Quelques mois aprÚs le procÚs opposant Dalida Awada et le bloggeur québécois Philippe Magnan, la juge Carole Julien de la Cour supérieure du Québec a rendu son verdict : Magnan, à qui Awada réclamait 85 000 $ pour diffamation, devra payer la somme de 60 000 $.

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire, Philippe Magnan est le fondateur du site postedeveille.ca, un site de rĂ©information dĂ©nonçant l’islamisation de la sociĂ©tĂ© quĂ©bĂ©coise et la complaisance des Ă©lites politiques par rapport Ă  ce phĂ©nomĂšne.

Dans ce procĂšs, ce qu’on reprochait Ă  Magnan Ă©tait d’avoir nui Ă  la rĂ©putation d’Awada, figure de proue de l’Islam au QuĂ©bec et fiĂšre dĂ©fenseure du port du voile, en la liant dans divers articles, vidĂ©os et messages publiĂ©s sur Facebook, Ă  l’islamisme radical de par ses relations et certains Ă©vĂšnements auxquels elle a pris part.

On ne nie pas ces faits, Awada participa bien aux Ă©vĂšnements mentionnĂ©s et entretient bien des liens avec les personnes ciblĂ©es, mais Magnan n’a aucune preuve autre que « par association » pour arriver Ă  ses conclusions. Lorsque le procĂ©dĂ© de « culpabilitĂ© par association » est appliquĂ© aux dissidents nationalistes, la technique est lĂ©gitime, mais, on le comprend bien, elle n’est lĂ©gitime que lorsqu’elle vise « l’extrĂȘme droite ».

À l’origine, la plainte d’Awada visait Ă©galement la laĂŻciste Louise Mailloux et la SociĂ©tĂ© des amis de Vigile, l’organisation derriĂšre le site souverainiste Vigile.net. Louise Mailloux avait rĂ©agi en dĂ©posant une plainte contre Awada, ce qui s’était terminĂ© par un rĂšglement hors cour oĂč les deux parties abandonnaient leur plainte. La SociĂ©tĂ© des amis de Vigile Ă©tait quant Ă  elle parvenue Ă  faire tomber la poursuite contre elle, l’avocate Marie-France Goldwater, qui reprĂ©sentait alors Awada, ayant commis plusieurs erreurs comme celle d’affirmer publiquement qu’elle Ă©tait heureuse de s’en prendre Ă  des indĂ©pendantistes. L’aspect politique de la plainte se voyait ainsi confirmĂ©.

Dans le cas de Magnan, bien qu’Awada soit une personnalitĂ© publique et qu’elle ait elle-mĂȘme qualifiĂ© postedeveille.ca de « site poubelle islamophobe », elle a affirmĂ© s’ĂȘtre sentie humiliĂ©e par les critiques de Magnan et d’avoir vu sa crĂ©dibilitĂ© affectĂ©e. Pour information, Awada est aussi impliquĂ©e publiquement dans le parti d’extrĂȘme gauche QuĂ©bec Solidaire.

Le jugement de la juge Carole Julien, qui Ă©tonnamment dans le prĂ©ambule de son verdict tint Ă  souligner la beautĂ© d’Awada, risque d’avoir un effet dissuasif. Si on ne peut critiquer une personnalitĂ© publique et les liens qu’elle entretient, qu’en est-il de la libertĂ© d’expression ?

Plaçant son jugement dans un contexte plus large, la juge Julien a aussi tenu Ă  mettre en garde les autres bloggeurs affirmant que « la diffusion de fausses informations est un danger aussi grand que le musellement de la presse pour nos dĂ©mocraties ». Elle a par contre rĂ©affirmĂ© un droit fondamental, soit que « le dĂ©bat public peut s’étendre Ă  tous les sujets incluant les religions incluant leurs exactions et peut comporter une vive critique Ă  leur Ă©gard ».

Si, sur la toile, les censeurs se sont publiquement rĂ©jouis de la condamnation de Magnan, certains doivent comprendre que ce jugement pourrait ĂȘtre utilisĂ© contre eux. Il pourrait facilement s’appliquer Ă  quelqu’un comme Xavier Camus, enseignant de philosophie, qui Ă  grands coups d’amalgames douteux dĂ©nonce les nationalistes et quiconque n’adhĂ©rant pas Ă  la joie du vivre-ensemble. Le verdict Ă©noncĂ© par la juge Julien pourrait fort bien ĂȘtre utilisĂ© et ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un ne dĂ©cide de s’en servir contre les dĂ©lateurs du web et la Stasi de la pensĂ©e dominante.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires