Les « VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es » de la Guerre d’AlgĂ©rie de Roger Soncarrieu

 « J’en ai assez de la tĂ©lĂ©vision et des mĂ©dias
qui déforment systématiquement
les cent trente années de présence français
en Algérie
»

Entretien avec Roger Soncarrieu, auteur de VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es de la Guerre d’AlgĂ©rie (Ă©ditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Pourquoi Ă©crire autant sur la guerre d’AlgĂ©rie ?

Cette pĂ©riode de ma vie, incontestablement, m’a marquĂ©. À force de lire et d’entendre nombre de contre-vĂ©ritĂ©s, je me suis finalement dĂ©cidĂ© Ă  apporter mon tĂ©moignage.

Ma vĂ©ritĂ© sur la guerre d’AlgĂ©rie  retrace mes engagements pour une AlgĂ©rie que je pensais Ă  jamais française : en AlgĂ©rie d’abord oĂč, militaire, je suis restĂ© environ quatre annĂ©es, puis aprĂšs 1962 lors de mon retour en MĂ©tropole.

J’ai ainsi eu l’occasion de rencontrer nombre de personnes engagĂ©es pour l’AlgĂ©rie française qui, en dĂ©finitive, n’ont fait que me conforter dans le combat pour la vĂ©ritĂ© que je mĂšne depuis toutes ces annĂ©es.

Un combat de plus d’un demi-siùcle


Oui, au dĂ©but cela a Ă©tĂ© Ă  la fois un engagement politique, sur le terrain, puis au sein d’associations de combattants d’AFN, enfin sur le plan social, en direction des Harkis et enfants de harkis, en direction des Pieds-noirs repliĂ©s malgrĂ© eux en MĂ©tropole. Aujourd’hui, avec l’ñge, c’est un combat que je mĂšne avec l’écriture, ouvrages d’une part, courriers et articles d’autre part. Chaque fois que je regarde une Ă©mission sur l’AlgĂ©rie Ă  la tĂ©lĂ©vision, chaque fois que j’entends quelque dĂ©claration avec laquelle je ne suis pas d’accord, je rĂ©agis. Et en cette annĂ©e 2012, nous sommes particuliĂšrement « gĂątĂ©s » !

Votre dernier ouvrage d’ailleurs, VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es de la Guerre d’AlgĂ©rie, est composĂ© de lettres ouvertes adressĂ©es aux responsables des chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision ou aux hommes politiques ?

Oui et comme je le dis en prĂ©ambule, ces lettres ont toutes Ă©tĂ© a    dressĂ©es Ă  leurs destinataires
 et j’ai rarement reçu des rĂ©ponse, mais l’absence de rĂ©ponse est dĂ©jĂ  une rĂ©ponse en soi : cela montre que ce sont des courriers qui dĂ©rangent !

Qu’apportez-vous de plus que dans votre prĂ©cĂ©dent livre Guerre d’AlgĂ©rie : j’en ai assez ?

LĂ , j’exprimais vĂ©ritablement mon « ras-le-bol » Ă  propos d’un certain nombre de points concernant la guerre d’AlgĂ©rie. J’explique ainsi que j’en ai assez d’entendre des contre-vĂ©ritĂ©s Ă  propos d’un De Gaulle qui a reniĂ© ses engagements et a trahi la France et les Français. J’en ai assez d’entendre parler des tortures de l’armĂ©e française alors que l’on passe gentiment sous silence les exactions du FLN, les attentats, les tortures ou encore les enlĂšvements. J’en ai assez d’entendre encenser les porteurs de valises ou les poseuses de bombes. J’en ai assez de ce qui se dit Ă  propos des Pieds-noirs prĂ©sentĂ©s toujours comme des exploiteurs de pauvres paysans algĂ©riens, alors que l’on ne parle jamais de la mise en valeur d’un pays qui, en 1830, n’était que marĂ©cages. J’en ai assez de la tĂ©lĂ©vision et des mĂ©dias qui dĂ©forment systĂ©matiquement les cent trente annĂ©es de prĂ©sence française en AlgĂ©rie. J’en ai assez d’accords d’Évian non respectĂ©s par l’AlgĂ©rie et d’un cessez-le-feu qui n’en a pas Ă©tĂ© un. J’en ai assez des tentatives faites pour que le 19 mars 1962 (cĂ©lĂ©brĂ© comme fĂȘte de la victoire en AlgĂ©rie) devienne la journĂ©e nationale des anciens d’AlgĂ©rie. J’en ai assez d’entendre prĂŽner une repentance française. J’en ai assez aussi que l’on dĂ©nigre nos valeurs, que l’on brĂ»le le drapeau français, que l’on siffle La Marseillaise et que dans le mĂȘme temps, on tolĂšre des chansons ou des Ă©crits anti-français.

VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es de la Guerre d’AlgĂ©rie de Roger Soncarrieu, Ă©ditions Dualpha, collection « VĂ©ritĂ©s pour l’Histoire », dirigĂ©e par Philippe Randa, 178 pages, 25 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es de la Guerre d’AlgĂ©rie de Roger Soncarrieu, Ă©ditions Dualpha

VĂ©ritĂ©s oubliĂ©es de la Guerre d’AlgĂ©rie de Roger Soncarrieu, Ă©ditions Dualpha

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99