Épinay sur Orge, Jouy-en-Josas, vitrine brisĂ©e, tags « stop au spĂ©cisme »  AprĂšs l’aĂ©roport de Notre Dame des Landes, c’est aujourd’hui le vĂ©ganisme qui offre aux jeunes bourgeois dĂ©sƓuvrĂ©s une nouvelle cause pour combattre la dĂ©mocratie.

Les attaques végétaliennes continuent d'augmenter


Les attaques vĂ©gĂ©taliennes continuent d’augmenter


En juillet dans le Nord, aprĂšs la multiplication des attaques, les bouchers-charcutiers avaient Ă©tĂ© reçus au MinistĂšre de l’IntĂ©rieur. La ConfĂ©dĂ©ration française de la boucherie avait alors recensĂ© douze cas de commerces alimentaires caillassĂ©s avec tags de revendications antispĂ©cistes.

Essayons dĂ©jĂ  d’y voir clair entre ces groupuscules.

« En 2005, Erik Markus publiait l’essai Meat Market, dans lequel il dĂ©crivait les trois mouvements agissant jusqu’alors pour la cause des animaux d’élevage : le mouvement vĂ©gĂ©tarien, le mouvement pour les droits des animaux et le mouvement pour le bien-ĂȘtre animal », explique Élodie Vieille Blanchard, prĂ©sidente de l’Association VĂ©gĂ©tarienne de France, dans son nouveau livre RĂ©volution VĂ©gane.

Un vĂ©gĂ©tarien ne mange aucune viande animale, mais s’autorise le lait, les Ɠufs ou le miel, contrairement au vĂ©gĂ©talien qui ne mange que des fruits, cĂ©rĂ©ales et lĂ©gumes. Mais cette ascĂšse individuelle ne dĂ©range personne.

Dans une sociĂ©tĂ© oĂč tout groupuscule doit forcĂ©ment en dĂ©coudre pour obtenir sa reconnaissance, il ne suffit donc pas de refuser la viande, encore faut-il l’imposer aux autres !

Ces militants, qui d’ailleurs s’excommunient mutuellement et se traitent au grĂ© des doctrines, de collaborateurs ou de fascistes, constituent diffĂ©rentes factions.

Les antispécistes, refusent la différence entre espÚce humaine et espÚce animale.

Les vĂ©gans refusent tout produit issu des animaux, cuir ou laine. (Qu’en est-il si certains d’entre eux ont besoin de valves cardiaques porcines ou bovines ?).

Les « welfaristes » regroupés dans des associations comme PMAF, CIWF et L214 sont pour la multiplication de réformes à bas bruit, mais sans violence.

Au contraire, les abolitionnistes se réclament de Gary Francione, juriste et philosophe américain, défenseur des droits des animaux et théoricien du véganisme. Mais Gary Francione défend la non-violence. Eux la revendiquent. Ainsi « 269 Libération Animale » multiplie les actions choquantes ou agressives.

Cette volontĂ© d’imposer son idĂ©ologie par la force se rĂ©clame, une fois encore, mais Ă  tort, du concept de dĂ©sobĂ©issance civile.

Imaginé par un Américain, Henry David Thoreau, il concernait alors la guerre du Vietnam. Depuis, repris avec bonheur par José Bové lors du saccage du Mac Donald de Millau, il fait florÚs chez ces donneurs de leçons moralisantes pour justifier leur refus de la démocratie et se croire meilleurs que les autres.

En rĂ©alitĂ©, leur maĂźtre Ă  penser est un Finlandais, Pentti Linkola. Selon lui, il faut liquider l’industrialisation, liquider la dĂ©mocratie, liquider les handicapĂ©s, liquider les populations, favoriser l’eugĂ©nisme, tout ça pour sauver la planĂšte.

Reste le Halal ! Dans notre pays pourtant laĂŻque, l’État lĂ©gifĂšre allĂ©grement sur les pratiques religieuses en autorisant dans les abattoirs halal ou casher l’égorgement sans Ă©tourdissement. Craignant la communautĂ© musulmane, il dĂ©fend mĂȘme cette dĂ©rogation devant le conseil europĂ©en.

Au contraire, les Pays-Bas, la Suisse, la SuĂšde, la NorvĂšge, le Luxembourg et la Nouvelle-ZĂ©lande exigent l’insensibilisation des animaux avant leur Ă©gorgement. Curieusement la violence des vĂ©gans Ă  l’encontre de ces pratiques apparaĂźt cette fois nettement plus modĂ©rĂ©e. Crainte d’ĂȘtre accusĂ©s d’islamophobie ? Ou de se retrouver avec une fatwa aux fesses ?

Mais, autre hypothĂšse : certains fanatiques islamistes n’hĂ©sitant pas Ă  Ă©tendre l’égorgement rituel jusqu’à l’espĂšce humaine, peut-ĂȘtre que chez les vĂ©gans les esprits Ă©clairĂ©s voient dans cette indiffĂ©renciation une prodigieuse avancĂ©e antispĂ©ciste.

Bref, si nous voulons continuer à manger de la viande, convertissons-nous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99