Depuis quelques semaines, ce qui domine l’actualitĂ©, hormis la rĂ©volte des gilets jaunes, est le sommet de Marrakech et plus prĂ©cisĂ©ment le Pacte sur les migrations sĂ»res qui y fut ratifiĂ©. Cette rencontre, rĂ©unissant la plupart des chefs d’État du monde entier, Ă©clipsa totalement celle qui se dĂ©roula en parallĂšle et qui rĂ©unissait de nombreux maires, dont celle de MontrĂ©al, ValĂ©rie Plante, qui joua lors de ce 5e Forum des maires sur la mobilitĂ©, la migration et le dĂ©veloppement un rĂŽle d’avant-plan.

Cette derniĂšre, issue d’une gauche sociĂ©tale et multiculturaliste radicale, fait passer Anne Hidalgo pour une centriste. Lors de ce Forum, Plante a « prĂ©sentĂ© et fait adopter » par 62 grandes villes dont Paris et New York la DĂ©claration des maires sur les migrations. Cette dĂ©claration, relativement semblable au fameux Pacte sur les migrations sĂ»res dĂ©criĂ© Ă  travers la planĂšte, force les maires Ă  non seulement mettre en place les ressources nĂ©cessaires pour l’intĂ©gration des nouveaux venus, mais aussi Ă  combattre toute discrimination ou « remise en question de la cohĂ©sion sociale » et d’exercer un rĂŽle de leadership dans la promotion de l’immigration, mais aussi « dans la mise en Ɠuvre des Pactes mondiaux des Nations Unies ».

On le comprend bien, cette dĂ©claration oĂč l’on revalorise une « approche globale de la gouvernance » est un autre coup dur pour la souverainetĂ© des nations. Les villes deviennent des corps politiques pouvant agir au niveau international, un domaine d’action qui Ă©tait rĂ©servĂ© aux Ă©tats, et doivent jouer un rĂŽle dans l’élaboration des politiques relevant du niveau national, soit l’immigration. Facile de comprendre l’attrait de ValĂ©rie Plante pour une telle « approche », elle qui rĂȘve que MontrĂ©al devienne une citĂ©-Ă©tat Ă  part entiĂšre, et qui jusqu’à ce que le gouvernement lui force la main refusait en toute illĂ©galitĂ© de faire flotter le drapeau national devant les institutions de sa ville.

AprĂšs les sociĂ©tĂ©s composĂ©es d’individus atomisĂ©s, Ă©mancipĂ©s de tout dĂ©terminisme, voici le rĂȘve d’une planĂšte composĂ©e de villes atomisĂ©es, Ă©mancipĂ©es de leur Ă©tat propre.

Cette grande messe des maires qui souhaitent abolir le dernier rempart se dressant contre le mondialisme, l’état-nation, a aussi permis la crĂ©ation d’une nouvelle ONG dont ValĂ©rie Plante siĂ©gera au comitĂ© de direction, le Mayors Migration Council (MMC). Cet organisme souhaite d’abord et avant tout donner une voix aux maires au niveau international pour faire la promotion des migrations. Outre la mairesse de MontrĂ©al, on retrouve les maires de Los Angeles, Milan, Bristol, AthĂšnes, Amman, Kampala et Free Town. Et le financement dĂ©pend
 de l’Open Society Foundation de George Soros. Ceux qui doutaient des objectifs de cette nouvelle ONG sont dĂ©sormais fixĂ©s.

George Soros dans sa lutte contre les Ă©tats et toute rĂ©gulation de l’immigration s’est donc trouvĂ© un cheval de Troie : les maires. En fait, ceux qui par mĂ©galomanie ou pour des raisons idĂ©ologiques adhĂšrent Ă  sa vision du monde et se voient comme de petits chefs d’État. Avec cette nouvelle initiative, Soros Ă©tend ses tentacules encore davantage. Non seulement, il possĂšde dans son Ă©curie canadienne Justin Trudeau lui-mĂȘme, mais il vient de repĂȘcher ValĂ©rie Plante qui sera pour lui un fidĂšle soldat, tant pour des raisons idĂ©ologiques que pour satisfaire son ego dĂ©mesurĂ©.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires