par Jordi Vives.

Ce mardi soir, le rĂ©dacteur en chef de Lengadoc Info, Jordi Vives, catalan de souche, a Ă©tĂ© expulsĂ© manu-militari, aprĂšs avoir Ă©tĂ© menacĂ© de mort, d’un meeting indĂ©pendantiste catalan qui avait lieu Ă  Montpellier. Il raconte.

Ce mardi soir, je suis allĂ© assister au meeting indĂ©pendantiste catalan qui se dĂ©roulait Ă  la salle Guillaume Nogaret Ă  Montpellier. OrganisĂ© par le ComitĂ© pour la LibertĂ©, la DĂ©mocratie et la SolidaritĂ© avec la Catalogne (CDR Montpellier), ce meeting avait pour volontĂ© affichĂ©e d’informer la population française sur la situation en Catalogne.

En tant que journaliste, et qui plus est catalan de souche, nĂ© Ă  Perpignan et issu d’une famille barcelonaise, je suis depuis plusieurs annĂ©es la situation en Catalogne et le combat menĂ© par les indĂ©pendantistes au Sud des PyrĂ©nĂ©es et des rĂ©gionalistes en Catalogne Nord. J’ai, par exemple, couvert les manifestations« Oui au Pays Catalan » Ă  Perpignan en 2016. J’ai Ă©galement couvert Ă  Barcelone la consultation citoyenne de 2014 et j’étais bien Ă©videmment prĂ©sent le 1er octobre dernier Ă  Barcelone lors du rĂ©fĂ©rendum. A chaque fois cela s’est toujours trĂšs bien passĂ© et j’ai pu rencontrer et interviewer des acteurs issus de diffĂ©rentes tendances politiques. Il me semblait donc tout Ă  fait normal d’assister ce mardi soir Ă  ce meeting indĂ©pendantiste Ă  Montpellier.

Seulement voilà, Montpellier n’est pas la Catalogne


Alors que j’étais prĂ©sent dans la salle depuis une heure et demie et que le prĂ©sident de la Generalitat de Catalunya, Carles Puigdemont, s’exprimait, en visioconfĂ©rence, depuis Bruxelles, une petite poignĂ©e de militants antifas ont fait irruption dans la salle et ont exigĂ© que je sois expulsĂ© du meeting. AprĂšs un quart d’heure de tractations entre les organisateurs et les antifas, les premiers ont cĂ©dĂ© aux seconds dont le leader n’est autre que Jules Panetier, un immigrĂ© espagnol qui a dĂ©jĂ  fait plusieurs passages Ă  la prison de Villeneuve-les-Maguelone ces derniĂšres annĂ©es.

Jules Panetier lors d’une manifestation devant le consulat d’Espagne Ă  Montpellier (CrĂ©dit : Lengadoc Info).

Jules Panetier lors d’une manifestation devant le consulat d’Espagne Ă  Montpellier (CrĂ©dit : Lengadoc Info).

C’est donc Francis ViguiĂ©, cadre d’Ensemble HĂ©rault (micro-parti membre du Front de Gauche) et appartenant visiblement Ă  l’organisation du meeting, qui prit la parole Ă  la fin de l’intervention de Carles Puigdemont pour demander au service d’ordre de m’expulser de la salle car ce meeting Ă©tait uniquement pour les « rĂ©publicains ». Si « l’évacuation » s’est dĂ©roulĂ©e sans aucune violence, j’ai Ă©tĂ©, en revanche, la cible d’insultes et de menaces, dont des menaces de mort. J’ai donc dĂ©cidĂ© de porter plainte ce jeudi au commissariat de Montpellier.

Dans cette affaire, l’attitude des organisateurs a Ă©tĂ© dĂ©plorable. AprĂšs avoir passĂ© leur soirĂ©e Ă  invoquer la libertĂ© et la dĂ©mocratie, ils ont dĂ©montrĂ© en l’espace de quelques secondes qu’ils ne valaient, en rĂ©alitĂ©, guĂšre mieux qu’un Mariano Rajoy. La Catalogne qu’ils prĂ©tendent dĂ©fendre n’est qu’un prĂ©texte pour ces « rĂ©publicains » qui tantĂŽt arborent l’Estellada tantĂŽt le drapeau de la RĂ©publique Espagnole. Allez faire votre rĂ©publique socialiste ailleurs et laissez la Catalogne aux Catalans !

Visca Catalunya lliure et mort aux cons !

Article paru sur le site Lengadoc Info.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Euro Libertes

EuroLIbertés est le site de la réinformation européenne.

Articles similaires