Les Ukrainiens viennent de confirmer le prĂ©sident Vasyl Horoborodko pour cinq annĂ©es supplĂ©mentaires. Ce modeste professeur d’histoire dans un lycĂ©e d’une ville moyenne portĂ© Ă  la prĂ©sidence par un formidable enthousiasme populaire a entrepris au cours de son premier mandat une lutte impitoyable contre la corruption gĂ©nĂ©ralisĂ©e qui gangrĂšne l’Ukraine et les oligarques qui mettent le pays en coupe rĂ©glĂ©e.

Le 21 avril dernier, au second tour de la prĂ©sidentielle, Ă  l’instar de Tom Baxter dans La Rose pourpre du Caire de Woody Allen en 1985, et de Jack Slater dans Last Action Hero de John McTiernan en 1993, Vasyl Horoborodko a crevĂ© l’écran. Son interprĂšte, Volodymyr Zelenski, deviendra le 28 mai prochain le sixiĂšme prĂ©sident de l’Ukraine depuis 1991. Il a obtenu 73,22 % des suffrages contre le chef d’État sortant, Petro Porochenko.

Producteur, scĂ©nariste, rĂ©alisateur et personnage principal de la sĂ©rie Ă  succĂšs, Serviteur du peuple, depuis 2015, Volodymyr Horoborodko/Vasyl Zelenski constitue la version locale de ce vaste mouvement international de dĂ©gagisme. À la place de Theresa May et de Jeremy Corbyn, on ferait trĂšs attention Ă  ce que Kit Harington alias Jon Snow dans Game of Thrones n’accĂšde, lui aussi, dans les prochains mois au 10 Downing Street…

Dans une compĂ©tition Ă©lectorale de 39 candidats, bel exemple de vĂ©ritable dĂ©mocratie, les Ukrainiens Ă©cartent dĂšs le premier tour l’ancien Premier ministre Ioulia Tymochenko (13,40 %), le radical Oleh Liachko (5,48 %), les candidats pro-russes ainsi que le candidat nationaliste Rouslan Kochoulynsky (1,62 %) pour plĂ©bisciter l’acteur central de la sĂ©rie phare de la chaĂźne privĂ©e 1+1 tenue par l’oligarque Ihor KolomoĂŻsky en exil en IsraĂ«l.

Le futur prĂ©sident ne dispose d’aucune majoritĂ© parlementaire en raison du caractĂšre rĂ©cent de sa formation politique elle aussi intitulĂ©e Serviteur du peuple. Sauf dissolution immĂ©diate, les lĂ©gislatives se dĂ©rouleront le 27 octobre prochain. Cependant, les grandes manƓuvres ont dĂšs Ă  prĂ©sent commencĂ© Ă  la Rada. Des dĂ©putĂ©s seraient prĂȘts Ă  rallier Volodymyr Zelenski qui aura besoin de leur appui pour entĂ©riner certaines nominations stratĂ©giques. Vieille nation dont la langue, n’en dĂ©plaise Ă  certains, n’est ni un dialecte russe, ni un patois polonais, mais jeune État embryonnaire, l’Ukraine connaĂźt le « transformisme parlementaire », cette attitude politicienne de changer de camp et de chef politique en cours de lĂ©gislature.

Il est possible que le jeune prĂ©sident Zelenski – il n’a que 41 ans comme Emmanuel Macron – nĂ©gocie des compromis. Par ailleurs, Petro Porochenko n’entend pas se retirer de la vie politique. Il va certainement briguer un mandat lĂ©gislatif afin de devenir le chef de file de l’opposition surtout si Zelenski déçoit dĂšs l’automne des Ă©lecteurs plein d’espoirs.

Bien qu’interloquĂ©e par ce succĂšs inattendu, la presse occidentale ne crie pas au « populisme ». Ce russophone bilingue soutient en effet des positions libĂ©rales et pro-europĂ©ennes. D’anciens ministres déçus par Porochenko l’entourent et pourraient retrouver leurs fonctions gouvernementales. Outre le problĂšme de corruption endĂ©mique et une Ă©conomie plus que dĂ©faillante, comment Volodymyr Zelenski rĂ©agira-t-il au conflit dans le Donbass, Ă  l’annexion de la CrimĂ©e et aux pressions du puissant voisin russe ?

L’Ukraine pouvait jusqu’à prĂ©sent se comparer Ă  la RĂ©publique de Weimar. Ce n’est plus maintenant pertinent. L’Ukraine entre vraiment dans un moment inconnu.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99