C’est la blague grecque du jour : le contrĂŽle des frontiĂšres grecques existe ! Mais pas pour les clandestins ou autres terroristes de Daesh. En revanche, pour le philosophe russe Alexandre Douguine, cela semble fonctionner. Celui-ci, qui s’est rendu en GrĂšce le 17 mai 2016, a prĂ©vu de se rendre au Mont Athos, cĂ©lĂšbre pour ses monastĂšres qui connaissent en 2016 le millĂ©naire de la prĂ©sence russe en ces lieux. Rappelons qu’Alexandre Douguine, outre ses Ă©crits philosophiques et politiques, est Ă©galement rĂ©dacteur en chef de la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision russe conservatrice Tsargrad TV.

Selon le site Katehon, le patriarche Cyrille et le président Poutine doivent également se rendre à ces célébrations le 28 mai.

ArrivĂ© Ă  l’aĂ©roport de Thessalonique, Alexandre Douguine a Ă©tĂ© bloquĂ© pendant 8 heures par les douaniers, en attente d’une dĂ©cision de le laisser pĂ©nĂ©trer le territoire grec ou de l’expulser. Au bout de plusieurs heures, l’explication suivante est donnĂ©e Ă  M. Douguine : une interdiction de territoire Ă©manant de la Hongrie et datant de
 2014.

C’est la deuxiĂšme blague grecque : un pays europĂ©en qui a laissĂ© passer plus d’un million de clandestins par son territoire se propose dĂ©sormais d’appliquer les restrictions voulues par le pays qui a Ă©tĂ© l’un des plus vindicatifs dans son opposition aux flux migratoires qui se dĂ©versent sur l’Europe depuis plus d’un an.

Comment expliquer cette interdiction de territoire Ă©manant de la Hongrie ? En octobre 2014, une confĂ©rence de l’organisation amĂ©ricaine National Policy Institute, considĂ©rĂ©e d’extrĂȘme droite, aurait dĂ» avoir lieu Ă  Budapest. Vraisemblablement dĂ©sireuses d’éviter de mĂ©contenter les États-Unis en laissant cette confĂ©rence avoir lieu, les autoritĂ©s hongroises ont entrepris d’interdire ce rassemblement. Ses organisateurs amĂ©ricains ont Ă©tĂ© refoulĂ©s du territoire hongrois.

Alexandre Douguine Ă©tait parfois mentionnĂ© comme potentiel intervenant Ă  ce rassemblement. Il a ultĂ©rieurement contestĂ© avoir voulu participer Ă  cet Ă©vĂ©nement, et, en tout Ă©tat de cause, ne s’est pas rendu en Hongrie Ă  cette occasion. Ce qui n’a pas empĂȘchĂ© les autoritĂ©s hongroises, de façon prĂ©ventive, de bannir M. Douguine du territoire hongrois.

En tout Ă©tat de cause, cette interdiction de territoire ne concernait que la Hongrie et n’était pas Ă©tendue sur l’ensemble de l’Union EuropĂ©enne. Et c’est la troisiĂšme et derniĂšre blague du jour : depuis octobre 2014, M. Douguine – qui ne n’est pas rendu en Hongrie depuis 25 ans selon ses propres affirmations – s’est rendu Ă  plusieurs reprises en Union EuropĂ©enne, sans jamais rencontrer de difficultĂ©s aux douanes.

Alexandre Douguine s’est dit convaincu que ces Ă©vĂ©nements n’étaient pas le fait du hasard, mais le fruit d’une volontĂ© de compliquer les relations grĂ©co-russes, quelques jours avant la visite officielle du prĂ©sident Poutine dans ce pays.

AprĂšs de nombreuses heures Ă  patienter Ă  l’aĂ©roport, Alexandre Douguine a finalement pu passer la douane et se rendre au Mont Athos.