Dans la France actuelle, la libertĂ© d’expression n’est pas garantie par la loi. Bien au contraire, certaines rĂ©alitĂ©s, certaines prĂ©visions Ă  moyen ou long termes, qui sont les consĂ©quences logiques de ces rĂ©alitĂ©s, ne peuvent ĂȘtre prĂ©sentĂ©es qu’au risque de poursuites judiciaires. D’autant que nos princes multiplient les lois restrictives quant Ă  l’expression de la pensĂ©e non-consensuelle.

Affiche Anonymous liberte expression

En nos tristes jours, l’on est plus facilement condamnĂ© pour l’exposition d’un point d’histoire controversĂ© ou pour la publication du prolongement prĂ©visionnel d’une courbe de statistiques ethniques, que pour avoir dĂ©tournĂ© des fonds publics ou privĂ©s, voire pour avoir tuĂ©. De fait, nombre d’individus – pas forcĂ©ment des citoyens français de souche europĂ©enne – jouissent d’un tel faisceau de circonstances attĂ©nuantes – qu’en d’autres temps, on eĂ»t jugĂ©es aggravantes – qu’ils peuvent narguer la loi en toute impunitĂ©, avec la complicitĂ© active ou passive des fonctionnaires de Dame Justice, dont la vertu a depuis longtemps disparu.

Or l’histoire est lĂ  pour servir la rĂ©flexion sur le prĂ©sent et sur les consĂ©quences prĂ©visibles des actions ou de l’inaction actuelles.

Rien n’est plus stupide que les vaticinations sur l’issue d’une guerre, civile ou internationale, de cause Ă©conomique, raciale ou religieuse. Dans le premier des Cahiers secrets du calotin Marie-Émile Fayolle, un mĂ©diocre qui dut son marĂ©chalat Ă  la protection de Philippe PĂ©tain sur lequel il bavassa ignoblement, l’on trouve Ă  la date du 4 aoĂ»t 1914 : « C’est le duel dĂ©cisif, Ă  mort, d’oĂč la nation française sortira ou dĂ©finitivement abattue ou rajeunie, comme ressuscitĂ©e. »

C’est pure absurditĂ© historique ! Aucune guerre, aucune persĂ©cution n’ont jamais anĂ©anti une nation – sauf cas de minuscule isolat ethnique. Seule l’implosion dĂ©mographique, par refus de procrĂ©er, jointe Ă  une immigration Ă©trangĂšre massive est tueuse de nation.

En 1918, saturĂ©s d’une gloire admirablement acquise, les Français s’avachissent sur leurs lauriers. En 1940, ils s’écroulent lamentablement, Ă  l’occasion d’une guerre inutile, que jamais un homme d’État n’eĂ»t dĂ©clarĂ©e – et l’on eut la stupiditĂ© de ne pas exĂ©cuter les immondes crĂ©tins qui l’avaient dĂ©cidĂ©e sans consulter la nation. Mais, dĂšs 1943, dĂ©bute le Baby-boom, source du renouveau industriel, scientifique et technique, qui ne s’interrompt qu’avec la propagande fĂ©ministe soixante-huitarde.

L’ignoble dĂ©cret de regroupement familial de 1976 provoque une immigration incontrĂŽlĂ©e d’origine extra-europĂ©enne, devenue immigration de masse au dĂ©but du XXIe siĂšcle.

À l’évidence, ces deux facteurs annoncent la mort programmĂ©e de la civilisation française et le remplacement de la nation par un salmigondis d’ethnies venues des endroits de la planĂšte oĂč, Ă  dĂ©faut de croissance Ă©conomique et intellectuelle, on se multiplie.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires