IrresponsabilitĂ©, insouciance, inconsĂ©quence de Ministres de la ville en Ministre de l’intĂ©rieur, il n’y a que dĂ©tachement, indiffĂ©rence et souvent dĂ©sinvolture. La politique en tant que telle, n’est pas responsable, mais les politiques par contre, le sont pleinement, et ce, depuis plus de 40 ans par cette montĂ©e de la violence.

L’assassinat de deux policiers, puisque la femme Ă©tait aussi policiĂšre prouve que nous avons franchi un nouveau cap qui verra le « gentil » Cazeneuve Ă©craser une larme de plus, faire sa petite dĂ©claration, dĂ©poser une dĂ©coration Ă  titre posthume, et retourner Ă  ses occupations jusqu’au prochain assassinat. Affligeant constat qui se rĂ©pĂšte de nouveau.

DĂ©sintĂ©ressement de ces politiciens envers les citoyens vivant dans les zones de non-droit, dans les quartiers hors rĂ©publique, et pour des affirmations comme celle de l’une de ces propagandistes, clairement racistes, de ces « dĂ©fenseurs » de la diffĂ©rence qui annoncent clairement un avenir sombre pour les blancs et autres « Français de souche » dĂ©clarĂ©s « sous chiens » et bon Ă  ĂȘtre rĂ©Ă©duquĂ©s.

Dans son ouvrage de 2016, Les Blancs, les Juifs et nous, Houria Bouteldja, nĂ©e en AlgĂ©rie ayant fait ses Ă©tudes en France, Ă©crivait : « J’appartiens Ă  ma famille, Ă  mon clan, Ă  mon quartier, Ă  ma race, Ă  l’AlgĂ©rie, Ă  l’islam. » Tout est dit. Combien sont-ils de ces intellectuels qui façonnent les cerveaux des plus demeurĂ©s d’entre eux ?

DĂ©sinvolture judiciaire en laissant ces « antiracistes » dĂ©livrer leur message de haine. DĂ©sinvolture en libĂ©rant des agresseurs parce que « dĂ©sĂ©quilibrĂ©s ». Combien de signalements oubliĂ©s ? De fichĂ©s « S » Ă©vaporĂ©s dans la nature alors mĂȘme qu’ils Ă©taient signalĂ©s comme de potentiels terroristes ? IrresponsabilitĂ© pour ceux qui sont en prison en les regroupant en quelque sorte, dans des Ă©coles de la radicalisation islamiste.

Insensibilité face Ă  la dĂ©tresse des victimes. Avant-hier, c’était les habitants des citĂ©s en souffrance que les habitants des beaux quartiers parisiens, de Neuilly-sur-Seine, de Chatou, du VĂ©sinet ou de Saint-Germain-en-Laye, pouvaient oublier facilement. Hier, c’était des zones entiĂšres qui Ă©taient dĂ©sertĂ©es par les services de police, les administrations et les commerces, tout en laissant les bandes organiser l’économie souterraine. Des territoires abandonnĂ©s aux salafistes et autres intĂ©gristes appliquant la charia, et y compris envers les « mĂ©crĂ©ants ». Et aujourd’hui, c’est deux policiers qui ont Ă©tĂ© assassinĂ©s par un dĂ©traquĂ© d’islamiste qui a appliquĂ© Ă  la lettre le message coranique et a terrorisĂ© Ă  jamais leur fils de trois ans dĂ©sormais orphelin. Pas d’amalgame diront les belles Ăąmes.

Irresponsabilité de ces pouvoirs politiques qui n’ont eu comme simple obsession que de financer des organisations de type « chiens de gardes », soi-disant antiracistes, islamophobes, xĂ©nophobes, homophobes et que sais-je, en Ă©cartant les vĂ©ritables risques et dangers issus de la barbarie religieuse. Ces pouvoirs politiques font taire les « lanceurs d’alertes », les condamnent sĂ©vĂšrement en justice et cherchent Ă  briser les thermomĂštres de la sociĂ©tĂ© civile. Ils ont Ă©touffĂ© les discours alarmistes sur la montĂ©e de l’islamisme, laissĂ© organiser des rĂ©unions et des dĂ©bats ouvertement antirĂ©publicains comme les rassemblements de l’UOIF, organisation affiliĂ©e aux frĂšres musulmans considĂ©rĂ©s par plusieurs pays comme Ă©tant d’essence violente si ce n’est terroriste.

