Joachim Paul est vice-prĂ©sident du groupe parlementaire de l’AfD en RhĂ©nanie-Palatinat

 

Le parti patriotique Alternative pour l’Allemagne (AfD) dispose d’élus au sein de divers parlements rĂ©gionaux et espĂšre entrer au Parlement national lors des Ă©lections lĂ©gislatives du 24 septembre 2017.

Joachim Paul, le vice-prĂ©sident du groupe des Ă©lus de l’AfD au sein du Parlement de RhĂ©nanie-Palatinat et deuxiĂšme vice-prĂ©sident de l’AfD de RhĂ©nanie Palatinat est interrogĂ© par Lionel Baland.

Joachim Paul

Joachim Paul.

Venez-vous de la CDU [parti chrétien-démocrate dirigé par Angela Merkel] ?

Non. J’étais autrefois membre du FDP [parti libĂ©ral-centriste].

Pourquoi avoir quittĂ© cette formation politique pour rejoindre l’AfD ?

La politique de l’euro m’a conduit Ă  vouloir quitter le FDP car je considĂšre que cette monnaie n’est pas bonne pour l’Allemagne. J’ai alors cherchĂ© un nouveau parti.

Autrefois, le FDP disposait d’une aile patriotique ?

Oui, mais elle n’existe plus.

Donc, il n’y a plus de patriotes dans ce parti ?

Non, les idées sociétales du FDP sont plutÎt de gauche.

Parlement de Rhénanie-Palatinat à Mayence.

Parlement de Rhénanie-Palatinat à Mayence.

Au sein du Parlement de RhĂ©nanie-Palatinat, les autres partis vous empĂȘchent-ils de rĂ©aliser correctement votre travail ?

Nous avons des problÚmes avec les autres partis politiques qui parfois développent de curieux comportements à notre égard. Mais nous devons dépasser cette situation et conduire notre propre politique en utilisant les infrastructures et les instruments dont nous disposons désormais grùce au fait que nous avons un groupe parlementaire.

En Autriche, le FPÖ gouverne le Burgenland avec les sociaux-dĂ©mocrates du SPÖ. Pensez-vous qu’une telle situation soit possible en Allemagne.

Je ne peux pas prédire le futur, mais, pour le moment, une telle situation est impossible.

La CSU (BaviĂšre) est idĂ©ologiquement proche de l’AfD ?

Ce parti aborde les mĂȘmes thĂšmes que l’AfD, mais n’est pas en mesure d’appliquer les solutions proposĂ©es car il est liĂ© Ă  la CDU d’Angela Merkel. Il nous copie, mais n’a pas la possibilitĂ© de changer quoi que ce soit.

Des diffĂ©rences idĂ©ologiques existent-elles entre les sections de l’AfD ?

Bien entendu, nos idĂ©es sont un peu diffĂ©rentes selon les endroits. L’AfD du Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale est plus conservatrice que celle de RhĂ©nanie-Palatinat.

Comment expliquez-vous le fait qu’entre l’Ouest et l’Est de l’Allemagne, tout est diffĂ©rent en politique ?

Ils ont une autre expĂ©rience dans l’Est car ils ont connu la dictature communiste et cela a formĂ© leur Ă©tat d’esprit.

L’AfD obtient de meilleurs rĂ©sultats dans l’Est


Il y a différentes raisons, mais celle précitée est la principale.

L’AfD est un nouveau parti qui, issu de rien, est entrĂ© au Parlement de RhĂ©nanie-Palatinat. Est-ce difficile ?

Oui, trĂšs difficile. Nombre d’entre nous Ă©taient des novices en politique, de simples citoyens, et maintenant nous sommes des politiciens et il est trĂšs difficile d’atteindre le niveau professionnel. Mais je pense que nous nous en sortons bien.

Si vous décidez de prendre part à des élections locales, pensez-vous que vous trouverez des gens de qualité pour devenir maires ou conseillers municipaux ?

Lors des élections municipales, nous avons trouvé des candidats dans certains endroits, mais pas partout.

Quels sont les principaux sujets de l’AfD en RhĂ©nanie-Palatinat ?

Moins d’immigration et modifier le systĂšme d’éducation afin de revenir au systĂšme traditionnel.

En RhĂ©nanie du Nord-Westphalie, le Land voisin du vĂŽtre, des Ă©lections pour le Parlement rĂ©gional auront lieu le 14 mai 2017. Ce Land compte 18 millions d’habitants, soit prĂšs d’un quart de la population d’Allemagne. Pensez-vous qu’il soit possible pour votre parti, qui est nouveau, de conduire une campagne ?

Ce sera difficile car le Parti social-démocrate (SPD) y est trÚs fort, mais le fait que nous obtenions de bons résultats en cet endroit sera décisif pour notre parti.

Comment pouvez-vous expliquer qu’Angela Merkel refuse d’aller au pouvoir avec l’AfD, mais accepte une possible alliance entre son parti et les Ă©cologistes ?

Je ne sais pas ce que sont pour le moment ses plans, mais d’un point de vue stratĂ©gique, un tel gouvernement pousserait la CDU encore plus Ă  gauche, ce qui amĂšnerait plus d’électeurs de ce parti vers nous.

Photo du chĂąteau de Hambach oĂč en 1832 un rassemblement pour la dĂ©mocratie, la libertĂ© et l’unification de l’Allemagne a eu lieu.

Photo du chĂąteau de Hambach oĂč en 1832 un rassemblement pour la dĂ©mocratie, la libertĂ© et l’unification de l’Allemagne a eu lieu.

Erika Steinbach, de l’aile patriotique de la CDU, vient de quitter son parti car elle n’est plus d’accord avec la ligne politique de celui-ci. Or, elle avait votĂ© en 1991 en tant que dĂ©putĂ© CDU contre la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse comme frontiĂšre entre l’Allemagne et la Pologne. Est-elle plus patriote que l’AfD ?

Il ne s’agit pas d’une question de patriotisme, mais de ce qui est dĂ©cidĂ© de nos jours Ă  propos des questions actuelles. Nous devons regarder vers le futur. Le fait qu’elle ait quittĂ© son parti montre que la CDU est traversĂ©e par des tensions.

Que pense l’AfD à propos de cette frontiùre Oder-Neisse ?

Notre parti n’a pas d’avis pour le moment Ă  ce propos. Cette question ne fait pas partie des sujets que nous traitons. Nous devons respecter les traitĂ©s internationaux.

Vous désirez résoudre les problÚmes se posant actuellement à la population, plutÎt que vous retourner vers le passé ?

Oui.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone (http://lionelbaland.hautetfort.com). Il parle le nĂ©erlandais (flamand), l’allemand et l’anglais. Il a travaillĂ© dans les parties francophone, nĂ©erlandophone et germanophone de la Belgique ainsi qu’aux Pays-Bas et a vĂ©cu en Allemagne. Il est l’auteur de trois livres : LĂ©on Degrelle et la presse rexiste, Éditions DĂ©terna, Paris, 2009 ; Jörg Haider, le phĂ©nix. Histoire de la famille politique libĂ©rale et nationale en Autriche, Éditions des Cimes, Paris, 2012 et Xavier de Grunne. De Rex Ă  la RĂ©sistance, Godefroy de Bouillon, Paris, 2017.

Articles similaires