Au cours de la Ire Guerre mondiale, Pierre Nothomb (1887-1966) est au sein des milieux belges de l’exil en France un des Ă©crivains nationalistes belges. Il dĂ©nonce, dans des ouvrages traduits en plusieurs langues, l’invasion et l’occupation de la plus grande partie de la Belgique par les troupes allemandes. Durant et aprĂšs le conflit, il rĂ©clame l’annexion Ă  la Belgique de territoires situĂ©s aux Pays-Bas et en Allemagne ainsi que du Grand-DuchĂ© de Luxembourg.

Le Pont d'Oye.

Le Pont d’Oye.

Quinze ans aprĂšs l’Armistice, en 1932, Pierre Nothomb, dĂ©sirant ancrer sa vie dans la rĂ©gion d’oĂč sa famille est originaire, achĂšte le domaine du Pont d’Oye situĂ© Ă  Habay dans le sud de la province (belge) du Luxembourg, Ă  25 kilomĂštres de la frontiĂšre française, prĂšs de la ville lorraine de Longwy, et Ă  mĂȘme distance du Grand-DuchĂ© de Luxembourg. Lorsqu’il Ă©voque le nom de ce lieu devant des habitants du sud-est de la Belgique, ceux-ci le lient Ă  l’histoire de la marquise qui y vĂ©cut. Ils connaissent celle-ci par les textes qui ont Ă©tĂ© publiĂ©s au sein de divers journaux, au cours des dĂ©cennies prĂ©cĂ©dentes, basĂ©s sur les Ă©crits, parus en 1850-1851, de LĂ©on Wocquier.(1)

Camille Joset(2) publie, en deux volumes en 1929, La vie amoureuse de Louise de Lambertye, marquise du Pont d’Oye (3), qui reprend ses Ă©crits sur le sujet publiĂ©s dans le quotidien belge catholique L’Avenir du Luxembourg : « Louise de Lambertye, jeune Lorraine dont l’adolescence a brillĂ© Ă  la Cour du roi Stanislas (Stanislas Leczinski fut roi de Pologne de 1704 à 1709 et duc de Lorraine et de Bar de 1737 à 1766. Sa cour Ă©tait Ă©tablie Ă  Nancy et Ă  LunĂ©ville. Il est le pĂšre de Marie Leczinska, Ă©pouse de Louis XV et reine de France de 1725 à 1768), a Ă©pousĂ© le Marquis du Pont d’Oye, le plus puissant des maĂźtres de forges du DuchĂ© de Luxembourg. Elle ne l’aime pas et a jurĂ© d’oublier ses dĂ©ceptions amoureuses – ou de les venger –, en ruinant son Ă©poux (auquel elle donne pourtant sept enfants : mais on a soin de glisser sur ce dĂ©tail !). Aussi mĂšne-t-elle une vie de luxe et de prodigalitĂ© insensĂ©e. C’est bal tous les soirs chez elle, et musique. Des gentilshommes forcenĂ©s au plaisir, des jeunes femmes provocantes participent Ă  ses fĂȘtes, d’autant plus scandaleuses qu’elles insultent Ă  la douleur des pauvres gens, aux inquiĂ©tudes d’un Ă©poux qui voit sa fortune et son honneur s’évanouir tout Ă  la fois. Pour ĂȘtre suivie Ă  la course, elle fait ferrer d’argent ses chevaux – et mal ferrer –, de façon Ă  perdre, quand elle traverse les hameaux, des clous d’argent, des fers d’argent. »(4)

En moins de vingt ans, son mari est complĂštement ruiné : « Une colossale fortune s’est Ă©croulĂ©e. Il faut vendre des terres, des bois, des fourneaux, pour satisfaire des crĂ©anciers soudain exigeants. Il faut enfin louer au « duc de Sainte-Marie » les forges du Pont d’Oye, tandis que, vidĂ© de ses meubles, le chĂąteau est abandonnĂ© Ă  la mort. »(5)

Estimant que ces versions ne correspondent pas aux faits, Pierre Nothomb dĂ©cide d’écrire un roman afin de tenter de rĂ©tablir la vĂ©ritĂ© et de prĂ©senter sa vision de ce que fut cette « Dame du Pont d’Oye » qui vĂ©cut Ă  l’époque Ă  laquelle cette partie du Luxembourg comptait de nombreuses forges.

Les Ă©ditions Weyrich, situĂ©es en province [belge] du Luxembourg, rĂ©Ă©ditent ce roman paru pour la premiĂšre fois en 1935 et rĂ©Ă©ditĂ© Ă  plusieurs reprises. L’actuelle rĂ©Ă©dition est basĂ©e sur la rĂ©Ă©dition de 1957 Ă  laquelle l’auteur avait apportĂ© quelques lĂ©gĂšres modifications.

Notes

(1) WOCQUIER LĂ©on, La derniĂšre Marquise du Pont d’Oye. Romans historiques du Luxembourg, 2 vol., Labroue et Cie, Bruxelles, 1850-51.

(2) Camille Joset est un Ă©crivain belge, grand rĂ©sistant durant la PremiĂšre et la Seconde Guerre mondiale. Il est arrĂȘtĂ© par l’occupant en 1942 et perd l’usage de ses jambes durant les trois annĂ©es de captivitĂ© qu’il endure entre 1942 et 1945.

(3) JOSET Camille, La vie amoureuse de Louise de Lambertye, marquise du Pont d’Oye. Camille Joset prĂ©sente, Les Éditions Vermaut, 2 vol., Paris-Bruxelles-Courtrai, 1929.

(4) Recension de cet ouvrage de Camile Joset par Pierre Nothomb dans l’Avant-propos de : NOTHOMB Pierre, La Dame du Pont d’Oye, suivi de la nouvelle NoĂ«l du Pont d’Oye, Col. Regains, Weyrich, Longlier, 2017, p.12.

(5) Recension de cet ouvrage de Camile Joset par Pierre Nothomb dans l’Avant-propos de : Ibid. p.13-14.

Source : NOTHOMB Pierre, La Dame du Pont d’Oye, suivi de la nouvelle NoĂ«l du Pont d’Oye, Col. Regains, Weyrich, Longlier, 2017.

Réédition de La Dame du Pont d'Oye de Pierre Nothomb.

Réédition de La Dame du Pont d’Oye de Pierre Nothomb.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99