Attention ! Cet article prĂ©suppose une hypothĂšse que l’auteur fait sienne. En effet, il y est prĂŽnĂ© la clartĂ© en matiĂšre politique, Ă  savoir que la droite comme la gauche ou le centre doivent mĂ©riter leur nom : une droite rĂ©ellement de droite, une gauche rĂ©ellement de gauche, un centre rĂ©ellement centriste. Et les moutons seront bien gardĂ©s


Ils sont ainsi nombreux les Français Ă  oser s’affirmer de droite ou de gauche. Or, connaissant bien les zouaves, depuis un quart de siĂšcle, il n’en est rien. Ce qui caractĂ©rise ainsi l’homme qui se dit de droite, c’est avant tout qu’il dĂ©teste la gauche bien avant que d’aimer la droite ou plus simplement en ĂȘtre. La rĂ©ciproque est tout aussi vraie pour les « gens » de gauche. De surcroĂźt, postmodernitĂ© oblige, la subjectivitĂ© joue de nos jours un rĂŽle majeur. C’est ainsi qu’on se prononce davantage pour une idĂ©e que l’on se fait de la droite, ou rĂ©ciproquement de la gauche, que de la droite ou de la gauche dans ce qu’elles sont rĂ©ellement.

Combien d’électeurs de droite ont rĂ©ellement pris la peine de lire l’ouvrage universitaire majeur de RenĂ© RĂ©mond intitulé Les droites en France, permettant ainsi de comprendre ce dont il est question ? Combien d’électeurs de gauche ont rĂ©ellement pris la peine de lire l’ouvrage universitaire majeur de Jacques Droz intitulĂ© Histoire gĂ©nĂ©rale du socialisme, permettant ainsi de comprendre ce dont il est question ?

De nos jours – encore une fois la postmodernité ! – on ne pense plus, on sent


Et d’ailleurs la majoritĂ© des Français d’utiliser les termes « droite » et « gauche » alors mĂȘme qu’il existe, ce depuis la RĂ©volution française et en permanence depuis, trois droites et trois gauches en France, le fait Ă©tant pourtant des plus consensuels chez les spĂ©cialistes.

Qui mĂ©connaĂźt les accointances entre droite bonapartiste (le gaullisme par exemple) et la gauche montagnarde (ChevĂšnement) ? Les Gaullistes historiques – ceux qui se rĂ©clament du gaullisme aujourd’hui ne sont presque jamais gaullistes – sont Ă  l’évidence plus proches du CERES que de Giscard d’Estaing


Il est une mode orale des plus connues aujourd’hui qui consiste Ă  fustiger les technocrates. Viendrait-il Ă  l’esprit de quelqu’un de se faire opĂ©rer par un maroquinier plutĂŽt que par un chirurgien ? En fait, les Français confondent technocrates et rhĂ©teurs. LĂ  encore manque de savoir objectif, d’oĂč le fait que les Français sont manipulĂ©s par ceux qui justement disposent de l’information.

Autre aspect, quand bien mĂȘme un gouvernement de droite mĂšne une politique de gauche que l’abruti de droite continuera de voter Ă  droite. Quand bien mĂȘme un gouvernement de gauche mĂšne une politique de droite que l’abruti de gauche continuera de voter Ă  gauche. PrĂ©jugĂ©s
 DĂ©faut de rationalité 

Pour aller plus loin, et l’on en arrive au fait Macron, et la gauche et la droite, ce depuis au moins trois dĂ©cennies, sont vĂ©rolĂ©es par le libĂ©ralisme – entendre capitalisme d’un point de vue Ă©conomique – au point d’avoir Ă©tĂ© vidĂ©es de leur substance.

C’est ainsi que beaucoup de Français qui se disent de droite comme de gauche sont en fait des libĂ©raux. Et c’est tout naturellement le pourquoi de l’émergence du fait Macron, mĂȘme s’il est des nuances Ă  apporter. Que les cadres du secteur privĂ© – surtout les profils administratifs et commerciaux (blabla blabla blabla) aient Ă©tĂ© si nombreux Ă  rejoindre Macron n’est donc nullement le fait du hasard. MĂȘme remarque concernant ceux qui habituellement se dĂ©finissent, et bien Ă  tort d’ailleurs, de gauche.

D’oĂč l’intĂ©rĂȘt du fait Macron : purger droite et gauche de ce putain de libĂ©ralisme qui nous empoisonne la vie depuis au moins quatre dĂ©cennies. C’est ainsi que nous allons assister Ă  l’émergence d’un grand centre exclusivement libĂ©ral, contestĂ© par gauche et droite authentiques. Exclusivement parce que, en vertu de l’effondrement du catholicisme dans les esprits – les femmes catholiques sont presque autant pillulĂ©es que les femmes communistes – ni les radicaux, ni les dĂ©mocrates-chrĂ©tiens n’ont vocation Ă  perdurer.

Pour autant, on peut dĂ©jĂ  extrapoler : ce centre libĂ©ral massif (vous allez voir les ralliements massifs issus aussi bien de la pseudo-droite que de la pseudo-gauche) va ĂȘtre contestĂ©, en France, mais aussi de façon plus gĂ©nĂ©rale en Europe. D’oĂč le populisme, dont une partie est issue de la droite, l’autre de la gauche. Ils ont, l’un et l’autre, vocation sur le long terme Ă  fusionner puisque, comme je l’ai expliquĂ© plus haut, droite et gauche sont aujourd’hui concepts dĂ©pourvus de sens (sinnlos).

Si, comme je le crois, les Ă©tats-majors, tout au moins pour l’instant, et ce en fonction des vieux rĂ©flexes, vont probablement tenter de s’y opposer, la base populaire, elle, fera l’unitĂ©.

N’omettons pas, alors mĂȘme que ce maelstrom n’en est qu’à ses dĂ©buts, que les scores tout rĂ©cents de MĂ©lenchon et de Le Pen additionnĂ©s atteignent dĂ©jĂ  42,5 %. Et ce n’est qu’un dĂ©but !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.