Grichka et Igor Bogdanoff ont Ă  nouveau fait la une des mĂ©dias, mais cette fois pour un fait-divers qui ne doit rien Ă  la 3e ou 4e dimension : ils ont Ă©tĂ© mis en examen pour « escroquerie sur personne vulnĂ©rable » et « tentative d’escroquerie » sur un prĂ©tendu producteur de cinĂ©ma qui ferait l’objet « d’une mesure de protection de type mise sous tutelle ou curatelle » 

Grichka et Igor Bogdanoff.

Grichka et Igor Bogdanoff.

Diantre ! Ce qu’on rapporte de l’affaire repose, comme on le voit, sur une surenchĂšre de conditionnel et sur France Info, Grichka Bogdanoff a d’ailleurs affirmé : « Igor et moi, je le dis solennellement, fermement et tranquillement, nous n’avons pas reçu un seul euro de Cyrille [leur ami et producteur de leur film dĂ©sormais privĂ© de sa libertĂ© financiĂšre] », prĂ©cisant mĂȘme : « Pour qu’il y ait escroquerie, il faut qu’il y ait enrichissement » 

L’enquĂȘte dĂ©montrera sans doute ce qu’il en est et soyons confiant dans la justice, mais posons-nous tout de mĂȘme la question de savoir s’il Ă©tait bien utile, nĂ©cessaire et juste de les clouer ainsi au pilori mĂ©diatique ?

En quoi l’information sur leurs dĂ©boires judiciaires est-elle de quelque utilitĂ© publique ? En quoi sert-elle l’enquĂȘte ? Ne dĂ©ment-elle pas surtout l’égalitĂ© citoyenne car s’il ne s’était pas agit de deux personnages cĂ©lĂšbres, ni nom, ni simple mention des faits n’auraient probablement Ă©tĂ© publiĂ©s, relayĂ©s et aussi abondamment commentĂ©s


Et quelles seront les rĂ©parations mĂ©diatiques s’il s’avĂ©rait que Grichka et Igor Bogdanoff soient finalement dĂ©clarĂ© innocents ? Aucune, comme c’est d’usage


Qu’on les admire, qu’on ne les supporte pas ou qu’on s’en moque, rappelons tout de mĂȘme que ces deux frĂšres, pour atypiques qu’ils soient, sont d’abord des « prĂ©sumĂ©s innocents », comme l’exige notre loi et non surtout des « prĂ©sumĂ©s coupables » comme beaucoup de journalistes se sont d’ors et dĂ©jĂ  complus Ă  le sous-entendre


 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires