Les derniĂšres rĂ©vĂ©lations de Wikileaks ne font que confirmer ce que nous savions dĂ©jĂ . Soit un nouveau degrĂ© d’abaissement de la France face Ă  son « ami amĂ©ricain ». Hollande plus fort que Sarkozy ? 

« La bombe humaine, tu la tiens dans ta main », chantait le groupe TĂ©lĂ©phone dans les annĂ©es quatre-vingt du siĂšcle dernier. Julian Assange, l’homme de Wikileaks, rĂ©fugiĂ© depuis maintenant des annĂ©es Ă  l’ambassade Ă©quatorienne de Londres, tiendrait plutĂŽt, lui, de la grenade dĂ©goupillĂ©e.

Ses derniĂšres rĂ©vĂ©lations que les liens troubles entre Qatar, Arabie Saoudite et famille Clinton – des dons se chiffrant en millions de dollars Ă  la fondation dirigĂ©e par l’ex-PrĂ©sident – ont ainsi parasitĂ© une campagne prĂ©sidentielle amĂ©ricaine dans son ultime ligne droite. Pis, le mĂȘme Julian Assange confirme ce dont tout le monde ou presque se doutait : Arabie Saoudite et Qatar ont Ă©tĂ© les principaux bailleurs de fonds de l’État islamique.

Toujours selon les mĂȘmes rĂ©vĂ©lations Wikileaks, Hillary Clinton, alors secrĂ©taire d’État, savait tout cela. Et a laissĂ© faire, ayant mĂȘme approuvĂ© des ventes massives d’armes amĂ©ricaines Ă  Ryad ; lequel matĂ©riel atterrissait au final, fut-ce par des moyens dĂ©tournĂ©s, dans les mains des soldats de Daech, soldats que les USA sont pourtant censĂ©s combattre dans le cadre d’une assez fantasmatique « guerre contre le terrorisme » 

Notre prĂ©sident n’est pas non plus Ă©pargné : « François Hollande est une escroquerie, comme de nombreux politiciens [
] Cela fait partie de son mĂ©tier, malheureusement. »

D’ailleurs, en 2015, quand Julian Assange rĂ©vĂšle que des chefs d’État tels qu’Angela Merkel, François Hollande, et mĂȘme le Pape BenoĂźt XVI sont sur Ă©coute de la toute-puissante NSA, la France refuse ce droit d’asile si gĂ©nĂ©reusement accordĂ© Ă  des dizaines de milliers de rĂ©fugiĂ©s plus ou moins politiques Ă  Julien Assange. Lequel constate : « On aurait pu penser que le PrĂ©sident allait aider les lanceurs d’alerte. Mais l’ÉlysĂ©e ne voulait pas heurter les États-Unis. »

Il est des cocus heureux et mĂȘme fiers de l’ĂȘtre. Et qui font mĂȘme tout pour imiter ceux qui sont cause de leur infortune. Et, Julian Assange, toujours : « Il y a des problĂšmes graves concernant l’état d’urgence en France. Il y a des violations des libertĂ©s fondamentales qui Ă©manent des lois antiterroristes [
] La France a ainsi choisi la surveillance de masse, c’est une menace considĂ©rable pour la dĂ©mocratie. »

Il est un fait qu’il existe des servitudes volontaires, surtout venant de peuples fatiguĂ©s, prĂȘts Ă  Ă©changer des pans entiers de vĂ©ritables libertĂ©s contre des semblants de sĂ©curitĂ©. Il peut paraĂźtre pour le moins saugrenu que ce soit un informaticien australien qui vienne nous le rappeler, mais c’est malheureusement la stricte et triste rĂ©alitĂ©.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.