VoilĂ  un nouveau coup dur portĂ© Ă  l’image de la NorvĂšge, aprĂšs sa condamnation en septembre par la Cour europĂ©enne des droits de l’homme Ă  cause des agissements de son « office de protection des droits des enfants », le Barnevernet. La semaine derniĂšre, une mĂšre norvĂ©gienne et sa fille d’à peine deux ans, Eira, poursuivies par le Barnevernet, ont obtenu l’asile en Pologne. Silje Garmo avait trouvĂ© refuge dans la patrie de Jean-Paul II en mai 2017 quand elle s’était enfuie de son pays sur conseil de son avocat, alors que le Barnevernet s’apprĂȘtait Ă  lui prendre son deuxiĂšme enfant. La premiĂšre tentative d’enlĂšvement par les fonctionnaires du Barnevernet avait eu lieu en janvier 2017 Ă  la clinique oĂč Mme Garmo venait d’accoucher par cĂ©sarienne et ne pouvait se lever de son lit, mais avait Ă©tĂ© mise en Ă©chec grĂące l’intervention des mĂ©decins et des sages-femmes et l’arrivĂ©e rapide de son avocat. La fille aĂźnĂ©e de Silje Garmo, Froya, lui avait Ă©tĂ© retirĂ©e en 2015 au prĂ©texte que Mme Garmo mĂšnerait une vie « chaotique » et abuserait des analgĂ©siques de type paracĂ©tamol. C’est pour cette raison que le Barnevernet a commencĂ© Ă  s’intĂ©resser Ă  sa fille cadette, Eira, dĂšs l’étape de la grossesse !

Une fois arrivĂ©e en Pologne, la NorvĂ©gienne a pu bĂ©nĂ©ficier de l’assistance d’une association polonaise d’avocats et juristes, Ordo Iuris, dĂ©jĂ  trĂšs engagĂ©e dans la dĂ©fense contre le Barnevernet des familles polonaises Ă©migrĂ©es en NorvĂšge. Une demande d’asile a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e Ă  laquelle l’office polonais des Ă©trangers a rĂ©pondu favorablement aprĂšs enquĂȘte, car il a estimĂ© que les droits fondamentaux de Silje Garmo et la petite Eira Ă©taient effectivement menacĂ©s en NorvĂšge au regard de la Convention europĂ©enne des droits de l’homme et notamment de son article 8 sur le respect de la vie privĂ©e et familiale. Pour obtenir l’asile, il fallait encore Ă  cette famille un avis positif du ministre des Affaires polonais, dont le rĂŽle est de dire si une telle dĂ©cision serait dans l’intĂ©rĂȘt de la Pologne.

MalgrĂ© le soutien actif de dĂ©putĂ©s du PiS et du leader du parti nationaliste Mouvement national ainsi que d’autres personnalitĂ©s et malgrĂ© la couverture mĂ©diatique du dossier en Pologne, en juillet le ministre Jacek Czaputowicz avait rĂ©pondu dĂ©favorablement, estimant – Ă  en croire les piĂšces du dossier divulguĂ©es par Ordo Iuris – que l’asile pourrait nuire aux relations politiques et Ă©conomiques avec la NorvĂšge. Les avocats d’Ordo Iuris ont alors exercĂ© leur droit de recours devant le ministre en menaçant d’aller devant la justice administrative s’il le fallait. Il semblerait qu’il y ait aussi eu des interventions auprĂšs du Premier ministre Mateusz Morawiecki et du leader du PiS Jaroslaw Kaczynski.

Quoi qu’il en soit, la semaine derniĂšre le ministre des Affaires Ă©trangĂšres est revenu sur sa dĂ©cision de juillet et a dĂ©cidĂ© d’accorder l’asile Ă  Silje Garmo et sa fille. D’autres familles norvĂ©giennes rĂ©fugiĂ©es en Pologne pourraient dĂ©sormais ĂȘtre incitĂ©es Ă  dĂ©poser Ă  leur tour une demande d’asile (une autre demande est dĂ©jĂ  en cours d’examen).

C’est la premiĂšre fois depuis la DeuxiĂšme Guerre mondiale que des citoyens norvĂ©giens obtiennent l’asile dans un autre pays europĂ©en, et c’est une nouvelle illustration de l’actuelle dĂ©rive totalitaire de l’ancien « monde libre ».

 Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

 EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99