“À Varsovie, l’inquiĂ©tant face-Ă -face d’un journaliste et d’un puissant ministre”titrait Le Figaro le 19 novembre dernier. “Des mĂ©thodes russes”, expliquait le Nouvel Obs pour dĂ©crire la rĂ©action du ministre de la DĂ©fense polonais Antoni Macierewicz aux “rĂ©vĂ©lations” du journaliste de Gazeta Wyborcza Tomasz Piątek. L’intitulĂ© de l’article : “Pologne : menaces sur la libertĂ© de la presse”. “AttaquĂ© devant un tribunal militaire, le journaliste Tomasz Piatek dĂ©nonce la volontĂ© de contrĂŽle des mĂ©dias par le gouvernement polonais”, alarmait Le Monde le 14 novembre. “Le journaliste polonais Tomasz Piatek, le photographe iranien Soheil Arabi et le mĂ©dia turc Medyascope TV, laurĂ©ats du Prix RSF- TV5MONDE pour la libertĂ© de la presse” avait informĂ© Reporters sans frontiĂšres le 7 novembre. Bigre ! RSF le dit sur son site, citant les propos de Tomasz Piątek : “ll y a encore deux ans, il aurait Ă©tĂ© inimaginable qu’un journaliste puisse ĂȘtre traduit devant un tribunal militaire en Pologne. L’objectif de cette plainte est d’intimider toute la profession“. “Ce journaliste d’investigation polonais du quotidien de gauche Gazeta Wyborcza est en effet poursuivi devant un tribunal militaire par le ministre de la DĂ©fense Antoni Macierewicz, pour son livre trĂšs critique, Macierewicz et ses secrets. Cette enquĂȘte met en lumiĂšre les liens entre le ministre et des personnes liĂ©es aux services de renseignement russes”, ajoute RSF. Les autres nominĂ©s pour ce prix Ă©taient des journalistes d’AzerbaĂŻdjan, de Russie, d’Inde, d’Afghanistan, du Vietnam, etc., mais c’est le Polonais qui a finalement reçu ce prix. C’est dire comme la situation de la presse doit ĂȘtre terrible en Pologne !

D’un autre cĂŽtĂ©, avec plus de 160 000 exemplaires de son livre Macierewicz et ses secrets de vendus, Tomasz Piątek, journaliste et Ă©crivain, n’avait jamais fait aussi bien. Son prĂ©cĂ©dent record, c’était un livre sur la consommation d’hĂ©roĂŻne basĂ© sur sa propre expĂ©rience, car Piątek a longtemps Ă©tĂ© consommateur de cette drogue dure. Il a d’autant plus de quoi se rĂ©jouir du succĂšs de son livre qu’au dĂ©part personne ne voulait l’acheter. Il ne pouvait pas trouver d’éditeur et avait dĂ» crĂ©er sa propre maison d’édition. Le livre ne paraissait pas sĂ©rieux, et sans la publicitĂ© qu’en ont faite des mĂ©dias et des politiciens hostiles au PiS, il aurait trĂšs probablement fait un flop. Tomasz Piątek y dresse le tableau d’un ministre de la DĂ©fense qui aurait, par ses diffĂ©rentes connexions personnelles, des liens indirects avec les services secrets russes. Le problĂšme, c’est que ce ministre passe plutĂŽt pour ĂȘtre atlantiste et trĂšs hostile Ă  la politique russe. C’est d’ailleurs alors qu’il dirigeait le ministĂšre de la DĂ©fense que la Pologne a obtenu une prĂ©sence militaire amĂ©ricaine permanente sur son territoire, ce qui n’est pas vraiment du goĂ»t des Russes. Macierewicz Ă©tait aussi un leader important de l’opposition au communisme dans les annĂ©es 70 et 80. Le problĂšme, c’est encore que le livre de Piątek n’apporte pas les preuves de ce qu’il affirme, et que l’on a plutĂŽt l’impression Ă  sa lecture d’avoir affaire Ă  une vaste thĂ©orie du complot.

L’ouvrage Macierewicz et ses secrets prĂȘte plutĂŽt Ă  sourire dĂšs les premiĂšres pages, notamment quand Piątek Ă©voque les liens de Macierewicz avec “l’oligarque catholique” Tadeusz Rydzyk, le prĂȘtre qui dirige le groupe mĂ©diatique Lux Veritatis (un quotidien + une station de radio + une chaĂźne de tĂ©lĂ©vision financĂ©s par les lecteurs/auditeurs/tĂ©lĂ©spectateurs, c’est-Ă -dire quasiment sans publicitĂ©) de l’ordre des pĂšres rĂ©demptoristes en Pologne. Mais Tomasz Piątek n’aime pas les catholiques et il l’a dit en d’autres occasions : “Le catholicisme, et notamment le catholicisme polonais, n’est pas particuliĂšrement empathique vis-Ă -vis de tout ce qui n’est pas un embryon, sauf si c’est un spermatozoĂŻde“.

Pour ce qui est des liens supposĂ©s de Macierewicz avec Poutine, en voici un exemple : lors de ses voyages officiels aux USA, Macierewicz a rencontrĂ© le lobbyiste amĂ©ricain Al d’Amato, un ancien sĂ©nateur rĂ©publicain. Al d’Amato a soutenu Donald Trump pour l’élection prĂ©sidentielle, et Donald Trump est, comme chacun sait, l’ami de Poutine. C’est Ă  peu prĂšs le niveau du livre, mĂȘme s’il y a des accusations plus prĂ©cises qui valent en ce moment à Tomasz Piątek deux procĂšs en diffamation de la part de Polonais supposĂ©s ĂȘtre d’autres agents de liaison entre Macierewicz et les services russes.

Dans une Ă©mission le 5 septembre sur la tĂ©lĂ©vision TVN, Tomasz Piątek affirmait qu’à son avis, Donald Trump est liĂ© aux services russes de la mĂȘme maniĂšre qu’Antoni Macierewicz. “C’est effrayant qu’un homme de ce type soit prĂ©sident des Etats-Unis. Il a Ă©tĂ© financĂ©, ses entreprises qui faisaient tout le temps faillite ont Ă©tĂ© sauvĂ©es par des gens de la mafia russe, les mĂȘmes qui sont liĂ©s au ministre Macierewicz“, a ainsi “divulguĂ©â€ en exclusivitĂ© Tomasz Piątek Ă  l’animateur de tĂ©lĂ©vision Kuba WojewĂłdzki.

MĂȘme l’hebdmadaire Newsweek Pologne, qui a plusieurs fois publiĂ© des articles de une oĂč l’on cherchait Ă  faire passer Macierewicz pour un fou furieux et qui est trĂšs anti-PiS, a mis en doute le contenu du livre de Piątek, lui reprochant son manque de sĂ©rieux mĂȘme si l’auteur de NewsweekconsidĂšre qu’il soulĂšve des points inquiĂ©tants qui mĂ©riteraient des Ă©claircissements du ministre.

Cerise sur le gĂąteau, le titulaire polonais du prix de la libertĂ© de la presse dĂ©cernĂ© cette annĂ©e par Reporters sans FrontiĂšres et TV5 Monde avait Ă©tĂ© virĂ© du journal d’extrĂȘme gauche Krytyka Polityczna aprĂšs la divulgation de ses mails envoyĂ©s aux publicitaires de l’hebdomadaire conservateur Do Rzeczy, alors que Do Rzeczy Ă©tait un journal d’opposition dans la Pologne de Donald Tusk, pour leur reprocher de donner leur argent à “un hebdomadaire qui exprime des opinions trĂšs antidĂ©mocratiques”. Piątek a ensuite rĂ©cidivĂ© en envoyant une lettre au journal britannique The Guardian pour qu’il se dĂ©barrasse du dessinateur humoristique polonais Andrzej Krauze accusĂ© par Piątek de “publier des dessins homophobes dans la presse polonaise“.

Petite prĂ©cision pour terminer, Ă  propos de la rĂ©action du ministre contre le journaliste : Antoni Macierewicz a bien dĂ©noncĂ© l’auteur de Macierewicz et ses secrets au parquet militaire polonais, mais celui-ci avait dĂ©jĂ , Ă  la date de publication des articles de RSF et des journaux français, transmis l’affaire au civil sans engager de poursuites devant la justice militaire. Tomasz Piątek n’est donc pas, n’a pas Ă©tĂ© et ne sera pas traduit devant un tribunal militaire, et Ă  ce jour il n’est mĂȘme traduit devant aucun tribunal du tout, en dehors des poursuites en diffamation qui ne viennent pas du ministre, car le parquet civil n’a toujours pas dĂ©cidĂ© s’il y avait lieu de le traduire en justice. Cette histoire de tribunal militaire est donc un fake news de RSF et des mĂ©dias français qui en ont parlĂ©. Un gros fake news de plus donc, et aussi un prix de la libertĂ© de la presse qui vient confirmer le parti-pris idĂ©ologique de Reporters sans frontiĂšres en Pologne.

Article paru sur le site de l’OJIM.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99