor Orban (!), s’est ralliĂ© majoritairement Ă  la dĂ©cision contre la Hongrie, sous les incantations, notamment de l’allemand Manfred Weber, prĂ©sident du groupe PPE. Toutefois la dispersion des votes du PPE montre ses ambiguĂŻtĂ©s et le dĂ©sarroi gĂȘnĂ© d’une partie de la droite traditionnelle face Ă  ses positions vis-Ă -vis des « Populistes ». Il lui faudra faire un choix dĂ©cisif un jour ou l’autre
 si elle veut survivre.
  • La perspective des Ă©lections europĂ©ennes renforce les lignes de fracture qui opposent les pro-immigrationnistes et europĂ©istes, fidĂšles aux « valeurs de l’article 2 », et anti-immigrationnistes, dĂ©fenseurs des identitĂ©s europĂ©ennes et de leur souverainetĂ©. Viktor Orban a d’ailleurs estimĂ© que le vote des eurodĂ©putĂ©s est «l’ultime preuve claire que le Parlement europĂ©en compte une trĂšs grande majoritĂ© de politiciens pro-immigration » et qu’elle a « rĂ©vĂ©lĂ© l’intention de former une coalition aprĂšs les Ă©lections de mai prochain entre les libĂ©raux, la gauche et le PPE ». Emmanuel Macron, lui, s’est fĂ©licitĂ© bien sĂ»r de ce « large » vote « historique », radieux de se voir confirmer dans sa ligne politique qui le place en champion de l’europĂ©isme contre les « Populistes ». Et le PPE s’est enfermĂ© dans son piĂšge. Macron contre Orban, Salvini et tous les autres, telle est la ligne directrice des futures Ă©lections europĂ©ennes.
  • Le Parlement europĂ©en et le Conseil s’érigent ouvertement en juges politiques des États europĂ©ens dont la « souverainetĂ© limitĂ©e », selon la savoureuse expression de Leonid Brejnev Ă  propos des pays de l’Est du glacis soviĂ©tique, est dĂ©sormais bien actĂ©e par les dĂ©cisions des organes de l’UE. À quand les chars Ă  Budapest comme en 1956 ? L’esprit y est, la violence physique, pour le moment, en moins. La Hongrie est dĂ©cidĂ©ment au cƓur de la rĂ©sistance, pour la deuxiĂšme fois, contre l’envahisseur.

 

Mais finalement, la condamnation n’est-elle pas plus symbolique et Ă©lectoraliste que de nature Ă  gĂȘner vraiment la Hongrie ? La Pologne ne s’en porte pas plus mal depuis 2017 et les Polonais plutĂŽt renforcĂ©s dans leur identitĂ©. Une telle condamnation est en effet Ă  double tranchant car au-delĂ  des rodomontades droits-de-l’hommistes, ses effets risques de conforter les peuples europĂ©ens souverains dans leur volontĂ© de rĂ©sistance Ă  des principes abstraits, idĂ©ologiques et dĂ©passĂ©s face aux rĂ©alitĂ©s inquiĂ©tantes vĂ©cues en l’Europe.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires