Martial Bild et ses sociĂ©taires (Caroline Parmentier, journaliste au quotidien PrĂ©sent, Nicolas Gauthier, journaliste au site Boulevard Voltaire, Nicolas GardĂšre, avocat, StĂ©phanie Bignon, responsable de l’association Terre & Famille, Philippe Randa, directeur d’EuroLibertĂ©s)  reçoivent Guillaume Bernard, maĂźtre de confĂ©rences HDR Ă  l’Institut catholique d’Ă©tudes supĂ©rieures, auteur d’un rĂ©cent livre La guerre Ă  droite aura bien lieu (DesclĂ©e De Brouwer).

Donald Trump

Le nouveau prĂ©sident des États-Unis peut-il mettre fin Ă  l’affaiblissement du leadership (de la prĂ©pondĂ©rance) amĂ©ricaine sur la scĂšne internationale ? De la mĂȘme façon, peut-il objectivement redresser un pays ou se multiplient les fractures politiques, culturelles, sociales et raciales ?

Et puisque nous en sommes au jeu des questions : quelles sont les consĂ©quences probables pour la France et l’Europe de la dĂ©signation de 
Trump
pour diriger les Etats-Unis ?

La primaire, derniĂšre ligne droite

Le 20 novembre, les candidatures des sept personnalitĂ©s qui concourent Ă  la primaire de la droite seront soumises au vote populaire. Les jeux sont-ils faits ? Le gagnant est-il celui programmĂ© par les sondages ? Et au delĂ  de ces questions, la droite a t’elle eu raison de se lancer dans une « expĂ©rimentation dĂ©mocratique » qui tourne le dos Ă  son mode de fonctionnement naturel ? En effet, jusqu’alors, selon le principe dit monarchique, c’était  le chef du parti qui Ă©tait le candidat Ă  la prĂ©sidentielle.

Mélenchon ou la radicalité en bandouliÚre

La Conference des cadres du Parti communiste a refusĂ© d’accorder son soutien au leader-maximo de la « France insoumise ». Et pourtant, plus que Arnaud Montebourg, Pierre Laurent ou tout autre candidat de l’extrĂȘme gauche, Jean Luc MĂ©lenchon bĂ©nĂ©ficie d’un vĂ©ritable soutien populaire. D’ailleurs, cela le hisse dorĂ©navant au rang de troisiĂšme homme dans certains sondages, devant François Hollande (avec un score approchant parfois les 15 %).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.