Depuis quelques jours les chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision, dont l’objectivitĂ© journalistique n’est plus Ă  dĂ©montrer, alignent les reportages sur cette « Europe qui finance gĂ©nĂ©reusement nos communes » : la suppression des zones blanches de l’internet, le financement de voitures Ă©lectriques, que telle ou telle commune « n’aurait jamais pu financer elle-mĂȘme », et bien d’autres bienfaits rĂ©alisĂ©s « grĂące Ă  l’Europe ». La proximitĂ© des Ă©lections europĂ©ennes et la panique macronienne sur un Ă©ventuel Ă©chec Ă©lectoral, ont rĂ©veillĂ© notre presse officielle de TF1 Ă  LCI, BFM, CNews et France TĂ©lĂ©vision.

LCI

Cette volontĂ© manifeste de dĂ©montrer que la France profonde, celle de nos petites communes, de la France rurale, ne vit, ou ne survit, que grĂące Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ© de l’Union europĂ©enne, est tellement outranciĂšre
 qu’elle peut finir par convaincre le peuple dĂ©sinformĂ©. En effet un rĂ©cent sondage montre que seulement 42 % des Français pensent que la France contribue financiĂšrement plus Ă  l’UE qu’elle n’en reçoit. 58 % des Français pensent le contraire ou avouent ne mĂȘme pas savoir. Sondage inquiĂ©tant mais aussi rassurant pour les idĂ©ologues EuropĂ©istes qui peuvent donner libre cours Ă  leur manipulation politique habituelle sur la majoritĂ© des Français.

Et pourtant, les chiffres et le mĂ©canisme du financement des contributions europĂ©ennes sont sans appel. La France, 3e contributeur aprĂšs l’Allemagne et le Royaume-Uni, verse 23 milliards d’euros Ă  l’UE en tenant compte de l’ensemble des sommes versĂ©es, mĂȘme si l’UE en conteste prĂšs de 2 milliards (ce qui ferait alors 21 milliards). En contrepartie la France reçoit 14 milliards dont 9 milliards au seul titre de la PAC (politique agricole commune). Soit un « dĂ©ficit » estimĂ©, selon les uns et les autres, les modes de calculs, les sommes prises en compte, compris entre 4,6 milliards (c’est le chiffre de l’UE bien sĂ»r) et 9 milliards (qui tient compte de perspectives pas toujours rĂ©alisĂ©es). On peut prendre le chiffre de 7 milliards comme un compromis souvent admis (par le SĂ©nat notamment).

LĂ  oĂč l’imposture des EuropĂ©istes est flagrante et trop malhabilement et insuffisamment dĂ©noncĂ©e, c’est dans la prĂ©sentation des faits : « l’Europe finance nos petites communes et notre agriculture » ! Faux ! L’argent qui finance la PAC ou internet ou la voiture Ă©lectrique de la commune Y est de l’argent français qui, aprĂšs avoir transitĂ© par l’UE, revient en France. Sans l’UE, la France pourrait trĂšs simplement verser directement les 9 milliards Ă  l’agriculture française
 et mĂȘme bien plus compte tenu de son dĂ©ficit europĂ©en supplĂ©mentaire de 7 milliards ! Mais combien de fois a-t-on entendu nos agriculteurs louer la PAC sans laquelle, disent-ils, ils ne pourraient subsister. Le bourrage de crĂąne confine au sublime et le dispute Ă  la bĂȘtise la plus primaire
 ne serait-ce que sur le plan de l’arithmĂ©tique. Mais voilĂ  pourquoi aussi, les EuropĂ©istes se voient pousser une Ăąme rurale et de la France des communes Ă  l’approche des Ă©lections europĂ©ennes. Macron, champion des agriculteurs et de la France profonde !
 mais avec de l’argent que, de toute maniĂšre la France pourrait directement verser Ă  cette France profonde, et bien plus encore.

On rĂ©pond (les super-Ă©conomistes macroniens, crypto-macroniens, europĂ©istes ou libĂ©raux que l’on voit partout dans la presse officielle) que les 6 ou 9 milliards nets versĂ©s par la France Ă  l’Europe sont trĂšs utiles pour la France puisqu’ils permettent de soutenir les Ă©conomies des États d’Europe en difficultĂ© et alimentent donc nos Ă©changes commerciaux avec ces pays. Ainsi nos 7 milliards nous reviendraient indirectement grĂące Ă  l’augmentation de nos Ă©changes intra-europĂ©ens. AgrĂ©able sophisme Ă©conomique, idĂ©ologique et d’ailleurs jamais chiffrĂ©, qui oublie que la France pourrait aussi faire des choix ciblĂ©s en termes de produits et d’États en passant des accords bilatĂ©raux et en investissant directement dans ces pays partenaires, par exemple dans une augmentation ciblĂ©e des IDE (investissements directs Ă  l’étranger).

La mixitĂ© contre-nature d’États dĂ©pouillĂ©s et d’une « Union europĂ©enne » folle de libĂ©ralisme, mĂšne Ă  des aberrations inouĂŻes baignĂ©es dans des mensonges Ă©vidents et manipulateurs. Et ça marche !

L’idĂ©e que la solution n’est pas dans un replĂątrage des oripeaux de souverainetĂ© Ă©tatique, comme le proclament les Le Pen, Dupont-Aignan ou Asselineau, ni dans le triomphe d’une Union europĂ©enne ultralibĂ©rale et castratrice des peuples, comme le martĂšlent Macron et ses avatars, ne peut qu’ĂȘtre confortĂ©e face Ă  ces instrumentalisations et ces mensonges indignes dont on comprend malheureusement l’objectif destructeur des identitĂ©s et des droits des peuples.

Le pire Ă©tant chez ceux-ci (Macron et consorts), on conviendra que le vote du 26 mai ne pourra qu’aller, mĂȘme avec rĂ©serves et Ă  reculons, vers ceux-là


Mais seule une Europe fĂ©dĂ©ratrice des peuples, et non des États moribonds, pourra donner Ă  l’Europe une vision digne de son devenir.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires