La dégénérescence du couple franco-allemand, voulu jadis par des figures historiques comme de Gaulle ou Adenauer, fait frémir toutes les bonnes consciences. Ce couple tant célébré par tous les ploucs des médias et nos experts préférés n’avait pourtant pas eu de chance non plus avant la IIe Guerre mondiale avec des figures aujourd’hui bien oubliées comme Aristide Briand ou le chancelier Stresemann. À l’époque Briand pensait « faire la politique de la natalité française ». On a vu où ça menait sur les routes de France en juin 1940, on voit où cela mène dans les banlieues d’aujourd’hui – ou sur la mal nommée « promenade des Anglais. »

Mais quel bilan culinaire !

Salade de réfugiés vindicatifs, infusion de terroristes, brouet de nucléaire avec la Russie au menu, pudding de Brexit ou moussaka de faillite financière (le tout dans le désordre, car le buffet est bruxellois), sans oublier le service de sommelier à l’empire US, lui-même plus dégénéré et alambiqué que jamais.

Comment a-t-on pu en arriver là ? Certainement en (ré) élisant deux nullités – bien secondées par les médias – comme Merkel et Hollande ; certainement aussi parce que l’atmosphère est à la déliquescence, et ce, quel que soit l’hémisphère. La race humaine est fatiguée, me révélait Jean Parvulesco peu avant sa mort.

J’en reviens à de Gaulle. Je citerai la fameuse lettre d’Heinrich Himmler, Reichführer SS(1), tant ignorée de ceux qui s’estiment les gérants de la mémoire du Général – qui pourtant la publie dans ses mémoires de guerre(2). Elle n’est pas piquée des vers non plus, annonçant notre couple franco-allemand que l’on vient d’évoquer, et que certains idiots invoquent encore : « À moi-même, Himmler fait parvenir officieusement un mémoire qui laisse apparaître la ruse sous la détresse. « C’est entendu ! Vous avez gagné », reconnaît le document. Quand on sait d’où vous êtes parti, on doit, général de Gaulle, vous tirer très bas son chapeau… Mais maintenant, qu’allez-vous faire ? Vous en remettre aux Anglo-Saxons ? Ils vous traiteront en satellite et vous feront perdre l’honneur. Vous associer aux Soviets ? Ils soumettront la France à leur loi et vous liquideront vous-même… En vérité, le seul chemin qui puisse mener votre peuple à la grandeur et à l’indépendance, c’est celui de l’entente avec l’Allemagne vaincue. Proclamez-le tout de suite ! Entrez en rapport, sans délai, avec les hommes qui, dans le Reich, disposent encore d’un pouvoir de fait et veulent conduire leur pays dans une direction nouvelle… Ils y sont prêts. Ils vous le demandent… Si vous dominez l’esprit de la vengeance, si vous saisissez l’occasion que l’Histoire vous offre aujourd’hui, vous serez le plus grand homme de tous les temps. »

On sait que de Gaulle n’aura pas été le plus grand homme de tous les temps, et on sait que l’entente avec l’Allemagne nous aura menés à la soumission à Washington et Bruxelles, sans compter le reste. Mais quand on a des visions…

Note

(1) Vient de paraître aux Editions Déterna : Heinrich Himmler
Esquisses d’une vie (Textes de : Léon Degrelle, Gebhard Himmler, Edwige Thibaut) ; collection « Documents pour l’Historie » ; pour en savoir plus, cliquez ici.

(1) Mémoires de guerre, tome trois, p. 177, Plon.

Vient de paraître aux Editions Déterna : "Heinrich Himmler Esquisses d’une vie" (Textes de : Léon Degrelle, Gebhard Himmler, Edwige Thibaut)

Vient de paraître aux Editions Déterna : « Heinrich Himmler
Esquisses d’une vie » (Textes de : Léon Degrelle, Gebhard Himmler, Edwige Thibaut)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.