InconsĂ©quence (trahison ?) de politiciens qui se sont placĂ©s sous la domination de pays comme le Qatar et l’Arabie Saoudite et qui n’obĂ©issent plus Ă  l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, mais Ă  des intĂ©rĂȘts particuliers et surtout financiers que l’on voit se traduire ouvertement dĂ©sormais par la mise en place d’Eurabia, cette entitĂ©, tant rĂȘvĂ©e par les adeptes du mondialisme, d’une Europe islamisĂ©e et soumise, englobant le Moyen Orient et une partie de l’Afrique dont nous vivons en ce moment un Ă©pisode flagrant, Ă  travers une invasion-occupation migratoire essentiellement musulmane forcĂ©e et contre l’avis des peuples.

Certes, tous les musulmans ne sont pas des terroristes islamistes, mais cessons de nier que les terroristes islamistes sont bel et bien des musulmans. Il serait tout de mĂȘme temps que les responsables politiques se tournent vers les responsables religieux musulmans et leur posent une question simple : qu’avez-vous fait ?

Il serait plus que temps que ces responsables politiques (Sarkozy, Hollande, Hortefeux, Valls, Cazeneuve, Hidalgo, etc.) se penchent vĂ©ritablement sur le discours des Imams au lieu de se prĂ©cipiter aux ruptures de jeĂ»ne du ramadan pour y faire allĂ©geance. Qu’ils Ă©coutent les prĂȘches de violence antirĂ©publicains, anti femmes libres. Les fondements de l’islam ne sont en rien, pacifiques. Le message essentiel du Coran et un message de guerre et de conquĂȘte. Les musulmans qui aujourd’hui, et pour la plupart, n’ont pas lu le Coran, pas mĂȘme les Hadiths et qui vivent surtout un islam de tradition familiale, vont bientĂŽt se retrouver face Ă  la rĂ©alitĂ© d’un prophĂšte de la violence, adepte de l’esclavage, pourvoyeur de la mort du mĂ©crĂ©ant, du chrĂ©tien, du juif, de la soumission Ă  un Allah de haine, qui ne supporte pas la libertĂ© des femmes et des hommes d’ĂȘtre libre de choisir entre un hypothĂ©tique paradis dans l’au-delĂ , et celui bien rĂ©el, qu’ils vivent sur terre dans notre beau pays de France.

Qui sont responsables de ces actes, de cette violence sinon les autoritĂ©s musulmanes, politiques, judiciaires, policiĂšres qui, chacune Ă  leur niveau, se sont empressĂ©es de taire les risques de l’immigration et sa radicalitĂ©. De faire le dos rond, de botter en touche, de passer la main Ă  l’un et Ă  l’autre, en espĂ©rant que les choses se calmeront. Ils sont tous en cercle et tous, psalmodiant les mĂȘmes discours « humanistes », « droits de l’hommistes », « état de droit », « libertĂ© et fraternité » sur toutes les chaĂźnes de tĂ©lĂ©visions et de radios, ils condamnent la paille de « l’extrĂȘme droite » avec une poutre islamiste plantĂ© dans l’Ɠil, sans oublier ceux qui sĂ©vissent dans les rues de France et occupent nos Places avec la bĂ©nĂ©diction des mĂ©dias.

IndiffĂ©rence de certains qui savent probablement que cette Eurabia verra sans doute le jour, et que ce sont des citoyens de France qui paieront le prix du sang irrĂ©mĂ©diablement versĂ©. Des familles vont se retrouver happĂ©es par un orage idĂ©ologique et religieux qui touchera toutes les familles de France et jusque dans les campagnes profondes oĂč grĂące au pouvoir politique de l’Union EuropĂ©enne, s’installent des dĂ©serteurs au mieux, des sujets d’Allah au pire, et qui n’auront rien Ă  voir avec une quelconque richesse.

DĂ©dain et mĂ©pris envers les Français de la part de ces politiques qui rĂ©pĂštent le mĂȘme discours compassionnel Ă  chaque attentat, Ă  chaque agression, Ă  chaque meurtre commis ou non par des islamistes. Ils ne font que nous prouver finalement qu’ils ont un train de retard sur les Ă©vĂ©nements. Ils courent de plateaux en plateaux, la mine dĂ©confite, la main sur le cƓur, et nous prouvent par leurs visages apprĂȘtĂ©s, aux larmes peintes en rouge, qu’ils ne contrĂŽlent plus rien. Ils n’ont plus la main. Ils sont comme des marionnettes dont les fils se perdent Ă  Bruxelles, voire plus loin encore.


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.