C’était juste aprĂšs l’élection du travailliste Sadiq Khan Ă  la mairie de Londres. DĂ©battant sur BFMTV, Pierre Moscovici assurait Ă  Nicolas Dupont-Aignan : « MĂȘme si, c’est vrai, sur notre continent, il y a une majoritĂ© de population qui est, disons, de religion ou de culture chrĂ©tienne, l’Europe n’est pas chrĂ©tienne. Je ne crois pas aux racines chrĂ©tiennes de l’Europe. Je crois que l’Europe est unie et diverse. »

Et toujours la mĂȘme rengaine que ces fameuses « racines chrĂ©tiennes » de l’Europe. LĂ , oublions les opinions et tenons-nous en aux seuls faits, quitte Ă  filer la mĂ©taphore horticole. Les racines de l’Europe ? Indubitablement paĂŻennes. L’Europe, on la sent dans sa chair, son cƓur, son esprit, Ă  l’Acropole, Ă  Stonehenge, au ColisĂ©e, Ă  Carnac ; voire mĂȘme Ă  ÉphĂšse, en Turquie, lĂ  oĂč la TrĂšs Sainte Vierge Marie serait partie vers d’autres cieux, en Ă©tat de dormition. Le tronc, chrĂ©tien, il va de soi, c’est une autre affaire, sachant que nos Ă©glises furent la plupart du temps Ă©difiĂ©es sur d’anciens lieux de cultes polythĂ©istes ; l’abbaye de LigugĂ©, par exemple. Et sans les cathĂ©drales de Chartres, de Reims et de Paris, il va sans dire que la France ne serait plus tout Ă  fait la France.

Si l’on veut ĂȘtre historiquement plus pointu, on n’oubliera pas non plus de rappeler qu’en France, les synagogues prĂ©cĂ©dĂšrent les Ă©glises, certains de nos lointains ancĂȘtres juifs Ă©tant arrivĂ©s en Gaule dans les charrettes de l’armĂ©e romaine. Puis, des racines au tronc et du tronc aux branches, encore une autre histoire, sachant que des siĂšcles durant, il y eut aussi des mosquĂ©es dans le sud de la France et que nos compatriotes de confession musulmane, tout comme ceux de notre chĂšre France ultramarine, sont aussi partie prenante de notre grand rĂ©cit national.

Français de souche ou Français de branche ? Le dĂ©bat mĂ©rite ainsi d’ĂȘtre posĂ©. La France, pays de culture judĂ©o-chrĂ©tienne ? Il n’est pas illicite d’en discourir. Europe « unie et diverse » ? C’est un fait, mais pas forcĂ©ment un argument d’autoritĂ©, tel celui qu’assĂšne Pierre Moscovici.

Et si nous Ă©tions tous seulement des enfants de la Mare Nostrum, mĂšre commune d’une grande maison dans laquelle se trouveraient de nombreuses demeures ? HomĂšre ne disait pas autre chose ; tout comme la dĂ©funte et regrettĂ©e acadĂ©micienne Jacqueline de Romilly.