En fĂ©vrier dernier, la chaĂźne franco-allemande Arte diffusait chaque jeudi soir trois Ă©pisodes de la deuxiĂšme saison d’une sĂ©rie norvĂ©gienne, Occupied, que les QuĂ©bĂ©cois traduisent par « Envahis ». CrĂ©Ă©e en 2015, cette sĂ©rie appartient aux rares feuilletons de politique-fiction.

Dans un futur immĂ©diat improbable et fantasmatique, les États-Unis isolationnistes ont quittĂ© l’OTAN. La NorvĂšge est dirigĂ©e par des Ă©cologistes qui arrĂȘtent progressivement leur production d’hydrocarbures au profit des Ă©nergies renouvelables. Or l’Union dite europĂ©enne traverse une grave crise Ă©nergĂ©tique si bien que Bruxelles permet Ă  la Russie d’influencer Oslo en y installant des troupes. L’ambassade russe dans la capitale norvĂ©gienne fait pression sur les politiciens locaux afin d’obtenir un gouvernement « russo-compatible ». La prĂ©sence russe incite certains NorvĂ©giens Ă  « collaborer » et d’autres Ă  entrer dans une rĂ©sistance parfois violente.

La menace russe, Ă  l’époque soviĂ©tique, constituait dĂ©jĂ  l’intrigue d’une sĂ©rie Ă©tatsunienne en 1987, Amerika. Une dĂ©cennie aprĂšs l’occupation des États-Unis par les troupes du Bloc de l’Est et leur partage en diffĂ©rentes zones administratives closes, des Étatsuniens travaillent avec les reprĂ©sentants de Moscou pendant que d’autres les rejettent plus ou moins brutalement. Les scĂ©naristes de la chaĂźne ABC tablaient ouvertement sur les tensions de la Guerre froide.

La sĂ©rie Occupied participe pour sa part au dĂ©nigrement mĂ©diatique systĂ©matique et permanent de la Russie de Vladimir Poutine. L’épisode 8 montre par exemple des dirigeants scandinaves prĂȘts Ă  restreindre les conditions de sĂ©jour des Russes dĂ©jĂ  prĂ©sents en NorvĂšge ! Il est vrai que la violence quotidienne, les viols massifs et les nombreux autres actes de petite dĂ©linquance sont le fait d’immigrĂ©s russes inassimilables.

Oui, l’Europe est aujourd’hui occupĂ©e non pas par les Russes, mais par
 les États-Unis d’AmĂ©rique depuis 75 ans. L’atlantisme de l’OTAN, le multiculturalisme de la Commission europĂ©enne, le mondialisme du Conseil de l’Europe et de la Cour europĂ©enne des droits de l’homme, le libĂ©ralisme exacerbĂ© de la BCE, le cosmopolitisme du FMI font des États du Vieux Continent des entitĂ©s Ă  la souverainetĂ© plus ou moins limitĂ©e. Ce n’est pas l’ambassade russe Ă  Bruxelles, Ă  Londres, Ă  Paris, Ă  Berlin, Ă  Rome ou Ă  Madrid qui manipule les guignols politiciens, mais plutĂŽt les ambassadeurs Ă©tatsuniens. Outre des bases militaires quasi-autarciques, l’occupation yankee de l’Europe est totale puisqu’elle affecte autant la culture que la gastronomie, les mĂ©diats que l’économie, les maniĂšres de penser que le mode de vie (pensons Ă  la fin de la courtoisie sur les injonctions malsaines du fĂ©minisme hystĂ©rique).

Cette rĂ©alitĂ©-lĂ  ne fera hĂ©las ! pas l’objet d’une Ă©niĂšme sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e. Dommage, car elle aurait certainement encouragĂ© les EuropĂ©ens Ă  mieux prendre conscience de cette lourde emprise. NĂ©anmoins, cette absence ne doit pas empĂȘcher l’avant-garde alter-europĂ©enne d’exiger : « Yankees, hors d’Europe ! »

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire » a été diffusée sur Radio-Libertés.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99