Louis Fauche-« Borel », (1762-1829)

Imprimeur calviniste Ă  NeuchĂątel, donc sujet prussien, Fauche est un monarchiste convaincu.

En 1795, il offre ses services Ă  un agent de renseignements qu’il croit au service du PrĂ©tendant au trĂŽne de France (le futur Louis XVIII) : Jean-Gabriel Roques, pseudo-comte de Montgaillard. Sous le pseudonyme de Borel, il sert tour-Ă -tour de contact entre le prince de CondĂ© et le gĂ©nĂ©ral Jean-Charles Pichegru (durant le second semestre de 1795), entre le PrĂ©tendant et Barras (en 1796), puis entre le PrĂ©tendant et le gĂ©nĂ©ral Jean-Victor Moreau (en 1800-1801).

ArrĂȘtĂ© Ă  Paris en juillet 1802, il s’évade en janvier 1804, est repris une semaine plus tard et libĂ©rĂ© en fĂ©vrier 1806, sous condition de travailler pour le Service de Renseignements impĂ©rial français, dirigĂ© par l’ancien prĂȘtre Pierre-Marie Desmarets, chef de la police secrĂšte. Il passe en Grande-Bretagne, porteur de fausses informations fournies par Desmarets sur un rĂ©seau royaliste parisien. Éconduit, il attend la Restauration sur l’üle de Jersey.

Il n’obtient aucun poste officiel en France redevenue monarchiste et se suicide. Il n’aura Ă©tĂ© qu’un pion manipulĂ© par divers services de renseignements.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires