Le CUP, parti d’extrĂȘme gauche catalane, envisage de dĂ©truire la statue de Christophe Colomb en bas des Ramblas de Barcelone, pour y Ă©riger Ă  la place un hommage Ă  la « rĂ©sistance amĂ©ricaine contre l’impĂ©rialisme, l’oppression et la sĂ©grĂ©gation indigĂšne (y compris afro-amĂ©ricaine). »

Cette statue fut Ă©rigĂ©e en 1888 afin de garder en mĂ©moire ce que fĂ»t le commerce international entre l’Espagne et l’AmĂ©rique, le conseil municipal avec participation des citoyens finançant mĂȘme l’édifice Ă  l’époque.

Christophe Colomb, navigateur Italien, financĂ© par l’Espagne serait donc Ă  bannir du territoire catalan car il a, plus ou moins directement, favorisĂ© la sĂ©grĂ©gation des populations indigĂšnes des AmĂ©riques.

Le parti politique ne s’arrĂȘte pas lĂ  et propose Ă©galement d’éliminer des rues de Barcelone « tous les symboles en lien avec la monarchie » et de supprimer des façades tous les drapeaux espagnols.

Avec un taux de chÎmage aux alentours des 20 %, on est persuadé que les jeunes catalans trouvent cette proposition primordiale pour leur avenir.

En se rendant sur le site du CUP , en catalan uniquement, ce qui est extrĂȘmement sĂ©grĂ©gationniste pour les habitants de Barcelone ne parlant pas cette langue, la langue officielle du pays Ă©tant le Castillan, on y apprend que : « Le CUP est une organisation politique reprĂ©sentĂ©e Ă  l’AssemblĂ©e nationale, qui a pour objectif de travailler pour un pays catalan socialiste et indĂ©pendant, Ă©cologiquement durable, rĂ©gionalement Ă©quilibrĂ© et dĂ©tachĂ© des formes de domination patriarcale. »

Il faudrait donc, selon eux, faire table rase du passĂ©, dĂ©truire des statues, et en poussant un peu plus, pourquoi pas, brĂ»ler des Ă©glises (du fait de l’inquisition espagnole), refaire des autodafĂ©s d’auteur incompatibles avec l’esprit catalan, ou encore dĂ©truire le musĂ©e Picasso, le peintre Ă©tant grand fan de tauromachie (celle-ci Ă©tant interdite en Catalogne).

Apparemment les plus grands défenseurs des libertés sont toujours les plus grands oppresseurs


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.