Louis Fauche-« Borel », (1762-1829)

Imprimeur calviniste à Neuchâtel, donc sujet prussien, Fauche est un monarchiste convaincu.

En 1795, il offre ses services à un agent de renseignements qu’il croit au service du Prétendant au trône de France (le futur Louis XVIII) : Jean-Gabriel Roques, pseudo-comte de Montgaillard. Sous le pseudonyme de Borel, il sert tour-à-tour de contact entre le prince de Condé et le général Jean-Charles Pichegru (durant le second semestre de 1795), entre le Prétendant et Barras (en 1796), puis entre le Prétendant et le général Jean-Victor Moreau (en 1800-1801).

Arrêté à Paris en juillet 1802, il s’évade en janvier 1804, est repris une semaine plus tard et libéré en février 1806, sous condition de travailler pour le Service de Renseignements impérial français, dirigé par l’ancien prêtre Pierre-Marie Desmarets, chef de la police secrète. Il passe en Grande-Bretagne, porteur de fausses informations fournies par Desmarets sur un réseau royaliste parisien. Éconduit, il attend la Restauration sur l’île de Jersey.

Il n’obtient aucun poste officiel en France redevenue monarchiste et se suicide. Il n’aura été qu’un pion manipulé par divers services de renseignements.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spécialisé en Méde­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naïf et vrai machiavel ; La ténébreuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie médicale et politique ; Dictionnaire de la Révolution française,…) et d'essais (Réflexions sur le Pouvoir. De Nietzsche à la Mondialisation ; Le XXIe siècle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,…). Il a été élu membre de l’Académie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires