Martial Bild et ses sociétaires (Caroline Parmentier, journaliste au quotidien Présent, Nicolas Gauthier, journaliste au site Boulevard Voltaire, Nicolas Gardère, avocat, Stéphanie Bignon, responsable de l’association Terre & Famille, Philippe Randa, directeur d’EuroLibertés)  reçoivent Guillaume Bernard, maître de conférences HDR à l’Institut catholique d’études supérieures, auteur d’un récent livre La guerre à droite aura bien lieu (Desclée De Brouwer).

Donald Trump

Le nouveau président des États-Unis peut-il mettre fin à l’affaiblissement du leadership (de la prépondérance) américaine sur la scène internationale ? De la même façon, peut-il objectivement redresser un pays ou se multiplient les fractures politiques, culturelles, sociales et raciales ?

Et puisque nous en sommes au jeu des questions : quelles sont les conséquences probables pour la France et l’Europe de la désignation de …Trump…pour diriger les Etats-Unis ?

La primaire, dernière ligne droite

Le 20 novembre, les candidatures des sept personnalités qui concourent à la primaire de la droite seront soumises au vote populaire. Les jeux sont-ils faits ? Le gagnant est-il celui programmé par les sondages ? Et au delà de ces questions, la droite a t’elle eu raison de se lancer dans une « expérimentation démocratique » qui tourne le dos à son mode de fonctionnement naturel ? En effet, jusqu’alors, selon le principe dit monarchique, c’était  le chef du parti qui était le candidat à la présidentielle.

Mélenchon ou la radicalité en bandoulière

La Conference des cadres du Parti communiste a refusé d’accorder son soutien au leader-maximo de la « France insoumise ». Et pourtant, plus que Arnaud Montebourg, Pierre Laurent ou tout autre candidat de l’extrême gauche, Jean Luc Mélenchon bénéficie d’un véritable soutien populaire. D’ailleurs, cela le hisse dorénavant au rang de troisième homme dans certains sondages, devant François Hollande (avec un score approchant parfois les 15 %).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.